Ramasse-miettes N°1

Publié le par Gilles POULET

Un « descendant » du prophète intente un procès à Charlie Hebdo.

Selon le droit français il n'est pas permis de diffamer ou d'injurier l'ascendant (ou l'ancêtre) d'une personne, c'est pourquoi Yahia Gouasmi, «en tant que descendant direct du prophète fait valoir son droit» et poursuit Charlie pour la fameuse couverture du numéro d'après l'attentat. Chiite énervé bien connu, Gouasmi ne doute de rien et nous le remercions pour cette excellente occasion qu'il nous donne de nous tenir les côtes de rire, sa chapelle n'en étant pas si coutumière. On attend non sans impatience les analyses comparatives des ADN du prophète et du sien. Une chance Jésus est mort sans descendance ce qui épargne bien des tracas et bouffonneries aux tribunaux.

Jupes et décence : l'Algérie bouillonne

A la suite d'ennuis fait à une Algérienne pour une jupe jugée trop courte par des crétins bas de front, des centaines de photos de jambes dénudées ont été postées en protestation sur une page Facebook créée à cet effet et qui a recueilli plus de 13 000 mentions « j’aime » en quelques jours. Les intimidations de ce type foisonnent en Algérie : Témoignage d'une Algérienne :«... le corps de la femme devient un champ de bataille quand la situation d’un pays est désastreuse. A force de rester silencieuses, on perd nos petits acquis et la condition de la femme dans l’espace public régresse. Aujourd’hui, la violence verbale est quotidienne et normalisée. C’est hyper violent de marcher dans la capitale, à Alger, en jupe ou en pantalon. »

Le mois dernier, c'est chez nous et pour des raisons inverses (le renvoi d’une collégienne de Charleville-Mezières à cause de sa jupe jugée trop longue), qu'était née la polémique. C'est tout aussi crétin. Quand admettra-t-on que la vêture est affaire privée aussi longtemps qu'elle n'est ni une atteinte à l'ordre public ni un signe/étendard ostensiblement porté dans le but de choquer et/ou de provoquer.

 

 

Robert Badinter à Rouen :

« Pour celui qui aime la justice, le destin de Jeanne d’Arc est chargé d’un sens tragique. Elle a subi la pire injustice qui soit : celle des hommes qui condamnent à mort un innocent en se réclamant de Dieu, pour servir leurs intérêts politiques. » Comment mieux dire que la religion est constamment instrumentalisée par des gens qu'on ne peut manquer de traiter de bourreaux retors et éhontés.

Irlande et le mariage pour tous :

Les richissimes entreprises tentaculaires américaines qui emploient nombre d’Irlandais : Google, Facebook, Twitter, Uber, ont pesé de tout leur poids en faveur de ce nouveau bond en avant sociétal. Le patron de l’IDA Ireland, une agence mi-publique mi-privée pour le développement industriel en Irlande, Martin Shanahan, a ainsi résumé ce soutien au « oui » : « c’est bon pour le business ». On ne peut être plus clair, vive le libéralisme ! Cependant, la bonne nouvelle c'est que ce référendum consolide le cercueil du catholicisme irlandais, omniprésent pendant des siècles. Au-delà du scandale des prêtres pédophiles, l’Église irlandaise, qui n'ose régler le problème et cache les fautifs dans des retraites réservées à cet effet, par son omniprésence sociale, a fini par dégoûter des générations d’Irlandais, qui connaissent une réelle crise de la foi et rejettent dorénavant le cléricalisme. Reste à mener le combat pour l'IVG et quelques autres avancées sociétales. Encore un effort amis Irlandais.

Le Nebraska a définitivement aboli la peine de mort par un vote qui a renversé le veto du gouverneur républicain Peter Ricketts. Le Nebraska est donc devenu le 19ème État américain sur 50 à remplacer le châtiment suprême par la prison à vie. Lentement la barbarie recule au sein de la démocratie « phare » du monde, celle des Abou Graïb, des Guantánamo et des prisons à tortures externalisées.
http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2015/05/27/etats-unis-le-nebraska-abolit-la-peine-de-mort_4641965_3222.html#B7QLhTOlGbiOrZ8T.99

Rapport sur l'engagement citoyen.

