Le ramadan à Paris

Publié le par Régis BOUSSIERES

                              Quand Delanoë fait la fête du ramadan, il y’a de l’argent !

La Mairie de Paris a organisé une soirée de fête de rupture du jeûne du ramadan le mercredi 24 août. Cette soirée a coûté aux contribuables parisiens (qu’ils soient musulmans ou pas) 29 748,89€ pour le buffet et 69 651,50 € pour le concert. C’est, sans doute, ce que l’on appelle prioriser les dépenses publiques à la Mairie de Paris !

En tous les cas, crise ou pas, déficit ou pas, pour les subventions publiques pour des manifestations cultuelles ou les fêtes de copinages avec telle ou telle communauté religieuse (arrosées par l’argent public) il a toujours des gros moyens financiers… Ca tient du MIRACLE !

 

                            Bien évidemment, il ne faut pas y voir là une façon de faire du racolage pour avoir les voix de tel ou tel électeurs quitte à s'asseoir sur le principe de la laïcité. Un petit tour à la gay-pride, une petite subvention pour les crèches juives, une petite rupture du jeûne pour le ramadan, ça peut rapporter des voix non pas du seigneur ou d'Allah mais des électeurs… Et puis, comme tout politicard, rompu à la langue de bois, le Maire de Paris ose affirmer que cette rupture n’a rien à voir avec une « manifestation cultuelle ». Il ajoute que la date du 24 août « ne correspond à aucune fête religieuse musulmane », que l’événement n’est pas de « caractère rituel », « il n’y a aucune prière ou prêche religieux », il ne manquerait plus que ça ! Ben voyons, comme s’il suffisait qu’il n’ait pas de prières pour que cela n’ait pas de caractère religieux ! Pas de date fixe ? Et pour cause, chaque année le ramadan (en fonction du calendrier lunaire) ne se fait pas à la même date. En conséquence, la date de la rupture du jeûne varie… en plus de dépenser nos impôts n’importe comment, Delanoë nous prend pour des imbéciles.

                           La rupture du jeûne du ramadan n’aurait donc, aucun caractère religieux ? Elle est bien bonne. Le jeûne du ramadan fait parti des cinq piliers de l’Islam, il s’agit d’un dogme religieux ou le croyant entre en pénitence en éprouvant sa foi et se tourne vers Allah. Je préférais que Delanoë assume vraiment ses actes en disant qu’il s’en contre fiche de la laïcité et qu’il donne des subventions aux communautés religieuses afin d’avoir plus de voix, c’est ça la « real politique ». Il est inadmissible qu’un Maire organise une telle cérémonie religieuse, appelé « fête » pour faire passer la pilule. Les Maires, comme les autres élus n’ont pas à reconnaitre une ou des religions, la rupture du jeûne du ramadan doit se faire dans les mosquées ou dans des lieux privés, mais pas dans des lieux publics, en présence d’élus et avec des subventions publiques.

                            Et les autres ?

Suite à cette atteinte très grave à la laïcité, j’ai reçu dans ma boite mail, une pétition (via le site mes opinions) qui a recueilli déjà 7691 signataires. Elle émane de l’Abbé Guy Pagès et elle a pour titre « la Mairie de Paris doit payer une fête pour la fin du carême ». Cette pétition est adressée au Maire de Paris:

                          « Vous avez défendu auprès de M. le Préfet d’Ile de France la fête de rupture du jeûne du ramadan organisée par vos soins le 24 août en lui disant qu’elle n’était « pas une manifestation cultuelle (…) » Eh bien, au nom du principe de l’égalité républicaine, je suis heureux de vous demander en tant que citoyen, la tenue par vos soins d’une semblable fête dans la semaine du 9 au 14 avril prochain pour fêter la fin du carême. Vous pourrez pareillement alors vous défendre «de fêter ce qui n’est pas une manifestation cultuelle (…)». Confiant que vous saurez allouer une somme équivalente à celle que vous avez su débourser pour fêter la fin du ramadan, promouvoir cet événement par une soirée télévisée au même titre que le programme « la nuit du ramadan » diffusé le 24 août 2011 sur France 2, et vous n’oublierez plus désormais de souhaiter un joyeux carême aux Parisiens sur les panneaux de leur ville comme vous le faites pour leur souhaiter un joyeux ramadan."

                       Rien d’étonnant à ce que d’autres religions demandent les mêmes faveurs… Alors, après le ramadan pour les musulmans, le carême pour les catholiques, et à qui le tour ? Aux mormons ? Aux témoins de Jehova ? Ou les Krishna ? Les Scientologues, les Eglises évangéliques… Ils ont bien le droit à une petite fête eux aussi, au nom de l’égalité républicaine et de la laïcité ouverte version Delanoë…

                                                                                                      Régis Boussières

Publié dans LAICITE

Commenter cet article

Mtiness 08/09/2011 14:23



A la lecture de cet article j'ai commencé par être en colère de ce qu'il nous apprend.


Puis j'ai pensé que, malheureusement, c'était dans "l'air du temps".


Et pour finir, j'ai fais le lien avec le principe de "discrimination positive" (qui en elle-même est un affront à l'Egalité dont fait partie les trois maîtres mots sencés représenter la France :
Liberté, Egalité, Fraternité...).


Finalement rien de nouveau si on cherche sur Wikipédia (discimination positive)...http://www.communautarisme.net/La-diversite-dans-la-Constitution-danger-_a1008.html


Que peut-on faire alors que cet "évènement" devient un "non évènement" tant la Laïcité est violée tous les jours par nos "représentants de tous poils !?


Encore une nouvelle qui va plaire à Marine. LE PEN...Quoi qu'il en soit, tous cela devient nauséabont.