Prendre garde aux dérives de langage

Publié le par Annie BUCHENOT

Le 24 août 1572 dans le royaume de France le jour de la Saint-Barthélemy des catholiques fanatisés par leur idéologie ont massacré des protestants et les eaux de la Seine étaient rouges du sang de ceux qui ne pensaient pas comme eux.
 
Le 14 juillet 2016 dans la république française le jour de la fête nationale un musulman fanatisé par les discours haineux de DAESH a massacré des dizaines de personnes et la Promenade des Anglais est devenue le théâtre de l'horreur.
 
Le 26 juillet 2016 dans notre France laïque et républicaine un autre musulman a tué un vieil homme qui pratiquait en toute liberté le culte de son choix comme le lui permet la laïcité dans notre état de droit.
 
Certes on comprend que l'assassinat de ce prêtre touche particulièrement les catholiques mais la mort d'un homme dans ces circonstances concerne tous les hommes; tous les citoyens ,croyants et incroyants.
Tuer au nom de la religion c'est perpétrer un crime contre la liberté de penser et de s'exprimer; un crime contre la laïcité.
 
Les libres penseurs dont l'objectif est de défendre cette laïcité partagent ce combat contre l'intolérance et le fanatisme religieux mais ils rappellent aux représentants de la République que l'Eglise n'est plus sa fille aînée. L’assassinat du vieil homme est celui d'un homme libre dans un pays libre.
Pendant des siècles l'emprise des consciences a provoqué des crimes. Dans notre pays on pouvait penser que la laïcité était l'ultime combat contre cette emprise. Les évènements actuels prouvent qu'il n'en est rien.
Alors au nom du respect de la laïcité n'acceptons aucune dérive même de langage.
 
Annie BUCHENOT

Publié dans LAICITE

Commenter cet article

Roger 02/08/2016 15:10

En toutes ces tristes circonstances, nous sommes et restons "Charlie", rien de moins, rien de plus.

marochon 30/07/2016 16:41

R A S .toutes les religions conduisent au crime , ( de masse ou individuel ) .