string(322) ""

Ramasse-miette N°202

1 Fév 2021

66 millions de procureurs, nourrissons compris !

Sublime ! Notre Président continue de se prendre pour Jupiter. On a eu les « premiers de cordée » qui, implicitement, envoyait aux orties les suivants, les fameux « premiers de corvée », et maintenant, plus de détail, c’est lui et les autres. Jupiter est revenu et le vulgum pecus l’insupporte à un point…

Société de surveillance et voyeurisme.

C’était inévitable, quelques frustrés du kangourou s’empareraient un jour de la bêtise universelle qui a mis des caméras partout pour se rincer l’œil. Aux USA, l’un de ces tristes sires a piraté les caméras de surveillance de plus de 200 personnes pour espionner des femmes nues ou regarder des couples en pleins ébats.

Pour vivre heureux vivons cachés !

Euphémisme.

Pour combattre les violences sexuelles dans le temps, i.e. pour contourner la prescription, le législateur invente la « prescription glissante », autrement dit la possibilité de recharger la voie de recours avant expiration. L’idée est basée sur la notion de recharge perpétuelle, in english the revolving, au fur et à mesure de l’épuisement, on abonde pour maintenir le niveau. Qu’on le veuille ou non, c’est là remettre en cause un notion fondamentale du droit : la prescription, et donc l’oubli. Ne serait-il pas plus efficace de décréter l’imprescriptibilité des crimes sexuels sur mineur ?

Les « belles âmes » sont fatigantes, à la fin.

Souvenirs : JP Chevènement osa « les sauvageons » : émoi et lynchage médiatique ! « On va vous débarrasser de la racaille », Sarkozy, re émoi etc. La question qui se pose est la suivante : une société civilisée l’est-elle encore quand ce genre de quidam sévit impunément et que ceux qui envisagent de traiter le problème passent pour des factieux aveugles à la souffrance de ces pauvres petits, oubliés de la République ? Pour la réponse, demander à Yuriy, un gamin de 15 ans courageusement massacré par une bande d’abrutis.

L’exploit !

Les médias en extase : au Portugal, le président sortant, Marcelo Rebelo de Sousa, est réélu au premier tour avec 60 % des suffrages exprimés. Le pied, quoi ! Ben, à vrai dire comme il y a aussi 60 % d’abstentions, le compte est plutôt celui-ci : 60 % de 40 %, soit : 24 %. Ce n’est pas tout à fait la même chose. Pauvre démocratie qui n’intéresse plus que 40 % de citoyens.

La détrumpisation des É-U ne va pas de soi.

L’attitude des sénateurs quant à son procès en destitution le démontre sans conteste.

L’ancien président doit pousser un soupir de soulagement. Si les sénateurs ont prêté serment le mardi 26 janvier d’être les garants d’une “justice impartiale” au cours du procès dont ils seront les jurés, un vote quelques instants plus tard a montré que les élus avaient déjà une idée bien arrêtée de son issue. Il faudra que 17 sénateurs républicains votent au final contre leur ancien leader. Et seuls cinq l’ont fait ce mardi simplement pour assurer, avec les 50 démocrates, que ce procès se tenait en bonne et due forme. C’est pas gagné !

Le coup de gueule de Ranson.

Les anti racistes, à force de prétendre combattre le racisme sous toutes ses formes, et de ce fait interdire tous azimuts bouquins, films, chansons, castings non genrés, dessins et j’en passe, ont forgé une nouvelle catégorie de belles âmes promptes à censurer et harceler qui leur déplaît. À force d’élucubrations vindicatives et d’abyssales conneries, des journaux comme le Monde se  sont déculottés devant ces majestueuses âneries et le Washington Post a, lui, carrément supprimé les dessins de presse. Une défaite de l’esprit critique en rase campagne devant les « colins froids » du politiquement correct. Mais, qu’on se le dise, cette poiscaille-là ne supporte pour elle-même aucune censure.

Versailles sur Mer (noire).

Poutine épinglé pour son super palais, nie en bloc : « Rien de ce qui est montré [sur youtube] comme étant mes biens n’appartient à moi ni à mes proches » .Ben voyons !

Louis XIV avait bâti Versailles pour avoir la noblesse sous le coude, gageons que M. Poutine n’invitera pas n’importe qui chez lui.

Covid, comme d’habitude. 

Impossible d’ouvrir un journal sans tomber sur la Covid, à presque toute les sauces. Impossible pour moi de ne pas râler ni d’afficher une grande lassitude. On va reconfiner, c’est sûr, les sinistres du gouvernement préparent l’opinion à cette « fatalité ». Mais, nom d’un petit bonhomme, on a déjà été confiné deux fois et pour quel gain ? Pourquoi nous seriner que c’est la solution puisque de toute évidence ce n’est pas vrai ? Vite le vaccin, à fond les manettes ! Mais voilà, s’il n’y a pas pénurie de lieux de vaccination, il y a bel et bien pénurie de vaccins. Ô destin funeste !

Le blaireau n’est pas celui qu’on croit.

Tout le monde a bien compris que la stratégie de Macron c’est d’user de Marine Le Pen comme de l’idiot utile, car il rêve de lui refaire le coup de 2017. Il est bien confiant le pépère, car cela suppose qu’elle n’aurait rien appris de sa déconfiture passée, ce qui est peu probable. Macron n’a pas de bilan sérieux et depuis le début de la crise sanitaire, il pilote au doigt mouillé. L’ultra-libéral s’est vu contraint de faire du keynésianisme, certes abâtardi , mais aux antipodes de son ADN politique. Couac qu’il en soit, le jeu est dangereux, les électeurs pourraient se dire : »Celle-là, on l’a pas encore essayée ». Devinez la suite.

Manquait plus qu’ça !

La Covid-19 s’en prend au contenu de nos bourses ! Tous aux abris !

Chacal !

Le chacal doré est à nos portes, il poursuit son expansion sur de nouveaux territoires, il nous vient d’Europe centrale d’où il est originaire. Avec son compère le lynx, c’est un animal protégé, mais l’intérêt de l’observation de ses déambulation tient aux bouleversement induits par le réchauffement climatique. Une preuve que ne pourrons nier les sceptiques.

La vieille rengaine 

« Mobilisation générale pour les quartiers. » Le Premier ministre, Jean Castex, dévoilera qquinze mesures à l’intention des quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV) à l’issue du Comité interministériel à la ville, qu’il présidera à Grigny (Essonne), vendredi 29 janvier dans la matinée.

Quel pouvoir ne s’est pas penché sur sujet ? Quel pouvoir n’a pas promis monts et merveilles ? Souvenir : en début de mandat Macron avait demandé à l’ancien ministre, Jean-Louis Borloo, de plancher sur le sujet, pour à l’arrivée mettre le rapport du naïf à la corbeille. Encourageant !

Dernières nouvelles

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Adhérez à l'ADLPF / Demande d'infos

4 + 9 =