La poliomyélite comme enjeu religieux

Publié le par Gilles POULET

Le lundi 25 mars 2013, le journal Le Progrès publiait sur une colonne et une vingtaine de lignes un encadré expliquant que « soixante ans après la découverte du vaccin, la poliomyélite, qui frappe surtout les enfants en bas âge, est en passe d’être éradiquée dans le monde… sauf… »

Sauf qu’il n’en sera rien. En effet, au Pakistan et au Nigéria s’agitent des groupes islamistes qui ont assez d’influence sur des personnalités tant religieuses, qui s’en étonnera ?, que politiques, et là c’est plus grave !, pour s’opposer au vaccin, pourtant endémique chez eux, au prétexte qu’il pourraitcontenir du porc !!! Qu’il pourrait ! On le sait bien, le porc est un interdit alimentaire en terre d’Islam, dont acte, mais comme cela ne suffirait pas à convaincre les non musulmans, ils y ajoutent un soupçon supplémentaire : le vaccin rendrait infertile.Redoutable soupçon pour ces contrées encore très machistes.

Où l’on voit en œuvre la double escroquerie habituelle : l’interdit issu d’une croyance et le sous entendu perfide et bien sûr non prouvé. Or croire n’est pas savoir et ce type de posture qui revient, d’une part à priver des enfants de soins, et d’autre part à maintenir en l’état un foyer potentiel d’infection propice à un retour inopiné d’une infection, combattue et vaincue à grands frais pour le plus grand bien de l’humanité. Mais les religieux de toute espèce se soucient-ils en aucune façon du bien être de l’humanité, eux qui au contraire ne la rêvent que soumise ?

Cette sinistre information devrait faire réfléchir, au-delà des non croyants, tout musulman doté de raison et d’empathie pour le genre humain.

                                                                                                Gilles Poulet

                                                                                                    Mars 2013

Publié dans SOCIETE

Commenter cet article

michel-la-six 30/03/2013 18:47


Bravo. Rien à ajouter. Vous avez tout dit dans cet éloge à la bêtise. Merci.