La laïcité face aux dérives concordataire et identitaire

Publié le par Eddy KHALDI

À la suite de l’entretien donné par Élisabeth Badinter le 6 janvier dernier où elle déclarait sur France Inter1: « Il ne faut pas avoir peur de se faire traiter d’islamophobe. », le rapporteur général de l’Observatoire de la Laïcité, Nicolas Cadène, avait stigmatisé sur Twitter2, sans raison apparente, les propos de la philosophe accusée de détruire son travail. Pourtant, celle-ci n’avait à aucun moment évoqué ni l’Observatoire, ni ses responsables. Seul le mot « islamophobie » a fait débat lors de son interview. Depuis quelques années, des dérives insidieuses se sont installées autour de ce concept d’islamophobie souvent utilisé. Chacun le définit à sa manière, selon ses convictions ou intentions : « Le mot "islamophobie" a été pensé par les islamistes pour piéger le débat et détourner l'antiracisme au profit de leur lutte contre le blasphème. »3 . Ce que confirme Gilles Kepel 4 : « mot inventé par les Frères Musulmans par symétrie spécieuse avec la victimisation des Juifs »

Interrogeons-nous, avons-nous le droit de critiquer une religion et la critique d’une religion doit-elle être assimilée au racisme ?

En 2005, le Haut Conseil à l'Intégration alertait : « En République, la critique de la religion, comme de toute opinion, est libre et constitutionnellement garantie. Elle ne saurait être assimilée au racisme et à la xénophobie, que les membres du HCI combattent activement. La pratique de la religion étant libre, l'islamophobie, c'est-à-dire la peur ou la détestation de la religion islamique, ne relève pas du racisme. »5 Plus récemment, le dessinateur Charb, assassiné en janvier 2015, dressait un réquisitoire virulent  contre l'utilisation du mot « islamophobie ». Son livre posthume est, d’ailleurs, intitulé « Lettres aux escrocs de l'islamophobie qui font le jeu des racistes ». « Le chantage à l’islamophobie est insupportable. La critique d’une religion ne se confond pas avec l’injure faite aux fidèles de cette religion, et c’est au juge et à lui seul de faire le partage, si litige il y a.»6

Sortir des accommodements irraisonnables

La réaction aux propos du rapporteur de l’Observatoire de la Laïcité ne s’est pas fait attendre. Le 11 janvier, trois membres de celui-ci, Patrick Kessel président du Comité Laïcité République, Jean Glavany député et Françoise Laborde sénatrice, dénoncent, comme ils le font depuis plusieurs mois : "les accommodements irraisonnables et le repli communautariste (de l'Observatoire)- au regard de différentes religions- au détriment de l’esprit d’une véritable République laïque". Ils ont annoncé suspendre leur participation à ses travaux présidés par Jean-Louis Bianco7. Jusqu’à fin décembre 2014, son président s’évertuait à proclamer, en toutes circonstances : « La France n'a pas de problème avec sa laïcité »8 . Il voulait faire admettre sa vision d'une « laïcité d'apaisement», en particulier, dans l’affaire Baby loup : « la loi ne règle pas tous les problèmes ». En clair il ne faut pas légiférer et pour le moins rester dans l’ambiguïté !

Le 15 Janvier trois organisations la Fédération Nationale de la Libre Pensée, la Ligue des Droits de l’Homme et la Ligue de l’enseignement publient un communiqué dans lequel elles estiment que : « L’Observatoire de la laïcité, son président et son rapporteur, viennent d’être la cible ces jours derniers d’attaques – du Premier ministre ? - aussi injustifiées que dénuées de fondement » et, une semaine plus tard, lancent une pétition9 : « pour soutenir Jean-Louis Bianco et Nicolas Cadène les responsables de l’Observatoire de la Laïcité » en réponse à une autre pétition lancée par deux personnes10 : « Mr JL Bianco doit démissionner de la présidence de l'Observatoire national de la laïcité ».

