Elizabeth Badinter interpelle les femmes en burqa

Publié le par Christiane ALLOUX

Comment pourrions nous, européens, accepter tout de go que des femmes soient cachées sous un drap noir ou d’une autre couleur d’ailleurs. Nous sommes tous, hommes et femmes nés sans vêtement. Nous avons tous des différences, grands, petits, blonds, bruns, roux, avec des yeux de couleurs différentes, des peaux de couleurs différentes. Nos habits peuvent aussi être différents mais, jusqu’à présent, tous les êtres humains laissaient voir leur visage. C’est par le visage que la communication se fait lorsque l’on ne parle pas la même langue, un sourire traduit que l’on n’est pas agressif, un froncement de sourcil exprime une réprobation, parfois, un regard en dit plus long que des mots sur la joie ou la tristesse que ressent un individu.

Pourquoi se couper du monde ? Pourquoi refuser le contact ? Pourquoi cette dissimulation ?

 Stop, il n’y a rien de religieux là derrière et il ne faut en aucun cas se laisser entraîner sur cette pente qui n’est pas la réalité.

Dans le monde musulman, de nombreux imams, des philosophes musulmans que l’on ne peut pas soupçonnés d’être autres que de bons musulmans s’élèvent contre cette « nouvelle forme de provocation ».

 Car, qui se cache derrière une Burqa ?  Qui peut prétendre que c’est toujours une femme qui est dissimulée derrière ce vaste tissu ?

Qui empêche une femme ou un homme qui porte une burqa de porter une ceinture d’explosifs, un pistolet ou une arme ?

 Celles et ceux qui exigent que les femmes portent la Burqa avec le prétexte que c’est une sécurité pour elles puisqu’elles n’attirent plus les regards, les convoitises, peut-ils, peuvent-elles comprendre que c’est l’inverse que nous européens nous ressentons ?

Pour nous, que penser de personnes qui se cachent ainsi ? Qu’ont-elles à cacher ? Des visages ingrats, des armes, des regards qui ne peuvent pas croiser les nôtres ?

Ce manque d’ouverture est pour nous considéré comme un manque de respect. Si ces personnes sont en France, c’est qu’elles ont choisi de venir dans notre Pays.

Elles y vivent, ont pour la plupart un toit au-dessus de leur tête, mangent chaque jour, perçoivent des aides, des allocations familiales. Si elles ont fuit leur Pays c’est que leur vie était menacée, ou elles ne pouvaient subsister. La France n’est certes pas un Pays parfait, il ne l’est d’ailleurs pas non plus pour beaucoup de personnes de souche française qui souffrent aussi de difficultés financières par manque de travail et suite à la crise. Mais si dans les difficultés dans lesquelles nous nous débattons depuis maintenant de nombreux mois, voire années nous vous avons accueillis sur le sol français, ne pensez vous pas avoir au moins le devoir de respecter les libertés chèrement acquises de votre pays d’accueil. Les Européennes n’ont jamais porté de Burqa, ce n’est pas nouveau. Tout le monde le sait et tous les musulmans le savent quelque soit leur Pays d’origine alors s’il vous plait respectez nous.

                                                                                              Christiane ALLOUX

 

                                                                                                                                                                               

 

Publié dans LAICITE

Commenter cet article