Paroles de militants

Publié le par Association des Libres Penseurs de France

Notre camarade Jean Schwartzman nous propose sa vision sur les urgences qui doivent nous interpeller et... nous faire agir!

Réflexion sur la nocivité des religions.

Je pense qu’il est grand temps d’affirmer notre rôle face à la résurgence de la pression religieuse. Le risque est grand. Si l’on ne s’en tient qu’à l’actualité, il serait bon de mettre en évidence les prosélytismes des diverses religions.
Est-il nécessaire de rappeler qu’il a fallu opposer les armes face à la rage du clergé et d’une partie de ses ouailles pour faire respecter les lois de notre République Laïque ? Je ne pense pas exagérer en affirmant que le fait religieux est de plus en plus présent, et par là même dangereux en dehors de son environnement réservé.
 
Il est curieux d’observer l’évolution des positions des diverses religions et leurs rapprochements de façade, ce qui n’empêche aucunement de retrouver une certaine violence sur le terrain. Comment le commun des mortels peut-il encore croire, au 21ème siècle, quand les religions, pour renforcer leur influence, n’hésitent pas se rapprocher, niant ainsi leur propre importance, voire leur réalité ? Ainsi la preuve est faite : le socle de la croyance est la Bêtise, mais n’est ce pas là le vrai danger : inculquer aux masses l’idée que leur vie n’est qu’une parenthèse, et qu’il est essentiel de défendre jusqu’au prix de sa vie une vision de l’au-delà inculquée par des institutions vénales ?
 
Ajoutons à cela la manipulation des esprits par le biais de la plupart des dirigeants politiques pour laisser penser que la religion peut être une composante essentielle de la démocratie. Manipulation pour le moins insensée, mais qui peut s’avérer criminelle.
La conclusion pour moi s’impose : défendons l’essentiel, laissons croire ceux qui le veulent, mais luttons activement contre toutes ces entreprises d’abrutissement. Nous avons les outils pour cela. En premier la référence à l’Histoire et, tout simplement, l’observation de l’actualité. Les symboles religieux se complaisent dans le sang et la misère. Quelle religion fait barrage à la violence ?, Aucune ! Elles s’appuient sur la vie et se nourrissent de la mort. Que font-elles face à la misère ? Elles la gèrent. Donc, pour aller dans leur sens, si Satan il y a, il se nomme « religions ».
 
Le remède se trouve certainement dans une forme éducative qui développerait le sens critique face à tout ce qui n’est pas prouvé : on l’exige bien de la science ! La politique peut elle-même être un remède, à condition qu’elle devienne une expression populaire et non élitiste. La politique, au contraire de ce que beaucoup voudraient faire croire, est saine. Simplement, comme un couteau peut trancher du pain, il peut aussi tuer… mais une chose est certaine : la politique s’appuie toujours sur des réalités pour se construire bien ou mal, elle ne s’appuie pas sur un mystère.
 
En réalité ce que je pense est sans importance, l’exprimer peut être utile s’il peut générer un échange voir même des contradictions mais notre influence reste trop restreinte pour espérer atteindre un niveau audible,d’où la nécessité d’après moi de réfléchir sur la manière d’agir de concert avec tous ceux qui ont les mêmes préoccupations.
Tout est à faire , rien n’est facile,mais ne pas s’ouvrir aux autres ,faire des procès d’intention,qu’avons-nous à y gagner ? Avoir la satisfaction, d’amener des personnes à nous entendre, échanger, ne peut qu’être bénéfique pour le combat que nous avons à mener.
 

Commenter cet article

chafaa 26/05/2017 05:12

Les religions ne seraient jamais cet horrible monstre qui menace nos systèmes , chacun peut sentir la lourdeur de sa marche à la cadence de ses pas vers un but en cheminant dans les dédales de ses pensées et de ses convictions idéologiques . Sommes-nous en paix avec nous-mêmes pour pouvoir justifier notre existence aux yeux de ce monde , qui ne cesse de proposer une semi-vérité de notre sorts à nous en tant qu'individus sensés et libres , mais qu'une forme de dictature démocratique menace d'emporter vers la tombe de l'oubli , ou devrions-nous renier l'histoire de l'homme afin de se reconstruire une nouvelle religion de complaisance et adorer nos bourreaux ?!
Certes , l'homme est contre nature puisqu'il est esclave de ses idées quand sa condition , en général , le gêne et le déprime , lui commande sa volonté , le prive de sa liberté de jugement puis lui fausse la raison . Il est devenu ce gibier élevé en batteries , dans les villes , qu'on lâche une fois ouverte la saison de chasse aux urnes mais qu'on parque à coups de lois , en ce 21 siècles , dans les enclos de la privation comme trophée à la démocratie traditionnelle .
Le seul rempart entre l'homme et son évolution sont les traditions , certains peuples font la guerre par tradition , d'autres tuent au nom des traditions , les richesses se partagent selon les traditions et le pire joug sont les idéologies traditionnelles .
A chaque fois qu'on désigne un homme ou une femme du doigt , on perd en réflexion profitable et saine pour le monde futur.

Mendez 25/05/2017 17:14

Merci pour la pertinence de cet article. Abonné à l'ADLPF je lis toujours avec intérêt les lettres reçues.
Je fais suite à la ''Parole'' de Jean Schwartzman en vous informant que j'ai écrit, en 2016, un livre intitulé ''Levons le voile. De l'ignorance à la barbarie'', suite aux attentats de janvier et du 13 novembre 2015. Trois maisons d'édition ont aimablement refusé sa parution. Mon propos dérangeait sans doute ... Cordialement Marcel

Petitjean 25/05/2017 17:42

Ton bouquin es-t-il " achetable " ? Peux-tu me l'envoyer et ...la facture avec ! Salut et fraternité.