Le 18 janvier, le Premier ministre, lors d'une conférence du Conseil représentatif des institutions juives de France, s’exprime sur ce débat et avertit: "Je verrai bientôt Jean-Louis Bianco. L'Observatoire de la laïcité, placé d'ailleurs sous ma responsabilité –je lui rappellerai–, ça ne peut pas être quelque chose qui dénature la réalité de cette laïcité". Le Premier ministre s’interrogeait sur la signature, au lendemain des attentats du 13 novembre 2015, de Jean-Louis Bianco et Nicolas Cadène au bas d'une tribune de l’association pluri religieuse « COEXISTER » 11 intitulée « Nous sommes unis »12 dans une orchestration médiatique. Le 26 janvier 2016, 150 personnalités diffusent dans le Monde et Libération, sans se prononcer sur le fond du débat, « Une lettre de soutien à Jean Louis Bianco et Nicolas Cadène »13.

Ne pas sacrifier les principes pour l’émotion

On ne peut sacrifier la laïcité des institutions pour la légitime émotion sur l’autel du terrorisme. Ne sacrifions pas les principes permanents pour l’émotion passagère. Pourtant, les deux responsables institutionnels de l’Observatoire de la laïcité, placé sous l’autorité du Premier ministre, ont, dans leur fonction, soutenu le texte de 4014 puis 80 personnalités de quelques organisations éparses et cautions d’une myriade d’associations cultuelles dans la galaxie, exclusive, des trois religions du livre. Et les orthodoxes, les bouddhistes, les hindoues, les évangéliques… ? Cette démarche s’inscrit explicitement dans une stratégie interconvictionnelle concordataire. Et, parmi les signataires figurent des militants réputés proches des Frères musulmans et du Collectif contre l'islamophobie (CCIF), dont les prises de position sont très controversées. Le CCIF présente notamment la loi scolaire de 2004 comme discriminatoire et celle de 2010 contre le port du voile intégral comme "islamophobe". Mais aussi à leurs côtés le rappeur Médine qui chante et proclame, sur des textes très communautaristes, que la société française et la laïcité sont en guerre contre les musulmans.

Ainsi, le Premier ministre ne pouvait que rappeler : "On ne peut pas signer des appels, y compris pour condamner le terrorisme, avec des organisations que je considère comme participant du climat que l'on a évoqué tout à l'heure, ça, ce n'est pas possible", il évoque un "climat nauséabond". Concernant Nicolas Cadène, il affirme qu'"un collaborateur d'une organisation de la République ne peut pas s'en prendre à une philosophe comme Elisabeth Badinter". "L'Observatoire est indépendant mais là, il y a des lignes qui ont été dépassées, et je le rappellerai à chacun", conclut le Premier ministre.

Jean-Louis Bianco ripostait, à tort, en écornant l’autorité Manuel Valls : «L'Observatoire de la laïcité n'est pas placé sous sa responsabilité", dit-il sur Twitter15. Il accuse le Premier ministre de méconnaître "la réalité des institutions indépendantes"

On peut lui faire remarquer que l’Observatoire de la laïcité16 n’a pas le statut d'une « autorité administrative indépendante » (AAI). Selon le Conseil d’État, les AAI sont des « organismes administratifs qui agissent au nom de l'État et disposent d'un réel pouvoir, sans pour autant relever de l'autorité du gouvernement ». Ce n’est pas le cas de l’Observatoire de la laïcité[ instance placée auprès du Premier ministre ayant pour objet de conseiller et d’assister le Gouvernement « dans son action visant au respect du principe de laïcité dans les service publics. » « Un rapporteur général est nommé par arrêté du Premier ministre. Il propose un programme de travail et assure la coordination des travaux de l'observatoire. Il assure le secrétariat des séances. » Ce rapporteur doit-il, hors de son activité, observer un devoir de réserve sur les sujets afférents à ses compétences ? La jurisprudence mentionne que des agents exerçant des responsabilités ne peuvent tenir des propos ou commettre des actions qui auraient des répercussions sur les conditions d’exercice de ses fonctions. Il semble que ce n’est pas la première fois que des écarts sont constatés.

