Quelques réflexions sur la manifestation contre le mariage gay

Publié le par Régis BOUSSIERES

C’est d’après le Figaro du 14 janvier, « un raz-de-marée », qui a déferlé à Paris lors de la manifestation contre le mariage gay, 800 000 personnes selon les organisateurs et 340 000 selon la Police. Bien évidemment les organisateurs et les hommes politiques présents parlent eux aussi d’une mobilisation historique et réclament un référendum. Pourtant, le même journal et les mêmes personnalités politiques ne parlaient pas de « raz-de-marée » quand les syndicats ont mis plus de deux millions de personnes dans les rues pour la défense des retraites. Et quand plus d’un million de pétitionnaire ont demandé un référendum sur le statut de la Poste via une votation, le gouvernement est resté inflexible. Pour lui, il n’était pas question de faire un référendum, « la rue ne gouverne pas », voilà le raisonnement de ceux qui dénoncent aujourd’hui le refus du gouvernement d’organiser un référendum. Ils sont d’autant moins légitimes que leur mobilisation, même si elle est forte, n’est pas non plus un raz-de-marée. Surtout lorsque l’on sait que toutes les religions sont opposées à cette loi, ainsi que l’UMP, le FN, les autres mouvements d’extrême droite, les royalistes, le PDC de Boutin, le MPF de De Villiers… Ce n’est pas faute non plus d’avoir eu de la publicité par les médias, en effet, Frigide Barjot, l’organisatrice de la manifestation a été interviewé par toute la presse écrite, la télévision et la radio en ont parlé aussi. Bref, tout le monde était informé qu’il y avait cette manifestation. Pourtant, les médias seraient détenus par « les bobos de gauche ». On est loin de la mobilisation «  du peuple français qu’on entend jamais », du « vrai peuple français» comme le dit Cassen de Riposte Laïque. Seulement voilà, 800 000 personnes (au mieux) ne représentent pas «  les français », mais la frange la plus réactionnaire de la droite à l’extrême droite ainsi que les différentes religions. Ce sont les mêmes qui se sont opposés contre le Pacs avec les mêmes arguments. Les organisateurs ont tout fait pour que cette manifestation soit apolitique et non confessionnelle, il s’agissait de simples citoyens qui se sont regroupés tout seul. Pour pouvoir affréter des dizaines de trains, de cars, faire plus de deux millions de tracts, des affiches en couleurs, des grandes et belles banderoles, avoir de nombreux camions sono, des tee-shirts, de nombreux drapeaux et de nombreux ballons rose et bleu. Il faut de l’argent, beaucoup d’argent. Il faut des infrastructures, des organisations… Tout cela ne tombe pas du ciel, même s’il y avait de nombreux croyants ! C’est évident que derrière cette soit disant manifestation spontanée de français dit « de base » se cachent les associations familiales catholiques et leurs moyens… Bien sûr, cette manifestation fut « apolitique », Copé ou Wauquiez ne sont pas à droite, tout comme Boutin, De Villiers, quant à Le Pen, Holleindre et les néo nazis des Jeunesses Identitaires ils ne sont pas à droite de la droite… Tous disent être présent au nom de la défense de la conception traditionnelle du mariage, des « valeurs chrétiennes », tous se disent croyants et pratiquants et veulent que les racines chrétiennes de la France soient la référence de la vie politique. Ne parlons de Mgr Barbarin ou autres curés présents dans la manifestation, ils sont là mais c’est apolitique et non confessionnelle ! D’ailleurs, personne, y compris Frigide Barjot (qui elle aussi se dit catholique pratiquante et militante) dénonce la récupération politique des partis ou la présence de néo nazis dans la manifestation. De Barjot, en passant par Copé ou Le Pen, tous ont dénoncé le fait que le gouvernement s’occupe d’un projet de loi qui n’est pas urgent ou prioritaire, il faudrait plus s’occuper du chômage par exemple. Comme si l’un empêchait l’autre. De plus, on se demande pourquoi tous ses élus et ces religieux s’occupent tant de ce sujet s’il n’est pas important ou prioritaire. On attend avec impatience les propositions du PDC de Boutin, ou de l’UMP concernant la lutte contre le chômage, ils ont été tellement performants quand ils étaient aux affaires….

 

Ils nous montrent l’exemple.

