La Nuit du 4 août 1789 : un anniversaire quelque peu passé sous silence.

Publié le par Jean Claude DUBOIS

Cette nuit là, les députés votèrent l'abolition des chartes et des privilèges, la suppression du servage et des corvées.

Toutes les chartes furent donc considérées comme nulles et non avenues. La quasi-totalité d’entre elles étaient apocryphes, aussi bien dans le domaine juridique qu'historique,n'en déplaise aux nombreux historiens officiels ou catholiques qui s'en servent pour les remettre au goût du jour, comme dans ces Offices de Tourisme qui utilisent les compétences d'historiens parfois douteux...

Les privilèges de la noblesse furent abolis, notamment ceux du clergé catholique,premier propriétaire foncier de France qui ne payait pas d'impôt, ni de taxe à l'Etat, mais qui, en plus, rackettait la dîme (10%) sur les revenus des citoyens.

Quant au servage, c'est à dire l'esclavage des hommes et des femmes, il existait toujours en 1789, ce que conteste encore aujourd'hui le clergé catholique et ce qui est souvent ignoré par nos concitoyens.Les corvées - forme de réquisition pour du travail forcé non rémunéré - étaient une plaie et une brimade pour les hommes. Cette forme de servitude personnelle a failli être appliquée dans le cadre du R S A.

Concrètement, en 1789, les droits seigneuriaux étant supprimés, les fermages et loyers ne furent plus réglés aux seigneurs et abbayes. La plupart de ces privilégiés étaient d'ailleurs en fuite à l'étranger...


                                                                                    Jean Claude DUBOIS

Publié dans SOCIETE

Commenter cet article