Dans la compétence de l’Observatoire : « visant au respect du principe de laïcité dans les services publics » est-il légitime, au regard de la laïcité et de la liberté d’expression, de s’abandonner à reprendre et à réprimander les propos, non diffamatoires et non contestables de citoyens fussent ceux d’Elisabeth Badinter?

Le 26 janvier, le Collectif Laïque, presque au complet, signe avec 18 de ses organisations17 un communiqué18 : «Élisabeth Badinter a, sur France Inter, dénoncé l’usage pernicieux du terme «islamophobie» contre la laïcité. Le Collectif partage cette critique. Nous regrettons que ces propos aient donné lieu à de violentes attaques injustifiées dans les médias et sur les réseaux sociaux, notamment de la part du rapporteur général de l’Observatoire de la laïcité.» On ne peut se focaliser, exclusivement, sur des problèmes de personnes, il faut s’interroger sur les questions de fond. L’hebdomadaire Marianne, dans un dossier, semble poser quelques questions, exclusivement centrées sur une période récente : « De Jean Louis Bianco à Patrick Buisson : ils veulent tuer la laïcité ».19

Donner de la laïcité une définition claire.

La laïcité s’inscrit, de plus en plus, dans un unanimisme trompeur. Pierre angulaire du modèle républicain, cette laïcité n’était-elle pas qualifiée de « positive » en 2007 par ceux qui, en 1984, combattaient cette "vieille lune pour esprits attardés" ? N’est-ce pas là le triomphe de l’équivoque ? Cette entreprise de récupération  du mot laïcité participe d’une volonté de dénaturation du concept dans des traductions très diverses et parfois antinomiques. D'une part, l’extrême droite et la droite identitaire, dans une attitude de façade, concentrent leurs feux sur l’islam, en convoquant la laïcité avec toutes les arrière-pensées que l’on sait. D'autre part, dans le domaine institutionnel, le dualisme scolaire profite de plus en plus à l’Eglise catholique, avec l’appui d’élus, de toutes tendances. Certes, on ne saurait réduire la question de la laïcité à celle de l’école. Pour autant, l’en exclure, maintenant, est un piège qui conforte une dérive concordataire. Pire, un reniement au regard de nos principes républicains.

Derrière cette polémique abondamment médiatisée, centrée presque exclusivement sur des personnes, le débat autour de la définition du principe juridique de laïcité et ses applications perdure. Laïcité parfois remise en questions, y compris, par des associations «  investies de façon historique » qui ont pu se laisser emporter dans les stratégies cléricales concordataires initiées, par l’Église catholique, depuis la fin du deuxième conflit mondial en inventant le concept de « laïcité ouverte » réactivé après 1984.

«Nous ne sommes pas des acteurs politiques, mais nous sommes des partenaires des institutions», revendique, aujourd’hui encore, Olivier Ribadeau-Dumas, secrétaire général de la Conférence des évêques des France (CEF). «Les religions sont des partenaires», abonde Anouar Kbibech, président du Conseil français du culte musulman. Ces discours ambigus nécessitent clarifications.

Loin de s’éteindre, la guerre scolaire s’aggrave toujours depuis la loi Debré de 1959, et les concessions au pluralisme scolaire après juillet 1984 ont ouvert la voie à la « laïcité plurielle » et au développement d’une stratégie institutionnelle concordataire. Ils s’inscrivent dans cet appel œcuménique, en 1987 du Cardinal Vilnet président de la CEF : « L'heure semblerait venue de travailler avec d'autres, à redéfinir le cadre institutionnel de la laïcité » aussitôt, à l’unisson, ces collègues cardinaux prenaient la relève " Entre l'Eglise et l'Etat, on ne peut plus parler de séparation, mais de collaboration " affirme en I988 Decourtray sitôt suivi par son confrère Lustiger : " Si l'Etat ne faisait pas l'effort de redéfinir les conditions de la séparation, dans l'état actuel des mœurs et de la société, il porterait gravement atteinte à un droit imprescriptible, au patrimoine spirituel qui est un bien de la nation. "