Le sociologue spécialiste des familles, François de Singly, précise que ces manifestants ont une représentation très figée du mariage et de la famille. Il n’y a pas de place pour les familles gay, comme pour les familles monoparentales, recomposées… Ils ont une vision transcendantale, il y a au dessus d’eux soit Dieu ou la Nature, une vision sacralisée, figée et naturaliste, voire biologique. La seule famille qui vaille, c’est celle d’un couple marié hétérosexuel avec des enfants. D’ailleurs, leur logo est très significatif : il représente un couple avec deux enfants (un garçon, l’autre fille). Exit donc les familles monoparentales, mais aussi le concubinage et le divorce. Car tout cela détruit aussi la famille. Les slogans de la manifestation en sont la preuve : « il n’y a pas d’ovule dans les testicules », pour faire un enfant « il faut une mère et un père ». Pour le « faire » oui, quoique des gamètes de sperme suffisent, encore faut-il, par la suite, l’éduquer correctement. Avoir père et mère comme modèle ne suffit pas, le modèle peut être néfaste pour l’enfant, les chiffres de la Protection de l’Enfance sont là pour le démontrer. De plus, l’enfant n’a pas comme seul modèle ses parents, mais aussi ces frères et sœurs, ses grands-parents (Marcel Ruffo vient de sortir un livre sur ce sujet), les oncles et tantes, les beaux parents… Les ballons et les affiches étaient soit rose ou bleu, au delà de la notion du sexe biologique qui ferait tout en matière d’équilibre pour un enfant, les couleurs sont aussi sexuées, le rose pour les filles et le bleu pour les garçons… Malheur au petit garçon qui préfère le rose… Le sociologue François de Singly rappelle que la notion de couple, de mariage, de famille a fortement évoluée et que parmi ces familles qui ont manifesté il y a aussi des cas où la famille sacralisée n’existe plus ou pas. Rachida Dati, par exemple a fait un enfant hors mariage, le père n’a pas reconnu l’enfant et elle en est à faire une procédure de reconnaissance en paternité... bel exemple de la famille hétérosexuelle ! Sarkozy, marié, divorcé, remarié avec des enfants qui ont des beaux pères, des belles mères et des demi-frères et sœurs… De Villiers dont l’un de ses fils a coupé les ponts car il accuse son frère de viol et son père de n’avoir rien fait pour empêcher ces viols. Eric Besson, marié depuis à peine deux ans et en procédure de divorce… Barbarin trouve biologique et naturelle la chasteté des prélats et tait les dérapages pédophiles. Comme quoi entre leur morale et la réalité pratique il y a deux mondes. Enfin, il est étonnant de parler de concept de nature chez ceux pour qui l’homme est un être à part, avec une âme, il peut aller soit en enfer ou au paradis ce qui n’est pas le cas des animaux. C’est pourquoi ils ont tant critiqué Darwin qui faisait de l’homme un animal parmi d’autres. De plus, dans la Nature tout existe, l’homosexualité, la pédophilie, la parthénogénèse (c'est-à-dire la reproduction à partir d’un seul être vivant, où est le père ?), la polygamie, l’hermaphrodisme, le viol et même le cannibalisme… Doit-on suivre la Nature à la lettre ? Et autoriser le cannibalisme ou la polygamie  puisque dans la Nature cela existe?

 

Mariage pour l’argent et la lignée familiale ou pour l’amour et la protection de la famille ?

