La République, ce n’est pas seulement la liberté c’est aussi l’égalité et la fraternité

Publié le par Régis BOUSSIERES

Ce qu’oublient volontairement Dieudonné et ses fans, c’est que la devise Républicaine, ce n’est pas seulement le mot "liberté", il y a aussi les mots "égalité" et "fraternité".

Sans égalité il n’y a pas de liberté, car il n'y a que des dominants et des dominés. Dieudonné estime que les dominants sont les sionistes, c'est-à-dire les juifs et qu’il est un révolutionnaire qui veut renverser ce système.

 

Dès lors, il oppose les communautés les unes aux autres. De plus, il ne s’agit plus de débattre d’égal à égal, car la liberté d’expression ne peut exister que si l’on respecte l’autre et qu’on le considère comme son égal.

Or, Dieudonné, il ne veut pas discuter, arguments contre arguments, il veut annihiler, rabaisser, détruire…

 

Dès lors, il ne s’agit plus d’un débat, mais de discours prônant la haine et la destruction de l’autre qui à tous les défauts. Dieudonné nie l’égalité républicaine. Il nie de ce fait la "fraternité" entre les citoyens quelques soient leurs origines ou convictions politique, religieuse, philosophique. Il réclame la liberté de pouvoir dire "je hais les juifs", "dommage qu’il n’y ait plus les chambres à gaz" pour le journaliste (juif) Cohen, tout en invitant lors de son spectacle, le révisionniste Faurisson, qui nie l’existence des chambres à gaz.

 

En plus de n’être pas drôle, il se contredit tout seul. Il faudrait savoir : les chambres à gaz ont existé oui ou non ? Il veut la liberté, pour lui, pour pouvoir tenir un discours de haine niant toutes les valeurs républicaines et même tout simplement toutes les valeurs humaines, puisqu’il est dommage de ne plus pouvoir gazer des civils désarmés dont les femmes et les enfants…

Sa liberté c’est celle d’appeler au crime, comme si un assassin pouvait dire "e réclame la liberté de tuer qui je veux". Non, la liberté n’est pas sans limites ! Non, la liberté ce n’est pas permettre l’inacceptable. La loi est là pour protéger les faibles et punir les appels aux meurtres, la haine raciale. C’est pourquoi, il a été condamné définitivement à sept reprises et non pas parce qu’il dénonce le nationalisme juif (le sionisme) mais pas le nationalisme français du Front National par exemple, ni les nationalismes arabes, il est même allié avec eux.

 

 

Son discours n’est pas de l’humour.

 

Les fans de Dieudonné le disent, la quenelle n’est pas un geste "antisémite" mais un geste "anti système" nous avons déjà vu que les lieux où ont lieu les quenelles en disaient long sur le message à transmettre.

Autres faits, lors de la visite de M. Valls à Rennes, les anti- mariage gay les plus extrémistes, ceux du Printemps Français (regroupant des catholiques ultra proches de l’extrême droite) accueillent le Ministre en faisant le geste de la quenelle.

 

Le Printemps Français n’est aucunement pour la liberté de conscience puisqu’il regroupe des militants extrémistes réclamant notamment l’interdiction des pièces de théâtre jugées blasphématoires.

A Angers, ville où Mme Taubira fut traitée de guenon par une militante anti-mariage gay, l’arbre de la laïcité a été coupé deux fois, la deuxième fois, les auteurs rebaptise l’arbre "l’arbre à quenelle".

 

On a ainsi une petite idée des auteurs de cet acte délictuel et anti démocratique. Comment peut on demander le respect de la liberté d’expression quant on commet soit même ce genre d’acte ?

Pour Dieudonné, le système c’est le sionisme. Il le dit en 2009, lors d’une conférence de presse  la quenelle c’est : "l’idée de glisser ma petite quenelle dans le fond du fion du sionisme".

Quand Valls est désavoué par le Tribunal Administratif (avant la saisie du Conseil d’État), Dieudonné qui réfléchit par sa quenelle écrit dans un tweet "alors Manu, la sens-tu ?" Quel humour… Dieudonné c’est le Bigard noir, l’antisémitisme en plus. Le Mur, c’est le mur des lamentations où ce cache derrière "les médias, les banques, le showbiz… la merdasse". Il rajoute "moi je pisse dessus".

Ainsi, le judaïsme (le Mur des lamentations est un lieu sacré du judaïsme) c’est "les médias", "les banques", "le showbiz".

 

Ce sont des propos antisémites dignes des grands écrits de Drumont en passant par Maurras, Céline, Brasillach.

Il rajoute "on sait que le mensonge et le judaïsme, hein, c’est très proche" et encore "la seule haine que je reconnaisse est celle des juifs (pas des sioniste mais les juifs) envers le monde".

Puis, il s’attaque à une brochette de personnalités du showbiz, pas Depardieu, ni Cabrel, Halliday, Michel Blanc ou Piccoli, non ils ne sont pas juifs, mais à Patrick Timsit, Bruel, Elie Semoun, (que des juifs) il "faut fabriquer des savonnettes avec le gratin du show-business français." déclare-t-il en mimant un militant néo nazi belge.

 

Fabriquer du savon avec des personnes, pour cela il faut brûler leurs corps. En 1944, les nazis firent des expériences en ce sens, Dieudonné en imitant un néo nazi propose de relancer l’idée… La salle est hilare, devant des propos qui vont plus loin que de l’antisémitisme puisqu’il propose de faire du savon avec des êtres humains. Plus tard, il imite un tirailleur sénégalais qui a combattu le nazisme (période fétiche de Dieudonné), il critique la France qui a oublié ces soldats venus d’Afrique, mais en paranoïaque pro nazi il ne peut s’empêcher de rajouter "j’ai envie de m’adresser directement à Hitler. Je veux demander pardon à ce monsieur. Il était comme les autres. Pas plus méchant."

