Islam, politique, sexe et genre :

Publié le par pour ADLPF : Gilles POULET

Islam, politique, sexe et genre :

Note de lecture :

A la lumière de l'expérience iranienne.

« Partage du savoir – Le Monde - PUF »

                  Avec ce livre Chahla Chafiq passe au crible de la critique scientifique, historique et idéologique la prise du pouvoir, son organisation et son maintien par les religieux organisés autour de l'ayatollah Khomeiny. Rien n'échappe en effet à son regard attentif à toutes les manœuvres et habiletés des mollahs en mal de construire une théocratie débarrassée de ses ennemis. Il s'agissait, en l’occurrence, d'obtenir la soumission totale et sans partage de l’oumma, la communauté des croyants, à Allah, le Maître des mondes, et accessoirement à son clergé iranien.

L'habileté première aura été un mensonge. Au début de la révolution qui jeta bas le régime autoritaire du Shah, il s'agissait d'établir une république, certes islamiste, avec un président, un parlement et un gouvernement. Les forces laïques et même les communistes s'y sont laissés prendre ! C'était sans compter sur l'instauration du «  Velayat-e Faqhih » - la suprématie du religieux - théorisé de longue date et repris par Khomeiny qui se proclama Guide Suprême de la Révolution. C'est ainsi que toutes les instances : politiques, judiciaires, civiles, économiques, de police etc. se virent doublées par un symétrique religieux détenant le réalité du pouvoir et le contrôle de la conformité de toute décision aux canons religieux. Dans ces conditions, la démocratie n'est qu'un mot, un mirage.

Par contre, la répression, les prisons, les assassinats ciblés, les tortures, les sévices, sont, eux, bien présents dans la « boîte à outils » du pouvoir islamique. L'Islam politique en tant qu'ensemble totalisant est, sans jeu de mot, totalitaire.

Chahla Chafiq utilise tout au long de sa démonstration l’intéressante notion de « modernité mutilée » car, dit-elle, « l'entrée dans la modernité confronte toute société au bouleversement des instances traditionnelles, mais l'absence de mécanismes démocratiques la prive des moyens de canaliser cette crise dans des voies constructives et produit un vide culturel, social et politique ». C'est bien de cela dont il est question ici : les espoirs démocratiques ont été trahis, bafoués et vivement combattus, mais la propagande religieuse a envahi tout l'espace et trouvé des alliés jusque dans les classes éduquées, construisant ainsi une société plutôt paradoxale entre modernisation inachevée ou bancale et traditionalisme obscurantiste imposé. Le pouvoir islamique s'est construit classiquement en opposition à un ennemi : ici l'Occident, son grand Satan et ses diablotins d'alliés, la démocratie occidentale, sa culture etc., d'où des postures paradoxales.

Mais le pire pour l'homme islamiste reste la Femme, cette éternelle mineure, qu'il convient de confiner, mater et tenir en laisse. « Dieu n'a pas donné aux femmes la capacité d'élire » […] « dans la religion musulmane, les femmes sont sous la tutelle des hommes en toutes circonstance ». Ces propos donnent une idée assez concrète de la réalité du sort qui est fait aux femmes iraniennes ensevelies sous le voile et priées d'y rester. Au-delà du symbole, le voile est l'arme par excellence qui participe du maintien de l'ordre sexiste institué et défendu, bec et ongles, par le doxa islamiste. L'obsession pour le sexe confine à la névrose, et pas qu'en Iran.

Chahla Chafiq note cependant l'incroyable pugnacité des femmes iraniennes qui subtilement (et avec quel courage!), notamment par la pratique du « mauvais voile », mais pas seulement, s'opposent à la répression et font bouger la société malgré la propension bien connue des régimes idéologiques à mettre en place des systèmes d'exclusion de tout ce qui sort de « l'orthodoxie » particulièrement brutaux.

A lire comme un document éclairant sur les techniques de prise de pouvoir et d'asservissement des peuples par les religieux.

Gilles Poulet Octobre 2014

Docteur en sociologie, écrivain et sociologue, Chahla Chafiq a notamment publié :

Chemins et brouillard (Métropolis, 2005), 

Le nouvel homme islamiste.

Les prisons politiques en Iran (Le Félin, 2002), 

Femmes sous le voile face à la loi islamique (Le Félin, 1995).


(Préface de Jacqueline Costa-Lascoux.)

 

 

Publié dans LIBRAIRIE

Commenter cet article