Soutien à la crèche Baby-Loup

Publié le par Association des Libres Penseurs de France

 L'Association Des Libres Penseurs de France (A.D.L.P./F., membre de l’Union Mondiale des Libres Penseurs) apporte son total soutien à la crèche gérée par l’association para-municipale Baby-Loup et à sa directrice Madame Baléato dans le conflit qui les oppose à une ancienne salariée qui refusait de se soumettre à l’article 5 du règlement intérieur de cet établissement disposant que « dans l’exercice de son travail, le personnel doit respecter et garder la neutralité politique et confessionnelle en regard du public accueilli, tel que mentionné dans les statuts ».

 

Cette garderie de Chanteloup-les-Vignes (Yvelines) accueille des enfants de toute origine et assure une mission de service public auprès de familles, souvent de condition modeste, de toute confession ou sans confession. Or, après de nombreuses années au service de Baby Loup, une salariée a décidé un beau jour qu’elle ne pouvait pas s’occuper des enfants de la crèche autrement qu’en arborant devant eux une tenue vestimentaire constituant une marque évidente, revendiquée et ostentatoire de prosélytisme religieux.

 

Devant le refus fondé de la directrice de la crèche d’accepter cette attitude provocatrice de non-respect des consciences des enfants et de leurs parents, et devant la nécessité où elle s’est trouvée de devoir rompre le contrat de cette salariée, celle-ci, considérant que son licenciement était discriminatoire, a saisi le Conseil de Prud’hommes.

 

Comment peut-on se dire victime d’une discrimination si on se discrimine soi-même ? En imposant les effets de sa propre conception et de sa propre pratique religieuses à l’ensemble d’une population qui ne la partage pas nécessairement, on adopte une démarche exclusive, prosélyte, irrespectueuse de la liberté de conscience, donc discriminatoire.

 

Les Libres Penseurs de l’A.D.L.P.F. ont été effarés de la délibération de la Haute Autorité contre Les Discriminations et pour l'Égalité (H.A.L.D.E.) qui, consultée avant la décision prud’homale, a estimé que ce licenciement était discriminatoire. En agissant ainsi, la H.A.L.D.E. se livre à une étonnante perversion et inversion des valeurs sensées inspirer son action. Le respect de la laïcité ne peut pas constituer une forme de discrimination, puisque la laïcité c’est, précisément, la condition d’exercice pacifique de la liberté de conscience ! Par la décision qu’elle a prise, la H.A.L.D.E. nie l’universalité des Droits de l’Homme au profit d’une prise en compte des identités culturelles communautaires. Dans la hiérarchie des actes, cette institution de la République a donc placé les principes républicains au-dessous des règles religieuses particularistes.

 

L’A.D.L.P.F. se réjouit que la nouvelle présidente de la H.A.L.D.E., Madame Bougrab, ait fort heureusement décidé de reconsidérer cette délibération aberrante prise avant son arrivée à la tête de cet organisme.

 

Œuvrant au sein du Comité de Soutien à Baby Loup, l’A.D.L.P.F., « association populaire et d’action sociale etphilosophique » ayant pour but de « développer le libre examen en dehors de tout dogme », mettra tous ses moyens en œuvre pour la défense de la laïcité, principe républicain essentiel, garant de l’intérêt général opposé aux prétentions communautaristes, condition d’exercice des libertés publiques au premier rang desquelles la liberté absolue de conscience de l’ensemble des citoyens considérés à égalité de dignité.

Publié dans SOCIETE

Commenter cet article

BERT MICHEL 08/11/2010 17:19



La France est en danger d'islam! Un moustique contre un éléphant est assurément foutu.Beaucoup beaucoup de moustiques et c'est l'éléphant qui est
foutu. C'est la tactique employée pour islamiser la FRANCE.Je ne suis pas paranoïaque. C'est aussi une méthode pour alimenter les caisses.