string(323) ""

Ramasse-Miettes N°203

8 Fév 2021

Bienvenue chez Kafka.

Monologue policier imaginaire : « Vous ne pouvez pas circuler après 18h, couvre-feu oblige ! D’autre part le ministre insiste pour que les contrôles soient les plus serrés possible. Dont acte. Par conséquent, comme vous avez franchi le délai, je vous verbalise, Monsieur ». Par ici la bonne soupe, encore 135€ dans le carnier.

La police crée 400km de bouchons, ce qui fait un sacré stock de bagnoles hors délai. Subtil, non ?

Pendant la pandémie, on malmène la démocratie.

Selon l’universitaire Stéphanie Hennette-Vauchez, le projet de loi visant à renforcer les principes républicains qui arrive ce 1er février à l’Assemblée nationale contient de nombreuses dispositions régressives en matière de libertés publiques.

Les coups bas se font la nuit et pendant que les gens ont le dos tourné, c’est bien connu : on vote à une quinzaine de gugusses à 3h du matin des lois scélérates pourfendeuses de la démocratie, ou on profite de ce que les gens ont les yeux rivés sur l’infographie Covid pour tambouiller des monstruosités anti-démocratiques. Citoyens, réveillez-vous !

Que l’on tâtait à tâtons, tontaine et tonton…

« Cinq fédérations du Conseil français du culte musulman (CFCM) ont paraphé dimanche une « charte des principes pour l’islam de France », saluée lundi par Emmanuel Macron comme un « engagement net et précis en faveur de la République ». Mais trois autres fédérations – dont deux proches de la Turquie – ont confirmé mercredi qu’elles ne signeraient pas le texte, en estimant que « certaines déclarations portent atteinte à l’honneur des musulmans ». Naïf, Monsieur le Président ?

Qui s’en étonne ? Les ultras, ne veulent ni de l’égalité femme/homme, ni du droit de changer de religion et encore moins de n’en avoir aucune etc. Depuis Chevènement, bien des politiciens se sont cassé les dents sur ces citoyens qui refusent d’être Citoyen. Le grand Sultan se frotte les mains…

Une pichenette et une obole.

La Cour de justice, qui juge l’affaire Karachi, est bonne fille avec Balladur et un peu plus dure avec Léotard : l’accusation requiert une peine d’un an d’emprisonnement avec sursis et 50 k€ d’amende contre l’ancien premier ministre et deux fois plus contre Léotard, estimant que ce dernier était « beaucoup plus impliqué » qu’Édouard Balladur dans la gestion des rétrocommissions illégales, issues des contrats d’armement. Aucun de ces respectables messieurs n’avait jugé à propos d’être présents à l’audience…

Il n’y a pas que le gaz et l’électricité…

La cassette des députés augmente aussi. Et pas qu’un peu, de 15 %. Ce n’est pas rien en ces temps d’angoisse et d’incertitude. Pour le fun, deux ou trois belles âmes protestent mais, toute honte bue, tendent encore et toujours la sébile.

Géo Trouvetout bosse pour le Pentagone.

Il s’appelle Salvatore Pais, ses inventions s’appuient sur un phénomène physique théorique nommé « l’effet Pais» (on n’est jamais aussi bien servi que par soi-même), engendré par un «mouvement de matière chargée d’électricité produit par des rotations ou vibrations accélérées puis décélérées». L’armée américaine s’intéresse de près à ses trouvailles et rêve de sous-marins, d’avions et de véhicules propulsés par l’énergie d’une fusion virtuellement illimitée. Plus fort que Spielberg !

Le génie ça paie !

Et le culot aussi. Jeff Bezos prend sa retraite, les poches pleines. Il a inventé Amazon, initialement une librairie en ligne, il est maintenant la deuxième fortune du onde et, qu’on le veuille ou non, il nous a attaché un fil à la patte. Son management ? Le rasoir d’Occam adapté à l ‘entreprise, i.e. le coast killing. On est un génie ou pas.

Poudre aux yeux et reniement.

Quid des intentions affichées par le Président de la République dans son discours de Mureaux  rompant avec des décennies d’affaiblissement de la laïcité et de reculs de la République. ? Une pincée de poudre aux yeux sur les associations cultuelles autorisées à conserver et gérer les immeubles reçus par dons et legs, qui leur permet de se livrer à des activités commerciales et immobilières, ce que la loi de 1905 interdit formellement. Et un reniement contreproductif actant un tropisme « séparatiste ». En amendant son propre art. 31, le Gouvernement a renoncé à placer les « associations inscrites » (cultuelles) d’Alsace et de Moselle sous le statut de la loi de 1905 modifiée – contrairement à son texte initial.

Quels enseignements tirer de l’invasion du Capitole par les partisans de Donald Trump, d’un point de vue technocritique ?

Il aura donc fallu des événements inouïs pour qu’il soit majoritairement admis que Trump ne pouvait plus compter pour régner que sur une horde d’individus hirsutes, tatoués, et gesticulants. Soit, mais qu’est-ce que cela nous dit de l’état de nos sociétés ? Réponse de Joël Decarsin ici.*

Boris Cyrulnick

Nos cerveaux sont « atrophiés » par les confinements. Ce dimanche 17 janvier, à l’occasion de la sortie de son livre « Des âmes et des saisons », le neuropsychiatre a livré un discours éloquent sur la manière dont le développement de notre cerveau est « marqué, expérimenté et blessé par les événements que nous traversons tout au long de notre vie. » Face aux restrictions sanitaires (confinement, couvre-feu et gestes barrière), nos interactions sont aujourd’hui totalement bouleversées et cette rupture sociale a des conséquences directes sur notre cerveau. À travers son raisonnement fort et percutant, le neuropsychiatre rappelle donc l’importance de ne pas s’isoler et de garder tout de même le contact en cette période si particulière.

Mea culpa.

On recherche coupables. Heu ? La lourdeur administrative, les financements publics de la recherche qui diminuent? Qui d’autre?

La pandémie de Covid-19 a révélé un certain nombre de faiblesses. En matière de recherche vaccinale, la France est cruellement en retard, notamment à cause de l’échec récent de l’Institut Pasteur et de Sanofi à développer à temps un vaccin efficace contre le virus.

Alors ? Probablement qu’il faudra une remise à plat de notre politique de financement de la recherche, puis de son lien avec l’industrie et de la manière dont doivent être « traités » les chercheurs, si on ne veut pas qu’ils filent à l’étranger où ils sont accueillis à bras ouverts.

Dernières nouvelles

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Adhérez à l'ADLPF / Demande d'infos

15 + 6 =