On peut se poser cette question, car, les défenseurs du mariage traditionnel répètent  que celui-ci n’a rien à voire avec l’amour et les sentiments, c’est une officialisation de la filiation et on se marie pour créer une famille, faire des enfants et non pour la protéger. Vision « ringarde » et complètement coupée de la réalité. Qu’ils le veuillent ou non, aujourd’hui beaucoup d’enfants naissent hors lien du mariage dans des familles équilibrées. Auparavant, le mariage servait les intérêts financiers des familles et permettait de léguer des héritages à un nom, celui du père. Les jeunes ne choisissaient pas avec qui ils voulaient ou non, se marier; c'était les parents qui dans l’intérêt des familles décidaient d’unir tel jeune avec tel autre, en effet, l’amour n’avait rien à voir là dedans. Cela est bien triste et plutôt immoral car le mariage n’est donc qu’affaire d’argent, alors pourquoi parler de la famille avec un grand F ? Chez les nobles, les bourgeois, les propriétaires de biens, de commerce, de champ on se mariait par intérêt financier (regrouper des terres et des fermes…) il y avait les dotes… Alors certes, il n’y avait pas de divorce, de séparation, mais des maitresses, des courtisanes, des maisons closes, des amants, des enfants extra conjugaux que l’on mettait en cachette dans des couvents ou que l’on abandonnait… Il suffit de lire la littérature de l’époque. On estime aujourd’hui qu’il y a 10 à 20% d’enfant adultérin en France, le mari croit être le père de l’enfant, mais ce n’est pas le cas. Une Sage Femme m’a ainsi dit que durant ses stages elle avait été confrontée deux fois à ce cas là. Une fois la mère a demandé de ne rien dire à son mari car il n’était pas le père. La deuxième fois c’est via les groupes sanguins des parents et de l’enfant que l’équipe médicale s’est aperçue que c’était impossible que le mari soit le père de cet enfant. On ne ment pas à l’enfant, on doit tout lui dire, ainsi qu’au mari ? De plus, l’époque a changé aujourd’hui, la plus part des personnes se marient par amour et pour des raisons de protection en cas de naissance d’enfant ou de divorce. Même des personnes de 60 ans et plus se marient ou se remarient après le décès d’un conjoint ou un divorce (à cet âge là, ils ne vont pas créer une nouvelle famille en faisant des enfants) mais ils ont besoin de symboliser leur amour par la cérémonie et l’acte du mariage. Ce changement est un progrès et il est le fruit de la philosophie des Lumières, de mai 68 qui veut que les individus aient le choix de faire leur vie comme ils l’entendent. Dans certains pays, les mariages forcés existent encore, là où les religions et les traditions n’ont pas évoluées d’un pouce. Bien évidemment, cela a fait que le divorce augmente, ainsi que les familles monoparentales, les familles recomposées… Mais faire semblant de vivre en famille alors que l’on ne se supporte plus, voire même que l’on en arrive à des violences, je ne vois pas où est dans ce cas « l’équilibre de l’enfant ». D’ailleurs, la droite semble oublier qu’il y a quelques temps elle réfléchissait à un statu du beau parent, alors qu’ils ne sont pas les parents biologiques des enfants. En effet, dans de nombreuses familles, c’est un adulte qui vit soit avec le père ou la mère des enfants qui s’occupent aussi de ceux-ci. L’éducation, les sentiments, l’affection, l’investissement dans la vie de la famille ne sont pas le résultat d’une relation sexuelle qui a débouché sur une naissance. Etre parents, ce n’est pas simplement mettre au monde un enfant. Ainsi, de nombreux beau parents s’occupent de leurs beau fils/ filles d’une manière régulière et massive tandis que le père biologique a parfois plus aucune existence aux yeux des enfants car celui-ci ne s’en occupe plus du tout. Comme quoi, il ne s’agit pas simplement d’ovaire et de testicule pour faire une famille et un enfant équilibré… Ce statu devait permettre au beau père et belle mère de pouvoir revoir ces beaux enfants en cas de séparation du couple, car actuellement, ils n’ont aucun droit. Alors, dans ce cas, que pense Frigide ? Où est le père ? Où est la mère ? Il ne faut pas confondre procréation biologique et envi d’être père et mère. Et que dire de l’adoption ? Et de l’accouchement sous X ? Nous sommes d’ailleurs l’un des seuls pays au monde où il existe la possibilité d’accoucher sous X. Là l’enfant ne connaitra jamais ni son père, ni sa mère, il ne sera rien sur le contexte de sa naissance. Tout est secret. Qu’attendent nos catholiques pour demander l’interdiction d’une telle loi ? Parce que là ce n’est comme leur slogan naïf « un père +une mère c’est élémentaire » mais plutôt « pas de père, pas de mère et on ne sait pas pourquoi, ce n’est pas la joie ». C’est que, pour de nombreux catholiques, l’accouchement sous X, empêche –finalement- un « crime » bien plus important que l’équilibre de l’enfant, c’est celui de l’avortement. Comme quoi, l’équilibre de l’enfant a bon dos… Que dire aussi de la procréation assistée ? Faut t’il l’interdire ? Car s’il faut des ovules et des testicules pour faire des enfants pour reprendre l’un des slogans -finement intelligent- on notera au passage qu’il faut mieux que les dits testicules soit opérationnels. « On ne ment pas à un enfant » disent-ils. « Et il est où ton papa ? Et elle est où ta maman ? Signé Jacques Martin » autre slogan d’affiche de la manifestation. Martin, quelle référence intellectuelle, en matière d’analyse sur ce qu’est d’être parent, c’est mieux que les pédopsychiatres… Un enfant avait répondu « ma mère elle s’enferme avec mon tonton, il ne faut pas les déranger ». Comme quoi, les questions ne sont jamais anodines, c’est aussi cela les familles dites normales. Mais là que faire ? L’enfant peut naitre grâce à un don de sperme si le mari de sa mère est stérile. Ce n’est pas son père et il ne connaitra jamais son père, car les dons de sperme sont anonymes. Si on suit la logique de ces manifestants qui nous parlent seulement de parents –voire même de géniteurs- purement biologique, qu’ils aillaient au bout de leur logique et demande l’interdiction de cette pratique, ainsi que l’accouchement sous x, du divorce, du concubinage (car la reconnaissance paternelle n’est pas systématique, Dati peut en témoigner), de l’adoption…. Autres fadaises, « on ne ment pas a un enfant », les psychologues vous le diront, il ne faut pas non plus tout dire à l’enfant, pour le protéger et parce que la vie de ses parents (pratique sexuelle, problème de couple…) font partie de leur intimité. Tout dire à un enfant, c’est le mettre à une place qu’il ne doit pas avoir, il n’y a plus de différence de génération, il grandit dans une famille où tout le monde dit tout sur tout le monde, c’est un climat incestueux et pervers. Quant à ces manifestants qui osent proclamer cela, ont t’ils tout dit à leurs enfants ? Comme s’il n’y avait pas des secrets de famille. Il ne s’agit pas de dire ici ce qui est bien ou mal. Mais l’organisation familiale est maintenant multiple et la loi se doit de protéger tout le monde donc de garantir les mêmes droits. A moins de mettre un flic dans chaque lit pour savoir qui couche avec qui, y compris pour les couples mariés, castrer certains irresponsables et couper les trompes de certaines. Pour qu’un enfant soit équilibré il lui faut des parents ou des adultes aimants, qui le protègent, le soutiennent et qui lui donnent des repères éducatifs clairs et adaptés à son âge.