La société française se trouve, aujourd’hui, confrontée à l’émergence de l’Islam aux côtés des autres religions du Livre. De la prise en compte de cette réalité est né un débat entre ceux qui militent pour une bienveillance et une reconnaissance institutionnelle à l’égard de l’Islam donc l’inscrire dans un processus concordataire afin de maintenir et développer les accommodements et passe droits de quelques cultes. Alors que d’autres développent une logique identitaire, comme Eric Ciotti : « La France est le fruit de ses racines chrétiennes. Notre devoir est de faire en sorte que la France reste la France ! C'est pourquoi, je vais déposer une proposition de loi visant à inscrire dans notre Constitution nos racines chrétiennes. ». Après le débat sur « l’identité nationale » lancé par le précédent président de la République, c’est l’illustration de la confusion et la stratégie de ceux qui enferment toute une partie de la population issue de l’immigration dans une appartenance présupposée à l’Islam, imposée comme marqueur identitaire. On assiste à une partition de la sphère publique éclatée  en appartenances religieuses par ce marquage ostentatoire imposé. « Hérité de l’histoire, le modèle alsacien-mosellan », élargi à l’islam, « intéresse Paris », laisse par ailleurs entendre la presse20.

Sauf à tomber dans le piège de cette alternative concordataire ou identitaire qui trahit nos principes républicains, on ne peut pas dissocier la question de l’Islam de celle des autres cultes et convictions.

Alors, pour respecter nos principes républicains, la seule voie possible ne peut être que la laïcité.

C’est la seule question qui vaille, car, on ne peut réduire cette polémique née d’un tweet à la démission de tel ou tel responsable institutionnel. Cela relève de la responsabilité du pouvoir politique. Cependant on ne peut occulter plus longtemps les débats combats, essentiels, sous-jacents autour de la laïcité.

1905, la liberté de conscience faite loi

La laïcité, pour l’Etat et les institutions publiques, n’est ni l’inclusion, ni l’exclusion des convictions ou des religions. LA LAÏCITE, PRINCIPE CONSTITUTIONNEL, N’EST NI CONTRE LES RELIGIONS, NI AVEC MAIS SANS ELLES. La laïcité c’est la neutralité, la séparation. Seule la neutralité effective de l’Etat et celle des institutions concrétise le primat de la liberté de conscience et garantit la liberté de culte pour ne placer aucune opinion au-dessus des autres. Ainsi l’Etat est le gardien de l’égalité républicaine.

L’obligation de respecter le principe constitutionnel de laïcité de chaque citoyen et non de quelques groupes ou religions arbitrairement choisies est la meilleure assurance que l’émancipation, la liberté, les droits et la sécurité de chacun d’eux soient garantis de manière effective. La laïcité c’est refuser tout privilège à l’athéisme comme aux religions.

La laïcité relève d'abord du droit. Au regard de la loi de séparation des Eglises et de l’Etat, du 9 décembre 1905, c’est : le primat de la liberté de conscience, l’égalité en droit de tous les citoyens (et non des religions) au regard de leurs convictions, y compris religieuses et la nécessaire neutralité de l’Etat au regard de toutes les convictions. La neutralité de l’Etat à l’égard de toutes les convictions et croyances n’est pas exempte de valeurs, ce n’est pas une abstraction. Elle constitue la condition nécessaire pour l’égale dignité de tous les êtres humains quelles que soient leurs cultures et leurs pratiques religieuses. Toute reconnaissance institutionnelle et une assignation à une appartenance privée constitue une discrimination positive

Dans son rapport parlementaire du 4 mars 1905 afférent à la loi de séparation, Aristide Briand aborde ainsi sa conclusion : «  Aujourd’hui, il n’est plus personne pour contester sérieusement que la neutralité de l’Etat en matière confessionnelle ne soit l’idéal de toutes les sociétés modernes. »

Cette volonté de dissoudre la neutralité de l’Etat procède d’une démarche cléricale. Jean Baubérot (organisateur de la pétition de soutien à Jean Louis Bianco)21 répète à l’envi qu’il est l’héritier de Briand et nous assène « l’État ne saurait être neutre »22 et « La laïcité, "une interprétation fallacieuse de la neutralité de l'Etat »23

Le rôle de l’État est d’assurer la sécurité et la liberté de culte et non de l’organiser. L’Islam en France doit rester l’affaire des musulmans. Ce n’est pas exclusivement la « liberté religieuse » que la laïcité garantit mais d’abord la liberté de conscience, laquelle permet le droit de choisir sa religion, n’en pas avoir ou d’en changer. Voire de militer contre toute religion.

