Ce n’est pas gay avec l’Eglise orthodoxe

Publié le par Régis BOUSSIERES

En Bulgarie, le 30 juin est organisée une gay pride.

Un pope de l’Eglise Orthodoxe, le père Evguéni Yanakiev, un jeune homme à la barbe touffue et aux cheveux longs noués en catogan, a appelé, lors d’une émission de télévision à lapider les participants de la gay pride : « tous ceux qui se sentaient un tant soit peu bulgare et chrétiens devraient trouver une façon de s’opposer à la gay parade. En leur jetant des pierres, par exemple. Les gays sont des malades mentaux. Et l’homosexualité un prélude à la pédophilie ». C’est beau la charité chrétienne ! Et surtout, qui est t’il ce pope pour parler de maladie mentale, un psychiatre ?

Et comment peut-il confondre l’homosexualité avec la pédophilie ? Cela n’a rien à voir, puisque l’on peut être pédophile et hétérosexuel.

L’homosexualité est l’amour entre deux personnes du même sexe ; la pédophilie, entre un adulte qui a des pulsions sexuelles et des enfants qui ne connaissent pas la sexualité. Il devrait savoir ça, lui dont les différentes Eglises sont confrontées à des scandales de viol sur mineurs de la part d’ecclésiastiques. Cette déclaration médiatique a vite été relayée à l’étranger où des associations ont condamné ces propos, en demandant à l’Eglise Orthodoxe de se désolidariser de ce pope. Car, comme c’est bizarre, l’Eglise Orthodoxe n’a rien dit face à de tels appels à la haine! Elle s’est murée dans un silence complice, tout comme l’Etat bulgare. Le Saint-Synode a été interpellé par courrier par les organisateurs de la gay pride pour qu’il prenne position face au pope.

Quelques jours plus tard, celui-ci se fend d’un communiqué, le même que les autres années, pour exprimer son opposition à cet événement « immoral », et rappeler sa position sur l’homosexualité, que l’Eglise considère comme « contre-nature », nuisant à la personne, la famille et la société. Comme quoi, le pope ne fait qu’exprimer plus clairement ce que pense toute la hiérarchie orthodoxe sur l’homosexualité. A coup sûr, tous ces hommes d’églises regrettent le temps bénis du moyen âge et ces bûchers de « sodomites ».

 

                                                                                                                 Régis Boussières

 

Publié dans SOCIETE

Commenter cet article