N'aie pas peur mon enfant : Belphégor est une salariée de la crèche

Publié le par Régis BOUSSIERES

CHANTE-300x225.jpgA Chanteloup-les-Vignes (Yvelines) Baby Loup est une crèche expérimentale ouverte jour et nuit pour les parents qui travaillent et qui a également pour projet de former son personnel. Natalia Baléato est la directrice de cette crèche. Elle a fuit la dictature chilienne et s'était jurée d'offrir aux femmes un outil d'émancipation. Ainsi, elle rappelle à ses salariés l'importance du droit de vote. Elle se définit comme "laïque mais respectueuse de toutes les opinions". Le règlement intérieur de la crèche demande aux salariés de respecter une neutralité confessionnelle, philosophique, politique, afin de pouvoir travailler ensemble et d'accueillir tous les parents et enfants quelque soient les croyances ou les opinions.

 

Une jeune, Fatima Afif, arrivant du Maroc a été embauchée, alors qu'elle n'avait aucune qualification. De surcroit, elle connaissait le règlement intérieur. Elle va bénéficier du projet de la crèche et devenir directrice adjointe. Elle passera même une formation avec l'aide de la crèche : auxiliaire de puéricultrice. En 2003, enceinte Fatima cesse son travail. Tout bascule après ses deux congés parentaux. Le 8 décembre 2008, elle reprend son travail, vêtue d'un hijab. Elle est couverte de noir, de la tête au pied, seul son visage reste visible. La directrice lui rappelle alors le règlement intérieur, mais rien n'y fait. Fatima qui a bien compris le système, refuse de retirer son voile. Après une mise à pied, elle sera licenciée pour faute grave en 2008. Mais la voilée va saisir les prud'hommes pour licenciement abusif et demandera 80 000 € de dédommagement (rien que ça !). Bien sûr, elle a également saisi la HALDE qui a rendu un rapport qui la soutient : la crèche est "une structure privée" et donc ne  peut pas licencier une salariée pour port du voile sans la discriminer.... Prenons la HALDE au mot et venons tous dans les entreprises privées avec des crêtes rouges, des tee-shirts avec des slogans athéistes hostiles à dieu, avec le A cerclé de l'anarchie, ou avec le logo de la CGT, du FN... Outre le fait que l'ambiance va vite se dégrader entre l'employeur et les salariés et entre les salariés eux-mêmes, il y a fort à parier que, en cas de licenciement, la HALDE ne rendrait pas le même avis et ferait à ce moment-là de la discrimination, un comble pour cette institution... Rappelons que pleins d'entreprises privées exigent de leurs salariés de porter un uniforme (magasins, restauration par exemple) ou une tenue classique, style costume-cravate (VRP, commerce...). De plus, le personnel d'une crèche côtoie des parents qui sont clients. Elle a une utilité publique et reçoit d'ailleurs des subventions publiques...  Si la voilée gagne son procès, cela portera un coup fatal à la crèche qui, sans doute, sera obligée de fermer... Il y a déjà tellement de crèches, qu'on peut bien en faire fermer une pour un voile ! D'ailleurs, maintenant que la brèche est ouverte, une employée catholique a réclamé un congé spécial pour Pâques, cela lui a été refusé. Ira-t-elle, elle aussi, à la HALDE ?

 

A ce qu'il paraît, face aux contestations (Elisabeth Badinter est montée au créneau pour défendre la crèche), la HALDE pourrait revoir son avis. Quoiqu'il en soit, la décision que prendra les prud'hommes,début novembre, est extrêmement importante car elle pourra faire jurisprudence. En tous les cas, cela démontre que l'intégration (Fatima a bénéficié d'aide et de formation, de plus un statut social, la France s'est être généreuse) n'empêche pas de devenir intégriste et de cracher dans la soupe.

 

Comme le dit Elisabeth Badinter dans cette affaire, la HALDE "ouvre un boulevard à toutes les revendications qui  se servent de la religion". Rajoutons au passage, la HALDE, remet en cause la laïcité et l'égalité homme/femme, au nom de la lutte contre les discriminations...

Alors que la laïcité n'est pas discriminatoire puisqu'elle permet l'égalité de tous les citoyens quelque soient leurs croyances ou leurs non-croyances.  

                                                                                                Régis BOUSSIERES

Publié dans LAICITE

Commenter cet article

mtiness 29/10/2010 01:46



Du coup je me demande sur quels support le personnel de la crèche peut travailler : 1)Programme pédagogique de l'inspection académique ou le coran ????????????????


On peut aussi se demander pourquoi les partisants enti-laïcité travaille et intègre les crèches et écoles laïques alors que tous les enfants,quelque soit la religion de leurs parents.


N'est-ce pas justement dans ces crèches et maternelles Laïc et Républicaines que les parents voient les premiers pas de leur enfants avancer sur les chemins des droits de l'homme et de l'égalité
des chances.


C'est pour ces raisons qu' ils ont quittés leur pays d'origine et si celui-ci restera toujour celui de leur coeur ; Il n'empèche que le pays d'acceuil qu'ils ont choisis sont les pays d'avenir
qu'ils ont estimés meilleurs pour leurs enfants.


Que les enfants ne soient pas prie en otages dans les nébuleuses revandications des adultes qui ne devraient pas jouer dans la cours des petits !



Martine 21/10/2010 11:30



Et dans un article (Le Point) un article "Crise à la Halde" :


"Si la Halde condamne une nouvelle fois Baby Loup, je démissionnerai", confie Janette Bougrab, présidente de la Haute Autorité de lutte contre les descriminations  la crèche Baby Loup
(78)... A voir


Quoi qu'il en soit ; Janette Bougrab n'est pas assurée de rallier à ses posistions la majorité de l'institution...nous prévient-elle déjà en conclusion !


 



Didier CROS 17/10/2010 23:02



Exemplaire à bien des égards, cette crèche installée au cœur de la cité reste bien soutenue par les parents décidés à la défendre. Ils ont d'ailleurs créé un blog : http://babyloup.over-blog.com/ sur lequel vous trouverez une pétition à
signer.


Je vous invite à les soutenir et compte tenu de la très prochaine échéance devant le tribunal de Mantes la Jolie (8 nov. 2010), n'hésitez pas à diffuser ce lien autour de vous.


Didier CROS - ALPY (Yvelines)