Tranche de KEK

Publié le par (envoyé par Joseph PETITJEAN)

Intéressante info piochée sur " le Progrès.fr " et datée du 21 juillet 2009: "Bartholomée 1er, patriarche de Constantinople (Istanbul pour d’autres), a, lors de la 13ème Conférence des églises européennes (KEK) qui regroupe 125 cultes protestants, orthodoxes, anglicans et vieux catholiques (sic) de toute l’Europe, appelé l’Église romaine à rejoindre une Conférence européenne à créer et dont modalités et fonctionnement restent à définir." On appréciera l’avancement de l’universalité chère à tout chrétien !

Trêve d’ironie ! Il s’agirait, pour ce prélat, de rétablir la « communion chrétienne » ce qui serait, voyez-vous, un " devoir primordial et impératif". Une telle structure pourrait alors "servir l’homme contemporain confronté à une multitude de problèmes complexes". La suffisance et la prétention de ces gens n’a pas de limite.

La demande explicite de cet appel à la catholicité romaine, regroupée, elle, au sein d’un Conseil des Conférences épiscopales d’Europe (CCEE), est de rejoindre la KEK. Sans trop d’illusions toutefois tant les questions théologiques et ecclésiastiques les divisent, comme le dogme de l’Immaculée Conception, l’infaillibilité du Pape et sa primauté qui engendre le grave problème de la représentativité. En effet, la position constante de Rome est que partout où se trouve le Pape, c’est lui le "chef" puisqu’il est le représentant direct de Dieu sur terre ! Difficile de s’entendre avec un pareil prétentieux. D’ailleurs, en 1979 une tentative de faire adhérer Rome à la KEK s’était soldée par un échec dû au refus du Pape de l’époque. Prudence donc du Bartholomée qui y va sur la pointe des mules et a donc laissé toutes les options ouvertes en attendant la réponse de Benoît XVI dûment informé de l’excellence des intentions du Patriarche par l’archevêque de Lyon Barbarin. On tremble d’angoisse et d’impatience.

Ce plaisant psychodrame entre chrétiens vous fait rigoler ? Bon, d’accord, moi aussi, mais il doit surtout nous alerter sur les intentions profondes de tout ce petit monde. Pendant que les hommes politiques se déchirent à belles dents , ces gens avancent avec un corps de doctrine largement partagé que, pour l’heure, seules les visées hégémonistes de Rome et les mômeries doctrinales habituelles, auxquelles tient tant la Curie ,empêchent la constitution d’une super KEK regroupant tous les ensoutanés qui nous veulent du bien. Ils la feront, n’en doutez pas ; car la démarche n’est pas religieuse mais bien politique. Sous couvert de démarche spirituelle, dûment encadrée quand même , l’objectif est la prise de pouvoir et la direction des mœurs et des consciences. Les prémices en sont la volonté farouche de faire reconnaître par tous moyens, au besoin constitutionnel, l’héritage chrétien de l’Europe en dépit de toute logique véritable. Quid, en effet, de la composante grecque, des Lumières et des avancées des XIXème & XXème siècles qui ont vu la laïcisation et la déchristianisation de l’Europe ?

En réalité, il y a gros à parier que le substrat de cette pensée n’est non pas je ne sais quel œcuménisme, mais bel et bien l’adhésion aux théories d’Huttington sur la guerre des civilisations laquelle hante bien des hommes au pouvoir aujourd’hui.

Si vous cherchez la Paix, ne vous tournez jamais vers les religieux, ils ne rêvent que de domination et de soumission à leurs délires. La KEK est là pour ça.

                                                                                                        Gilles Poulet.

Publié dans SOCIETE

Commenter cet article