Élus de la République réveillez-vous !

Publié le par Association des Libres Penseurs de France

Élus de la République réveillez-vous !

La lecture de la livraison du Parisien du 24 novembre 2014 est très instructive. On peut en effet y lire trois articles concernant non l'école publique... mais son absence, notamment dans le pays des Mauges, repéré comme faisant partie de la « troisième couronne nantaise ».
Le premier est l'interview de M. Claude Lelièvre , historien de l’éducation, qui explique que ces zones à forte coloration royaliste ont vu l'enseignement privé catholique volontairement privilégié, mais ajoute-t-il : « il n'y a plus vraiment de guerre frontale » parce que, selon lui, les « gens » veulent conserver les deux systèmes afin d'avoir le choix : « les différences idéologiques s'effacent,(sic). Et il explique la tension qui se déploie dans le pays des Mauges d'une part par les néo habitants (des rurbains) qui n'acceptent pas le poids de l'école privée et d'autre part par le tsunami (re sic) de la Manif pour tous.
Le deuxième nous conte les déboires du patron d'une petite entreprise venu d'Angers et qui y retourna sous les vexations et mauvaises manières subies par lui et ses enfants que son souci de laïcité pour ceux-ci avait déclenché contre lui dans Chavagne, village de 1000 habitants dépourvu d'établissements scolaires laïques. L'impudent avait osé demander au maire « une continuité » de l'école publique. Depuis, à Chavagnes tous les niveaux sont ouverts à l'école républicaine ce qui prouve qu'il y avait bel et bien une attente de laïcité dans ce village... Comprenne qui pourra.
Le troisième, rend compte de la démarche d'une délégation de parents d'élèves du Maine-et-Loire qui se plaint que dans leurs villages, l'école républicaine, laïque et gratuite n'existe pas : sur 83 communes du secteur, 42 ne possèdent que des écoles confessionnelles. Le président du conseil général, M. Gillet, en charge des collèges, freine des quatre fers en arguant qu'il n'a pas les moyens... tout en ajoutant : « nous sommes une terre catholique, historiquement ». Bref, les parents d'élèves, qui prennent la précaution d'indiquer qu'ils ne sont pas des « bouffeurs de curés », veulent une école publique parce que, tout simplement, ils en ont besoin. La balle est dorénavant chez Madame la ministre Najat Vallaud-Belkacem dûment saisie du problème.
Bon ! Alors qu'est-ce que tout cela nous dit ?
En premier lieu que là où l’Église est puissante ses vieux réflexes dominateurs reviennent au galop pour autant qu'ils soient jamais partis. Et puis, les établissements sont payants et donc source de revenus non négligeables. L’Église ne vit pas que patenôtres.
En second lieu, on ne peut que dénoncer la carence des élus comme des pouvoirs publiques. En effet, cette situation n'est pas nouvelle « dans ces zones à forte coloration royaliste » , elle a même pas mal de la bouteille si j'ose dire, et les arguments de moyens ne tiennent pas la route car depuis l'instauration de l'école publique, gratuite et obligatoire il s'en est passé des choses et les départements, les régions et l’État en ont menés à bien des investissements. Il s'agit donc bien là d'une volonté politique d'élus tenants de l'enseignement privé, et d'une capitulation de l’État prompt à céder devant la détermination de la catholicité triomphante en ces terres d'ex chouannerie.
Saluons, pour conclure sur une note d'espoir, la pugnacité des parents d'élèves partis à la reconquête de l'esprit républicain et laïque et dont nous souhaitons la réussite. Il faut rétablir la République dans ses droits. Élus réveillez-vous et faites votre devoir !
                                                       Gilles Poulet
                                                         25/11/2014

 

Élus de la République réveillez-vous !
Élus de la République réveillez-vous !

Commenter cet article