L'islam est-il un danger pour la République ?

Publié le par Association des Libres Penseurs de France

Le dernier épisode du conflit israélo-palestinien, a remis sur le devant de la scène, le poids des religions et les risques "d'importation sur notre sol" de ses conséquences. Ainsi s'est reposé le rôle de l'islam, de ses éléments les plus fanatiques et la question de sa place dans la société française.

Dans ce domaine, les principes de la Libre Pensée sont clairs : "La L.P. considère toutes les religions comme des obstacles à l'émancipation de l'homme. Elles divisent les hommes et les détournent de leurs buts terrestres, en développant dans leur esprit la superstition et la peur de l'au-delà". L'essentiel est dit à travers ces trois lignes et même si certains pensent que l'islam est "soluble dans la République", tant que la religion islamique empiètera dans la sphère publique, elle restera un danger pour la république. Nous continuerons donc à la combattre… comme nous combattons les autres religions !

"L'islam de France" doit se plier à la loi française, il doit donc à ce titre respecter la loi de 1905, dite de "séparation des églises et de l'Etat". Les Libres Penseurs ne doivent pas accepter davantage les intrusions de l'islam qu'ils n'acceptent celles du Vatican et des autres chefs religieux dans la sphère publique. Ces critiques nous les mènerons au nom de la liberté d'expression dont nous bénéficions encore en France… en espérant que le blasphème ne redevienne jamais un délit !

En 2002, dans le Nouvel Observateur, Talisma Nasreen, écrivain et gynécologue au Bengladesh, écrivait : "Il faut critiquer l'islam. C'est un acte utile pour ceux qui vivent dans ces pays. Sous l'islam, ni la démocratie, ni les droits de l'homme ni les droits de la femme, ni la liberté d'expression ne peuvent survivre. Ce dont les pays islamiques ont le plus besoin, c'est d'introduire la laïcité , d'abolir d'urgence les lois islamiques pour sauver les femmes. Si vous voulez réellement du bien aux pays islamiques, vous devez combattre l'islam".

Dans une vidéo récente (voir notre blog libre-penseur.over-blog.com) Wafa Sultan, une Syrienne éduquée par une famille musulmane traditionnelle, raconte comment elle a refusé sa religion en voyant assassiner son professeur par les "frères musulmans". Elle a depuis quitté la Syrie, mais elle n'a pas renoncé à critiquer une religion devenue pour elle "synonyme de mort et d'intolérance".

La dernière attaque contre Gaza a mis en lumière, une fois encore, la nécessité d'un dialogue s'appuyant sur la laïcité et laissant "les religions au vestiaire" par tous les protagonistes. En France, le gouvernement doit, au nom de cette loi de 1905, cesser de faire les yeux doux et soutenir, même indirectement, l'UOIF et ses sbires".

Enfin, dernièrement, la TV n'a pu passer sous silence l'histoire de cette petite yeménite de neuf ans, mariée de force à un homme de vingt ans son aîné ! De tels faits ne peuvent nous laisser indifférents. Il doit être notre combat quotidien. Sans notre vigilance et notre solidarité rien ne pourra changer. Et que l'on ne vienne pas nous parler d'islamophobie. Le mot signifie littéralement "peur de l'islam". Pour Caroline Fourest, le terme a été initialement employé pendant la révolution iranienne par l'ayatollah Khomeiny pour signifier le "blasphème" envers la religion islamique.

Il s'agit donc bien pour nous d'un droit à critiquer l'islam en tant que religion et non pas d'un quelconque racisme anti-arabe. Les manifestations de haine envers les Maghrébins sont bien entendu condamnables en tant qu'actes racistes, mais la loi française fait la différence entre les croyances qui peuvent être critiquées et les croyants dont les libertés individuelles doivent être respectées.

Joseph PETITJEAN

Président de l'A.D.L.P.F.

Commenter cet article

iskender 13/07/2009 04:07

                www.islam-documents.org   Plus de 20 000 documents sur la naissance de l'islam. Dans un but de dévoilement, scientifique et critique, et parfois moqueur. Il s'agit de la plus grosse ressource documentaire sur le sujet , au contenu souvent inédit et toujours authentique: les biographies de Muhammad (SIRA), extraits des chroniqueurs musulmans (Tabari...), recueils biographiques (Ibn Sad), versets coraniques, commentaires coraniques (TAFSIR), les corpus principaux de traditions (HADITH) inscriptions arabes, codes juridiques, géographes arabes, auteurs chrétiens orientaux et byzantins (et meme des sources chinoises!).     C'est une petite équipe d'universitaires qui s'en est chargé. Une nouvelle version est enfin disponible , revue et augmentée. Elle compte 2700 pages mars 2008. Nous ferons une version encore améliorée tous les ans.   ça y est : la version 2009 d’islam-documents.org est enfin disponible: 3700 pages et 3 ans de travail. bonne lecture et bon courage! 

Pierre Bellenger 08/03/2009 19:31

Le CREAL 76 me fauit découvrir votre association.Le fait religieux ne m'est pac étranger puisque j'ai fait mes études au séminaire en vue de la prêtrise catholique. La guerre 39/45 m'a coupé la route, et maintenant je serai plutôt dans votre association.En visitant l'Egypte sur les pas de Moïse, j'ai découvert que la religion a été inventée pour asseoir l'autorité du pharaon sur le peuple. Cela à permis aux pauplades de cimenter leurs nations. Moïse, élevé au sein de la cour du poharaon a très bien compris et a perfectionné encore la méthode. Ce fit une réuusite de taille puique 35 siècles plus tard, cette religion existe toujours avec une virulence, malgré des siècles de diaspora. La religion catholique en est un avater, la religion protestante un avatar de la religion catholique. Quant à la religion musulmane, je ne la connais pas assez pour dire son cheminement, mais elle est une religion au stade ou en était l'église catholique il y a quelques siècles.Que la restauration de la féodalité que nous vivons conduisent notre président élu à utiliser les religion pour sa dictature, rien d'étonnant. C'est même intelligent de sa part. Il a fort bien compris le rôle que peut jouer la religion dans swson prolet politique. Comment réagir pour reprendre l'évolution que le siècle des Lumières avait suscitée, et que nous voyons se détruire sous nos yeux. Voilé le thème de mon travail de recherche actuel.Je serais heureux de savoir si cette piste vous intéresse.Bien cordialement.