CENTENAIRE DE LA GUERRE DE 1914 : CE SONT LES RELIGIONS QUI FONT LES GUERRES !

Publié le par Francois LEDRU

Nous avons décidé de publier l’analyse historique suivante, bien qu’elle soit d’une facture très originale et qu’elle n’engage que la seule responsabilité de son auteur.

                         ____________________________________________________________

 

Réponse à ceux qui font semblant de ne pas comprendre, et disent « oh, on ne comprend pas pourquoi les Français tiennent tant à leur laïcité ».

 

Il est indéniable que la laïcité - séparation en 1905 de l’État d’avec l’Église monstrueuse (tueuse de gosses pour qui comprend l'esclavage du Péché de pensée) - a déclenché une telle hostilité de l’Église à ce qui lui apparaissait comme une révolte dramatique pour elle, que cela nous a valu deux guerres mondiales.

 

La seconde a été gagnée en grande part grâce au dévouement des soldats soviétiques qui se sont battus notamment à Stalingrad. Ils ne luttaient pas pour Staline et « la Russie », comme le dit aujourd'hui Poutine. Non, ils savaient que l'URSS athée était l'Ennemi Absolu pour l'Empire du Mal Absolu ! On a donc le devoir de ne pas oublier ceux qui sont morts à Stalingrad (ou Koursk, bataille de chars gagnée à 100% par les Russes).

 

Réfléchissons au vers de La Séparation (chanson de 1903) : « des rois, en vain, Rome attend le soutien » qui est très clair. Il montre la rage du Vatican (qui ne reconnaitra la République française qu'en 1925) et permet de comprendre qui avait voulu quoi en 14. C'est plus compliqué que le simple problème de l'horreur de la guerre. En 1914, considérant le bloc France-Grande Bretagne-Russie, Guillaume II et François-Joseph ne voulaient plus partir en guerre. Il n’était pas logique qu’ils se retrouvent face aux Russes, mais l'Eglise les a court-circuités.

 

Pour la suite, on sait qui a fait Mussolini ; on connait la complicité de Pacelli en poste à Berlin ; et, pour 1933, on sait que le parti Zentrum catho a apporté à Hitler, le jour voulu, des voix bourgeoises qui n’étaient pas destinées à un chef de bande (ce parti disparaît juste après). Or il ne faut rien laisser passer dans cette étude de l'envie qu’avait l'Eglise de voir les pires fachos au pouvoir. Ainsi un fait est peu connu : les pro-germanistes exagèrent l'importance de la défaite italienne de Caporetto et diminuent celle de la victoire de Vitorio Veneto. Mais, en 1917, les Italiens, face à un fort corps allemand venu du front russe, n'avaient reculé que de 70 kilomètres et stabilisé avec une mini-aide française (et un peu grâce à la crue du Piave). Un an après, ils enfoncent les Autrichiens qui se débandent en jetant leurs fusils et, le 11 novembre 1918, l'armée italienne est, en camions et en trains, sur la frontière sud de l'Allemagne, face à rien !

 

L’Église voudra un chef à elle à Rome tout de suite, avec l'aide de la bourgeoisie, pour qu'il NE SE VANTE PAS de ce succès et qu’il laisse les fachos allemands mentir : « nous sommes trahis » ; « nous méritions de gagner ». En 1922 l’Église a déjà choisi et tout planifié : elle laisse la parole aux revanchards allemands.

                                                                                       François Ledru

Publié dans LAICITE

Commenter cet article

JC Dubois 18/06/2014 10:46

Il existe une série de télégrammes adressés par le Pape à l'Empereur François-Joseph d'AUTRICHE pour l'inciter à déclarer la guerre à la SERBIE ; une occasion inespérée pour régler son compte à un Etat de religion orthodoxe , et par ricochet à la France laïque , donc ...impie .
Depuis la déroute de SADOWA (1866) , l'Autriche était hostile à toute guerre.
Mais,il dut se laisser convaincre par le chantage de la Papauté..

JC Dubois 18/06/2014 10:46

Il existe une série de télégrammes adressés par le Pape à l'Empereur François-Joseph d'AUTRICHE pour l'inciter à déclarer la guerre à la SERBIE ; une occasion inespérée pour régler son compte à un Etat de religion orthodoxe , et par ricochet à la France laïque , donc ...impie .
Depuis la déroute de SADOWA (1866) , l'Autriche était hostile à toute guerre.
Mais,il dut se laisser convaincre par le chantage de la Papauté..

Michel THYS 18/02/2014 09:49


Indépendamment des causes socio-économiques responsables des conflits, il me semble que les trois monothéismes, à cause de leur prétention à détenir chacune LA Vérité et LE Vrai dieu, tous trois
héritiers de l' « Ancien Testament » mortifère (même le christianisme, malgré son "message d’amour"), sont à l’origine de toutes les intolérances et de la plupart des guerres qui
en résultent, aussi bien hier qu'aujourd’hui.


L’Histoire confirme d'ailleurs abondamment la piètre aptitude des religions et des idéologies politiques à développer une conscience morale autonome et le respect de la dignité humaine. Elle
témoigne au contraire de leur remarquable aptitude à inciter, dès l’enfance, à la soumission, quelle qu'elle soit.


 


Je pense même que l'absence totale de respect de la vie humaine du nazisme et du stalinisme n'est pas due à leur idéologie politique soi-disant athée (l'athéisme est seulement une option
philosophique rationnelle), mais à la croyance religieuse initiale des « dominants » que furent Hitler ou Staline, et à celle des dominés qu'ils ont facilement endoctrinés, la
soumission religieuse ayant constitué un terreau favorable à leur soumission idéologique et permis aux premiers de transférer aux seconds la conviction de leur prétendue
« supériorité aryenne ».


 


Il en fut de même, mutatis mutandis, sous le gouvernement de Vichy, lorsque la police française de René Bousquet s'est totalement soumise, dans l'indifférence quasi générale, aux ordres du très
catholique Pétain en organisant dès 1940 l'arrestation de juifs avant même que les nazis l'aient ordonné !


Amitiés laïques,


Michel THYS, àIttre (Belgique).