S’en suit un délire où il accuse les juifs d’être des esclavagistes. Il oublie que l’esclavage a toujours existé et ce depuis la nuit des temps (dans l’Antiquité chez les Romains, les Egyptiens, les Grecques… Puis chez les chrétiens, les musulmans…). D’ailleurs, c’est Mahomet qui a réduit une tribu juive à l’esclavage. Le Coran prohibe la côte de porc des menus gastronomiques, mais pas l’esclavage, qui existe toujours notamment dans des pays musulmans.

Le public qui écoute Dieudonné n’a aucune connaissance historique, doit t‘on lui rappeler qu’Hitler extermina aussi les Roms ? Les handicapés ? Qu’il mena une guerre raciale à l’Est car les slaves ne valent guère mieux que les juifs. Les Russes, les Polonais, les Serbes ont été aussi exterminés car c’étaient des races d’esclaves. Et que pensait Hitler des « nègres » ? Hum… Il suffit de lire le livre de Serge Bilé, Noirs dans les camps nazis

Le tirailleur sénégalais de Dieudonné aurait fini dans la même chambre à gaz que les juifs. En promouvant le nazisme, Dieudonné est pour l’extermination de lui-même. Pour aller plus loin, rapportons ces propos

"Quel tribunal: , en effet, oserait nous condamner si nous dénoncions l’envahissement extraordinaire de Paris et de la France par des singes ? Vous n’êtes pas sans savoir que jadis les singes étaient cantonnés dans certaines régions, voire dans certains jardins d’acclimatation. Aujourd’hui on en voit partout… Il faut reconnaître qu’il se développe dans le public un assez vif complexe anti-singe. On va au théâtre ? La salle est remplie de singes. Ils s’accrochent partout, aux balcons, aux avant-scènes. Dans l’autobus, dans le métro ? Des singes. Je m’assieds innocemment au café ? A ma droite, à ma gauche, deux ou trois singes prennent place : leur habilité à imiter les gestes des hommes fait que parfois nous ne les reconnaissons pas tout de suite… Ce que nous appellerons l’anti-simiétisme (veuillez bien lire, je vous prie) devient chaque jour une nécessité grave ! »

Ce propos est du pro nazi Brasillach, dont Le Pen (ami de Dieudonné) récite des poèmes. Il a été écrit en 1939 et publié dans le journal collaborationniste Je Suis Partout. Le propos est clair : les juifs et les noirs c’est la même chose : des singes à exterminer. Céline autre antisémite virulant et pro nazi déclare lui « Le juif est un nègre, la race sémite n’existe pas, c’est une invention de franc-maçon, le juif n’est que le produit d’un croisement de nègre et de barbares asiatiques. » ou encore « Et puis, pour être colonisés, pour vous dire la chose, on ne peut pas l’être davantage que nous le sommes aujourd’hui par les juifs, par les nègres, par la plus immonde alluvion qui soit jamais suinté d’Orient.»

 

Vive la liberté, la vraie

 

Ce texte le démontre très clairement, Dieudonné est l’antithèse de la liberté, de la fraternité, de l’égalité. Il le dit, il est contre "ce système" dès lors pourquoi s’en réclame-t-il ?

Doit-on croire un militant pro apartheid quand il dit qu’il est pour l’égalité ? Cet homme n’a aucune éthique. En tant que libre penseur, nous combattons les cléricalismes, les fanatismes, l’obscurantisme, mais nous le faisons sur le plan des idées, des arguments, la rhétorique ce qui implique le respect de son contradicteur.

Nous combattons les religions sur le plan des idées, mais jamais ils nous viendraient à l’idée de mettre une tête de porc devant une mosquée ou de pisser sur une synagogue, Dieudonné lui, est pour ce genre d’acte, puisqu’il pisse sur le mur des lamentations. Ses fans coupent les arbres de la laïcité, imitant leur chef. Les croyants ont le droit d’avoir leurs lieux de culte, mais la République Française est laïque. C’est la laïcité qui permet le respect de tous, c’est pourquoi les fans de Dieudonné (qui sont soit catholique ou musulman pour la plupart) s’en prennent aux arbres de la laïcité et aux fondements de la République « Liberté, Egalité, Fraternité ».

Certes, on nous ressort à satiété la phrase attribuée à Voltaire « je ne suis pas d’accord avec vous, mais je me battrai pour que vous puissiez le dire », mais là, il n’est pas question d’une discussion théorique où l’on exprime un désaccord, il s’agit d’un appel à revisiter la période 1939 / 1945, en promouvant un nouveau génocide.

 

Régis Boussières

Publié dans SOCIETE

Commenter cet article

Petrilli Jean 21/01/2014 10:39


Oui le problème est que ce sinistre individu se pare du drapeau de l'artiste pour faire dans la propagande , dans la haine et l'anti-sémitisme. Nous ne sommes plus dans l'expression artistique
mais dans des actes de délinquance. Notre histoire est différente de celle des US qui ont une conception absolue de la liberté d'opinion. Nous nous savons où nous mènent les propos de ce
pseudo-rebelle qui sait profiter parfaitement  du système libéral. La grande difficulté est qu'une partie de notre jeunesse est désespérée et ne perçoit pas le danger du discours et le
confonde avec la liberté d'expression. Ils sont en quelque sorte atteint de "daltonisme"  et c'est bien là le défi !...

francois braise 17/01/2014 10:11


bravo pour les deux textes de M Boussières


ce sont des vérités bonnes à rappeler


ça console du communiqué affligeant d'il y a quelques jours... à oublier