                                                                                             Régis Boussières

 

Publié dans SOCIETE

Commenter cet article

michel-la-six 01/04/2013 19:08


L'importance du sujet, qui semble poser problème à beaucoup de Français, le nombre étant ici forcément incertain, apparaît par le flot d'un article si copieux qu'il dépasse même celle que j'avais
jusque là voulu lui attribuer. A lire jusqu'au bout, tant de domaines touchés d'assertions probatoires que je ressens l'angoisse d'une légèreté coupable de n'avoir pas senti que la majorité,
réelle, dans le Pays, c'était les partis gays et lesbiennes associés. J'ai sans doute mal compris, ayant cherché en vain dans tous les dictionnaires quel rôle auraient des "dotes" dans
les égalités, les justices, les morales et les temps. Je suis un peu perdu, avec mes vues trop simples d'un sens bien trop commun contre le religieux et le profit outré, la misère des mœurs
et l'excédent d'excès, l'abandon de La Langue pour le galimatias. Un chat étant un chat jusqu'à preuve du contraire qui n'est pas pour demain, chaque chose à sa place pour être reconnue, la
pomme n'est pas la poire, l'institution Mariage ne dit pas autre chose que rien que ce qu'il est, aussi tout ce qu'il est. Lui faire définir, au delà et sans fin d'autres situations ne
signifierait là ni progrès ni justice, attribuant un seul terme à des faits différents. Le choix d'un autre mot reconnaissant un fait de notre Société, affirmant le respect dû à
tout Citoyen, aurait pu éviter le clivage constaté en deux clans opposés, sur un sujet d'ailleurs qui faisait consensus avant la crispation du combat d'influence où le dictat des uns
crée la passion des autres au détriment de tous dans un temps qui exige de regrouper nos forces au lieu de constater une désinvolture de tous nos dirigeants, majorité ou non et Président en tête,
quant à tous nos soucis, par trop concrets sans doute.  

Cambuzat 31/03/2013 09:32


Mouais, bof... Le mariage, qu'il soit homme/femme, homme/homme, femme/femme reste toujours une belle affaire de règles et de normes... Que vient faire le mariage dans l'amour ? Si ce n'est
nourrir une ribambelle d'avocats spécialisée en cas de divorce...Le monde n'a pas finit de tourner à l'envers en somme...Bof, bof, on peut désapprouver...

L.BERCHE 06/02/2013 07:27


C'est un excellent texte dont les nombreuses fautes d'orthographe et d'accords gâchent partiellement la lecture . Le rédacteur que je salue, devrait user de son correcteur automatique
d'orthographe. Ceci dit, comment ne pas approuver ? 

Martine 30/01/2013 22:19


Quant la "grande cause nationnale" est, en fait, un financement que l'on ne nomme pas "subvention" et que les impôts de tous payent le financement du budget communication d'une communauté
religieuse ( la Loi de 1905...) : C'est pas "faire un petit dans le dos" aux concitoyens, ça !?


http://www.jeunesump.fr/2011/03/la-solitude-grande-cause-nationale-2011/


 


A quant la Laïcté désignée "grande cause Nationale ? Comme cela il y aura Egalité et respect de la Constitution Française et le reboisement par une belle et magnifique forêt d'arbres de la
Laïcité...


En plus, ils ne serviraient pas à y accrocher des banderoles contre celle-ci !?


Et puis, la transparence des fonds et des recettes de ces causes nationales, au fait, qui en sait quelque chose ?


Quoi qu'il en soit ; il n'y aurait donc plus de solitude en chez nous...


Martine