Commandé par le président de la République après les attentats, le rapport du président de l’Assemblée nationale sur l’engagement citoyen n’évoque pas une seule fois les questions de laïcité ou de religion. Rappelons que ce président, Claude Bartolone, est socialiste... Sollicité dans les mêmes termes par François Hollande, le rapport du président du Sénat, Gérard Larcher, a abordé avec beaucoup de pugnacité la question sans en escamoter la problématique laïque.

Questions : Claude Bartolone pense-t-il, comme JL Bianco, qu'en France il n'y a pas de problème avec la laïcité ? Ni que l'agressivité des fondamentalismes de tout poil n'en posent pas non plus ?

http://www2.assemblee-nationale.fr/static/14/mrengagmtrepublicain/propositions.pdf

http://www.senat.fr/presse/cp20150415.html

Mère Térésa, déboulonnage d'une idole.

Symbole médiatique de l'altruisme et de la générosité, mère Térésa mérite-t-elle la béatification octroyée par le pape Jean-Paul II, en octobre 2003? Pour un chercheur du département de psychoéducation de l'Université de Montréal, Serge Larivée, la réponse est non : « sa manière pour le moins discutable de soigner les malades; ses contacts politiques douteux; sa curieuse gestion des faramineuses sommes d’argent qu’elle a reçues et un dogmatisme excessif notamment à l’égard de l’avortement, de la contraception et du divorce » ne plaident pas en sa faveur.

« Il y a quelque chose de très beau à voir les pauvres accepter leur sort, à le subir comme la passion du Christ. Le monde gagne beaucoup à leur souffrance », cette citation de Térésa résume à elle seule la pensée de quelqu'un qui ne descendait certes pas dans des motels pourris et aimait, à ce qu'on dit, le doux murmure des billets de banque que l'on compte.

http://www.lapresse.ca/actualites/201302/22/01-4624622-mere-teresa-ne-serait-pas-si-sainte-clament-des-chercheurs-montrealais.php

En Afrique de l’Est, on tue ou l’on mutile les personnes souffrant d’albinisme, et certaines parties de leur corps sont utilisées pour fabriquer des fétiches et des grigris ! Où l'on voit que les ravages de l'obscurantisme et de la superstition sont sans limites. Bien entendu cela suscite un juteux business qui se chiffre en millions de dollars. Le mercantilisme n'est jamais bien loin du champ de la crédulité, bien sûr.

http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20150312172327/

Le gendarme financier du Vatican, l'Autorité d'information financière (AIF), a annoncé dans son rapport annuel avoir reçu 147 signalements en 2014 sur de possibles transactions illégales.
La valeur totale des avoirs confiés à l'IOR (Institut pour les Œuvres de Religion) par ses clients a augmenté légèrement à 6 milliards d'euros en 2014 et les soupçons de fraudes et d'évasion fiscales n'y sont pas étrangers. L'AIF a d’ailleurs transmis plusieurs dossiers au parquet du Vatican.

Questions : ce parquet est-il indépendant ? S'agit-il d'une opération « mani pulite » à la sauce vaticane ? Bref Info ou Intox ?

http://www.romandie.com/news/Vatican-147-signalements-doperations-financieres-suspectes-en_RP/597913.rom

19 sénateurs demandent l'abrogation du délit de blasphème : art 166 du code pénal local d'Alsace-Moselle qui punit tout individu coupable de délit de blasphème d'une peine de prison de 3 ans ou plus. Dans l'exposé des motifs, on peut lire «  Anomalie de l'Histoire, cet article 166 est un sujet de débat entre certains juristes et certains tribunaux sur la portée de cette disposition et son application possible. Le meilleur moyen de clore ces atermoiements est de supprimer cet article 166 du code pénal local d'Alsace-Moselle.[...] Les représentants des religions d'Alsace-Moselle ont proposé, le 6 janvier 2015 lors d'une audition devant l'Observatoire de la laïcité, d'abroger la législation locale relative au blasphème. » La sagesse siège au Sénat... et au Palais Bourbon ?

Publié dans Ramasse-miettes

Commenter cet article

JCD 11/06/2015 12:17

MERE TERESA se faisait soigner dans une clinique huppée de CALIFORNIE ...
entre 2 voyages au CAIRE......

Ces curés et bonnes âmes charitables sont tous pareils !!!! des hypocrites