string(177) "
ADLPF La Libre Pensée
"

  La liberté de conscience

ADLPF La Libre Pensée
Les libres - penseurs combattent pour que la liberté de conscience ne soit pas qu’un des atouts du « for intérieur », mais se concrétise et se réalise dans la cité. En un mot, ils demandent que des choix s’offrent aux citoyens pour que ceux-ci puissent, sans restriction, exercer cette liberté. L’exemple du combat mené pour l’enterrement civil l’illustre parfaitement : chacun doit pouvoir se faire inhumer suivant ses vœux et ne pas se faire imposer de rituel religieux. D’autres questions de libre choix se posent actuellement dans plusieurs domaines : la bioéthique, la sexualité, les nouvelles formes de conjugalité, le respect de la vie privée, etc. Les libres – penseurs militent pour une liberté de conscience réelle sur tous ces sujets, toutes ces options.

La modernité politique que nous devons aux Lumières européennes a établi l’autonomie du politique libéré de toute forme de transcendance.

Notre République a organisé son fonctionnement en proclamant haut et fort ce principe de Séparation par la belle loi du 9 décembre 1905. Celle-ci a renvoyé au domaine privé les questions de croyance et de religion, donnant ainsi au peuple une possibilité de choix démocratique inédite jusqu’alors.

Le sens premier de ce mot (étymologie : du grec « dêmos » peuple et « kratos » pouvoir) est pris très au sérieux par les libres - penseurs. Le peuple est souverain et décide par lui-même de son bonheur sur Terre.

Séparé du religieux, il légifère dans cette Agora permanente qu’est la République, même s’il a conscience que, bien souvent, il peut y avoir une confiscation de ce droit et de son rôle représentatif. Il participe avec sa conscience libre et éclairée à l’élaboration politique de son destin terrestre.

La société est prise en considération de sa pleine diversité. Car pour les libres - penseurs elle n’est pas seulement l’agrégation d’individus attachés à leur propre égoïsme, mais plutôt le cadre d’épanouissement de citoyens conduits par le respect des droits de l’homme.

Les libres - penseurs revendiquent pour le citoyen le droit d’être un « Honnête Homme » au sens où l’entendaient les Lumières de l’Encyclopédie. Celui-ci et le plus grand nombre, doivent accéder à l’instruction et à la culture afin de cultiver leur raison en usant du savoir universel.

Ils ne s’arc-boutent pas sur une vision fixiste et traditionnelle de la culture, mais au contraire sur une culture qui se doit d’être outil et levier de l’émancipation et de la plénitude de l’individu raisonnable.

Adhérez à l'ADLPF / Demande d'infos

13 + 14 =