Ramasse-miettes n°74

Publié le par Association des Libres Penseurs de France

Revue de presse militante

 
 
Anne Bert, atteinte d’une maladie neurodégénérative a médiatisé sa fin de vie pour montrer les limites de la loi française et les raisons pour lesquelles elle ne peut « vivre cette agonie qui [lui] est promise ».
 
Nous revenons sur cette affaire, parce que ce témoignage doit être versé à ce dossier brûlant du droit de mourir dans la dignité que les politiques français abordent à reculons. La loi Leonetti ne suffit plus et n'a d'ailleurs jamais suffi.
 
Une nouvelle qui réjouira les athées, attristera les croyants, mais laissera de marbre les laïques.
Charles Arambourou, défenseur inspiré de la laïcité, nous l'explique au cours de son analyse des résultats de l'enquête « Attitudes sociales britanniques, religion et convictions » , publiée le 4 septembre et établit qu'un nombre record de Britanniques est désormais sans religion. On constate par ailleurs que c'est un phénomène qui concerne toute UE, du coup : «  Les tentatives des institutions européennes (art. 17 C du Traité de Lisbonne), de la Cour de Justice et de la Cour Européenne des Droits de l’Homme, visant à imposer la liberté de religion comme devant l’emporter sur toutes les autres libertés sont donc, non seulement contraires aux droits fondamentaux, mais en retard absolu sur l’évolution des opinions publiques et des réalités sociales. Autrement dit : rétrogrades. »
Voilà qui est envoyé.
 
Prorogation de l’état d’urgence jusqu’au 1er novembre. Ce serait la sixième prorogation depuis son instauration à la suite des attentats de novembre 2015.
 
Ce régime d’exception, dont le Conseil d’État répète depuis février 2016 qu’« il ne saurait être prolongé indéfiniment » sans menacer les libertés, donne au ministère de l’Intérieur des pouvoirs dérogatoires, en particulier en matière d’assignation à résidence, de perquisition administrative, d’interdiction de manifestation, etc. Pour l’appliquer, la France déroge à certaines de ses obligations à l’égard de la Convention européenne des droits de l’homme.
C'est proprement scandaleux, d'autant qu'un rapport sur le contrôle parlementaire, adopté par la commission des lois de l’Assemblée nationale, observe qu'il n'a plus grande utilité puisque le droit commun offre les outils suffisants pour lutter contre la menace terroriste... et qu’il faut en sortir. Il est vrai que c'était en décembre 2016, on n'était pas encore « En Marche ».
Comme le disais Montesquieu, tout détenteur d'un pouvoir a tendance à en abuser, j'ajouterais : et à vouloir le garder. Il faut en finir, car le maintien de ce régime, outre qu'il semble de nul effet, signe en réalité la victoire de ceux qui commettent les attentats pour abîmer et fragiliser la démocratie qu'ils exècrent.
 
 
Tas d'fainéants ! Tas d'feignants ! Tas d'coquins !
 
« 120 ans entre ce texte de Jean-Baptiste Clément (oui ! oui ! celui du « Temps des cerises ») interprété par Fabrice Lançon, et le mépris du président du moment : « Je serai d’une détermination absolue et je ne céderai rien, ni aux fainéants, ni aux cyniques, ni aux extrêmes. Et je vous demande d’avoir, chaque jour, la même détermination ». 120 ans ! Et on voudrait nous faire gober que la lutte des classes est terminée !
 
 
 
Après son exercice d'admiration à l'endroit du catholicisme, lors de la cérémonie mémorielle pour le curé Hamel, assassiné en son église, le Président câline et rassure à leur tour les protestants.
 
« Cinq cents ans après Luther, l’esprit de la Réforme souffle encore sur les Églises protestantes et sur notre société », a dit le président de la République, saluant « l’esprit d’indépendance, la liberté intellectuelle, le souci de l’homme qui ont construit l’histoire du protestantisme»...« J’aime que vous démontriez que vos origines si diverses, vos traditions si variées, vos intonations parfois éloignées, soient la source d’une fraternité retrouvée, et non de division, a t-il dit aux réformés luthériens comme aux évangéliques (baptistes, pentecôtistes…). Pour les 500 prochaines années, en tout cas (pour) les cinq ans à venir, ne cédez rien ! » Et de les rassurer au sujet des questions éthiques, notamment en ce qui concerne l’ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA) à toutes les femmes, célibataires ou en couple.
 
Si l'on ajoute à cela le dispositif des commissions inter-confessionnelles que met en place le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, on voit une cohérence se déployer dans le sens de ce qu'on finira par appeler, pour ne pas être injurieux, des « accommodements raisonnables ». La laïcité est bien mal partie avec ces nouveaux dirigeants qui s'intéressent de façon si empathique à une ultra minorité, sans jamais se soucier de ce que pensent les sans-religion ou les non-pratiquants, qui sont l'immense majorité de ce pays. Rappelons que le protestantisme demeure très minoritaire dans un pays aujourd’hui en voie de sécularisation avancée, avec entre 1,3 million et 1,7 million de fidèles, selon les estimations. Soit à peine plus de 2 % de la population.
 
 
Écosse, Catalogne, Kurdistan : les états font front contre toute velléité d'indépendance, voire d'autonomie élargie.
 
L'ONU est contre, la Russie est contre, contre aussi l'Espagne et le Royaume Uni, chacun redoute la dissolution. Le fond du problème semble la vertigineuse unification par le bas qu'engendre la mondialisation, d'où ce besoin bien légitime de se retrouver autour de valeurs et de projets communs. Le débat est ouvert. Emparez-vous-en.
 
 
 
 
 
 

 

Commenter cet article

Ledru françois 29/09/2017 04:34

je suis personnellement contre les indépendances de régions. Beaucoup ont déjà dit que c'est le projet des capitalistes Ledru