Lettre au Ministre de l’Éducation Nationale

Publié le par Mireille POPELIN

Mme Popelin Mireille                                    Villeurbanne le 25 Novembre 2013

                à

Monsieur le Ministre de L'Education Nationale

110 Rue de Grenelle

75 357 PARIS SP07

à Monsieur le Médiateur de la République ( même adresse )

 

 

 

                               Monsieur le Ministre de l’Éducation Nationale ,  

 

Déléguée départementale de L’Éducation Nationale pendant 3 ans à Vaulx en Velin ( Rhône ) j'ai dû cesser mon activité bénévole ( opérée du coeur ).

Institutrice de l'Ecole publique et laïque, j'ai été formée à cette école et je lui dois beaucoup : elle m'a permis de faire le métier dont je rêvais, malgré la pauvreté de ma famille. Ce sont les instituteurs de cette école publique et laïque qui ont incité très fortement mon père à me faire poursuivre des études qu'il ne jugeait pas nécessaires.

         C'est dire à quel point je défends cette école publique et laïque !


Or, à Vaulx en Velin, j'ai été choquée, et même traumatisée, par ce que j'ai vu :

La pression constante des intégristes, principalement musulmans. Dans une école maternelle : une sortie dans le quartier, les enfants joliment déguisés en fleurs, mais toutes les mères voilées ( certaines presque intégralement ) saisissant la main de leur enfant et défilant avec eux ! Ce n'était plus une école de la République en France, mais une école musulmane dans un pays musulman !


Monsieur l'inspecteur de circonscription m'a conseillé d'écrire à Monsieur l' Inspecteur d'Académie, ce que je fis. Il faut savoir que ces classes ont en majorité des élèves d'origine immigrée essentiellement maghrébine, à peine un ou deux élèves d'autres origines. Les atteintes à la laïcité sont nombreuses, diverses, demandes de nourriture halal ( refusée par la mairie) de congés pour les fêtes religieuses, port du voile dans les activités péri-scolaires, études etc.

Nous, enseignants laïques, retraités, DDEN et parents d'élèves laïques avons apprécié la charte de la laïcité. Elle donne aux personnels des règles en réaffermissant des principes laïques.


1ère question:  

Mais qu'en est-il de cette charte de la laïcité dans les établissements privés sous contrat ?

Ces établissements qui ont obtenu formation des maîtres, traitements payés par l'Etat laïque , établissements de formation privés ayant le droit de s'appeler Universités ( au mépris de la loi ) etc .

 

 " N'est-ce pas pitié de voir les enfants d'un peuple divisés en deux systèmes d'enseignement " ?                                                    Jaurès dans son fameux discours de Castres en 1904 


Non seulement les deux systèmes perdurent, mais l'enseignement privé, en  majorité confessionnel, s'étend avec d'autres religions, et bénéficie de plus en plus d'argent public ! Qui devrait servir à l'école publique et laïque, ( que Jaurès appelait " de lumière et de raison " ) .


 2ème question :

Laïcité 20131117 0002Au Blanc-Mesnil, des mères portant le voile ( article et photos joints Huma du 14 novembre 2013 ) protestent contre leur "éviction" des sorties scolaires, soutenues par des responsables politiques du parti communiste français. Lesquels demandent à revoir la circulaire du 27 Mars 2012 " pour permettre l'engagement de tous les parents à l'école de la République"

On peut être surpris de voir le parti qui se réclame de Jaurès soutenir des religieux antirépublicains et antilaïques ! Et favoriser ainsi le communautarisme ethnique et religieux, et l'inégalité hommes-femmes qu'il prétend combattre !

 

Certes, pour avoir lutté pour la loi contre  les signes religieux à l'école, nous avons vu que la laïcité a divisé tous les partis, les syndicats, les associations etc.

Mais on a vu que cette loi a apaisé les conflits...et soulagé les enseignants.

Les enseignants sont sous la pression communautariste dans les grandes villes . Avec Baby- Loup, nous avons vu que la neutralité religieuse est nécessaire . Une accompagnatrice est en mission d'enseignement, elle ne doit pas afficher sa confession, comme tous les personnels de l'enseignement public.  

Il faudrait donc que la loi soit très précise sur ces accompagnements des sorties scolaires .

 

3 ème question :

                        Prêt des locaux scolaires publics :

 

A Villeurbanne , tous les ans, la municipalité prête des gymnases pour des fêtes religieuses musulmanes. Photo saisissante du Progrès montrant une assemblée de fidèles...tous hommes ! Où est l'égalité hommes- femmes prônée par cette même municipalité ? Le maire s'affirme laïque quand on proteste contre cette utilisation des locaux scolaires publics, il affiche une laïcité "apaisée" ou "tolérante"...

                        De plus en plus fort, le maire du 1er arrondissement de Lyon a prêté un gymnase ...pendant le temps scolaire, privant les élèves d'heures d' EPS.

          ( gymnase Généty ) .

A quand les prières dans les salles de classes ? ( article que j'ai écrit,  et publié par l'association des libres penseurs )

Là encore, les professeurs concernés ont protesté, et les laïques mais les élus semblent sourds à ces protestations :  sous la pression communautariste, ils  cèdent par électoralisme et pour avoir la paix sociale.

                          La laïcité ne sera-t-elle bientôt plus qu'une coquille vide ?

Avec le collectif laïque Rhône- Alpes, les DDEN, des membres de l'Observatoire de la laïcité, des juristes, nous allons organiser un débat :

 

" La laïcité dans l'entreprise et les services publics ou collectifs"

le 2 décembre à Caluire (Rhône)

 

Nous aimerions avoir une réponse à nos questions, ce qui serait un encouragement à notre engagement pour la laïcité. Nous vous en remercions à l'avance.

 

Veillez croire, Monsieur le Ministre de l'Education Nationale, à mon profond attachement à l' Ecole publique et laïque.

 

                                                                       Mireille Popelin  

 

 

Publié dans LAICITE

Commenter cet article

michel-la-six 13/12/2013 17:08


Moins mesuré que vous sur le sujet, je dirais que la laïcité définie par la loi française fait, ou devrait faire, que chacun soit libre d'une crédulité personnelle aux fables et règles
dogmatiques plus ou moins ridicules qu'imposent toutes les sectes, religions du sacré, mais seulement au domaine privé de l'intimité, sans qu'apparaisse nulle part dans notre vie sociale publique
les postures et les rites de ces communautés qui n'ont pas plus de droit à s'afficher que tous ceux qui sont laïcs, agnostiques ou athées qui savent rester inaperçus. Leur discrétion,
d'ailleurs, n'est pas, là, qualité, desservant le Pays en besoin de progrès, qui se trouve exposé au recul de lointains rétrogrades qu'on avait, ici, à tort, oubliés. Merci, Madame.