Rapport de la commission des rituels

Publié le par Association des Libres Penseurs de France

L’ADLPF encourage le parrainage civil et le mariage civil citoyen et souhaite la mise à disposition d’une salle dédiée aux obsèques civiles dans toute commune, communauté ou agglomération de communes.

L’ADLPF condamne tout type de mutilation et invite chaque citoyen témoin de tels faits à déposer une main-courante au commissariat de police ou à la gendarmerie, dans la mesure où cet acte, en droit français, est considéré comme un crime et qu’il est donc passible d’un procès en Cour d’Assises.

Attachée aux valeurs d’égalité et de fraternité, l’ADLPF condamne l’existence, dans les cimetières, de carrés confessionnels ségrégationnistes qui n’existent, là où ils sont implantés, que par le laisser-faire ou la complicité des municipalités.

Elle regrette que les services de l’État civil de certaines municipalités délèguent à des associations, cléricales ou non, la gestion de l’inhumation des indigents.

L’ADLPF partage les valeurs et actions défendues par l’ADMD et la Fédération des Crématistes, dans le cadre du respect de la laïcité.

Elle met depuis toujours à la disposition de chacun les outils nécessaires au dépôt des testaments philosophiques ainsi que ceux nécessaires à la débaptisation, dite « opération crayon rouge ».

 

                                                 Congrès de Piriac les 2 et 3 juin 2011

 

Crayon rouge.


1 – Ecrire, en lettre recommandée avec accusé de réception, à l’autorité religieuse qui a procédé au baptême en demandant impérativement une réponse. En cas de réponse négative ou d’absence de réponse dans un délai de deux mois, saisir l’autorité supérieure de la religion concernée en LR/AR (exemple catholique : écrire en premier lieu à la paroisse qui a célébré le baptême et en second à l’évêché dont dépend la paroisse).

2 – Exemple de lettre à réactualiser en vertu des modifications ou révisions des textes de la CNIL.

3 – En cas de refus persistant, les demandeurs pourront obtenir un appui de l’ADLPF dans leurs démarches.

 

Testament philosophique.

  1. Définition : le testament philosophique est l’affirmation de la position de tout libre penseur.

  2. Modalités de rédaction : il peut être rédigé sur papier blanc, daté et signé (« testament olographe »), ou à valeur certaine, validé par notaire (c’est alors un « testament  authentique »).

  3. Son usage : faire valoir auprès des tiers – pompes funèbres, famille, entourage – les dernières volontés du défunt refusant toute notion religieuse au cours de ses obsèques.

  4. L’action de l’ADLPF : l’ADLPF peut apporter aide et assistance pour veiller à l’exécution du testament philosophique de ses membres et de toute personne l’ayant mandatée.

  5. En tant que détentrice d’un fichier des testaments philosophiques olographes et authentiques, l’ADLPF s’engage à ne diffuser en aucun cas quelque élément que ce soit du fichier de nature à identifier les opinions philosophiques.

 

Publié dans ADLPF

Commenter cet article