Les institutions publiques doivent demeurer incompétentes en matière de religion, ne reconnaître institutionnellement aucun culte, aucune croyance. Cette séparation et cette stricte neutralité garantissent l’égalité des citoyens au regard de toutes les convictions.

Eddy KHALDI

Auteur de ABC de la Laïcité

Illustré par ALF

2015 Editions Demopolis

Texte publié par Le Délégué revue des DDEN

1 http://www.franceinter.fr/emission-linvite-elisabeth-badinter-il-ne-faut-pas-avoir-peur-de-se-faire-traiter-dislamophobe

2 Quand 1 travail de pédagogie de 3 ans sur la #laïcité est détruit par 1 interview à @franceinter d'1 personne. À quand 1 vrai débat clair ?

3 Caroline Fourest & Fiammetta Venner - Islamophobie ? Revue ProChoix n°26-27, 2003

4 Gilles Kepel – Terreur dans l’Hexagone Gallimard p.42

5 HCI rapport de 2005

6 Régis Debray, dans Marianne du 29 janvier 2016

7 http://www.laicite-republique.org/un-petit-monsieur-qui-s-attaque-a-une-grande-dame-j-glavany-p-kessel-f-laborde

8 Le Monde 25 juin 2013. http://www.lemonde.fr/societe/article/2013/06/25/la-france-n-a-pas-de-probleme-avec-sa-laicite_3436086_3224.html#mKD04iZZSUQOCgPC.99

11 Hébergée par les Assomptionnistes. https://carolinefourest.wordpress.com/2016/01/25/les-reponses-mensongeres-de-coexister-et-le-titre-diffamatoire-du-monde/

12 http://www.noussommesunis.com/index.html

13 http://www.liberation.fr/debats/2016/01/26/lettre-de-soutien-a-jean-louis-bianco_1429038

14 http://www.liberation.fr/debats/2015/11/15/nous-sommes-unis_1413644

15 https://twitter.com/jeanlouisbianco

16 Le décret n° 2007-425 du 25 mars 2007 défini ses compétences

17 A.E.P.L. Ile-de-France – Association Européenne de la Pensée Libre - C.A.E.D.E.L. – Mouvement Europe et Laïcité - Association Le Chevalier de la Barre - Les Comités 1905 - Fédération Française de l'Ordre Mixte International "Le Droit Humain" - ÉGALE - Grande Loge Mixte de France - Grande Loge Mixte Universelle - Grand Orient de France - Association Laïcité-Liberté - Comité Laïcité-République - Association Libres MarianneS - Association des Libres Penseurs de France - La Ligue du Droit International des Femmes - Observatoire de la Laïcité Provence – O.L.P.A. - Regards de Femmes - U.F.A.L. – Union des Familles Laïques - Union Rationaliste

18 http://blogs.lexpress.fr/lumiere-franc-macon/wp-content/blogs.dir/693/files/2016/01/Communique-COLLECTIF-LAIQUE-26.01.2016-1.pdf

19 Marianne du 29 janvier au 5 février 2016.

20 Le Figaro, 3 mars 2015.

22 Les 7 laïcités françaises

23 http://www.lexpress.fr/actualite/societe/la-laicite-une-interpretation-fallacieuse-de-la-neutralite-de-l-etat_1648115.html


 

Publié dans LAICITE

Commenter cet article

Raymond 29/02/2016 19:06

La Laïcité,c'est la neutralisation des religions dans les services de l' Etat.

C'est aussi la SEPARATION de l' Etat et de toutes les religions [ titre officiel de la loi de 1905 ] .

chaillou-périssé 24/02/2016 12:08

La république, face aux religions, doit rester absolument neutre. Personnellement, je pense que la pratique, et la pensée de la religion musulmane, restent incompatibles, aujourd'hui, avec nos institutions.