Motion sociale

Publié le par Association des Libres Penseurs de France

Sans confondre son rôle ni son champ d’intervention avec ceux des organisations politiques et syndicales, le mouvement libre penseur a toujours lié son combat en faveur de la liberté de conscience à celui pour le progrès, la justice sociale et la démocratie. La récente loi Travail – dite « El-Khomri » - adoptée sans vote à l’Assemblée Nationale, suscite la réprobation des Libres Penseurs quand elle dispose, en son article 6, de « la liberté du salarié de manifester ses convictions, y compris religieuses. »

À l’exception, peut-être, de celui établi pour un ministre du culte, aucun contrat de travail n’a pour objet de garantir qu’un salaire devrait être versé en contrepartie d’un signe de croix ou d’une génuflexion ! On ne vient pas au travail pour faire sa prière.

Quant à la liberté de conscience du salarié – donc sa liberté de religion, de non-religion ou d’anti-religion elle est déjà protégée, dans l’entreprise comme ailleurs, tant par la Constitution que par l’actuel Code du Travail.

C’est pourquoi l’ADLPF, réunie en congrès à Boé (Lot-et-Garonne) les 21 et 22 mai 2016, dénonce la réécriture de cette disposition qui, en faisant primer la liberté de religion sur la liberté de conscience et sur l’égalité des droits des citoyens, laisse pour compte la grande majorité des salariés : ceux qui n’ont pas de religion et ceux qui tiennent à pratiquer leur culte discrètement et paisiblement, sans ostentation ni prosélytisme auprès de leurs camarades de travail

Publié dans ADLPF, SOCIETE, LAICITE

Commenter cet article

ARNAUD 30/05/2016 11:19

La Liberté de Penser, comme la Liberté de croire ou ne pas croire en une entité appelée par certains "dieu", ne doivent pas être prises en otage. Notre Constitution défend, jusqu'à présent la Liberté de Penser, si nous acceptons une modification, quel qu'elle soit, nous mettons les doigts dans un engrenage dangereux vis à vis de ces Libertés et rejetons celles ci. Nous devons défendre notre République par TOUS les moyens, même révolutionnaires.