Une atteinte à la laïcité… au nom de la laïcité

Publié le par Régis BOUSSIERES

                                                                    Communiqué de presse :  

 

Cercle Maurice Allard                                     

17 Rue Ternois

69003 Lyon

Tel : 06 14 63 00 24

www.libre-penseur-adlpf.com

 

 

     Le Préfet de la Région Rhône-Alpes a suscité un partenariat entre, l’Etat, l’Institut français de civilisation musulmane qui dépend de la grande mosquée de Lyon, l’Université catholique de Lyon, qui s’intitule illégalement du titre d’université et l’Université Lyon 3 afin de former cinquante imams et cinquante fonctionnaires volontaires à la "connaissance de la laïcité". Pour cette formation, un diplôme est même prévu, il a pour intitulé "religion, liberté religieuse et laïcité".

      Le Cercle Maurice Allard, membre de l’Association Des Libres Penseurs de France, dénonce avec la plus grande fermeté cette nouvelle forfaiture, qui consiste à détruire dans les faits le principe de la laïcité et de Séparation du religieux et de l’Etat au nom de la laïcité… Nous constatons que ce diplôme concerne "la liberté religieuse" et non pas "la liberté de conscience". C’est une vision œcuménique et certainement pas Laïque qui est apprise dans cette formation : tolérance envers toutes les religions.

     Les imams n’ont pas à être formés à la laïcité, s’ils commettent des atteintes aux lois de la République ou des troubles à l’ordre public, ils doivent être sanctionnés et condamnés si besoin. L’Etat n’a pas à s’immiscer dans des formations plus religieuses que laïques faite par un organisme religieux. Le principe de laïcité c’est la Séparation : "L’Etat ne reconnait pas et ne subventionne pas les religions", tout ce qui est du domaine du religieux relève de la sphère privée, avec cette formation le Préfet fait le contraire puisqu’il reconnait les religions en proposant une formation faite par des religieux pour des religieux.

       Quant aux fonctionnaires, ils n’ont pas de formation à avoir, il suffit d’appliquer là aussi la loi qui est très claire et simple "le devoir de réserve s’impose à tous les agents" dans le cadre de leurs fonctions. Dès lors pourquoi faire une formation ? A moins de "réfléchir" à des accommodements raisonnables au nom de la liberté religieuse ? Nous pouvons citer plusieurs exemples : le port de signe religieux sur son lieu de travail, des horaires adaptés aux fêtes religieuses pour les agents pratiquants… Bref, une conception de la laïcité que nous refusons et qui n’a plus rien à voir avec la laïcité Républicaine.

      Le Cercle Maurice Allard, au nom de la défense de la laïcité et de la Séparation des Eglises et de l’Etat condamne donc cette nouvelle atteinte à la laïcité. Il appelle à dénoncer cette dérive et demande aux autorités d’y mettre fin.

Le Président,

Régis BOUSSIERES

Publié dans RHONE

Commenter cet article

Michel THYS 12/10/2012 17:56


"Une conception de la laïcité que nous refusons et qui n'a plus rien à voir avec la laïcité Républicaine".


Et encore moins avec la laïcité "philosophique", à la belge, hélas éclipsée par la laïcité "politique", à la française, certes nécessaire mais exploitée par toutes les religions, surtout par
l'islam, du fait de l'actuelle conception laxiste et éléctoraliste de la "tolérance" et de la "neutralité" !


Pour ne pas être poursuivi, scabdaleusement, pour racisme ou insulte à l'islam, je propose paradoxalement de prendre la défense des musulmans de chez nous, en dénonçant la violation à leur égard
de l'article 18 de la Déclaration Universelle des Droirts de l'Homme, de 1948 :("Toute personne a droit à laliberté de conscience et de religion (...)": non seulement ils sont endoctrinés dès la
prime enfance, on leur cache les alternatives des autres religions et surtout des options non confessionnelles, ils n'ont donc pas choisi de croire OU de ne pas croire, et l'apostasie leur est
même interdite, et même théoriquement punie de mort ...