Non à l'endoctrinement des enfants !

Publié le par Régis BOUSSIERES

Les Religions se sont toujours intéressées aux plus petits afin de les soumettre à leurs dogmes et leurs "enseignements" dès le plus jeune âge. Plus l'embrigadement commence tôt mieux c'est, cela enferme de manière très efficace les enfants dans l'idéologie religieuse et communautariste. Nous parlerons ici de deux exemples où le combat pour la laïcisation des lieux d'accueil des plus petits se heurtent aux prétentions de domination des religions.

Ainsi, la province francophone du Québec vient d'interdire l'enseignement des principes religieux dans les garderies privées subventionnées et les centres publics de la petite enfance, accueillant des enfants de moins de cinq ans. Oui, vous avez bien lu : des enfants, de moins de cinq ans, subissent un embrigadement religieux avec des activités telles que la récitation répétée de prières, la mémorisation de chants religieux ou l'apprentissage de gestuelles religieuses. Il s'agit de fanatiser au plus vite les petites cervelles... Technique qui n'a rien à envier aux sectes... Mais, les Religions ne sont-elles pas des sectes qui ont réussi ? Quant au libre arbitre, il n'existe pas! On manipule la pensée des petits le plus tôt possible afin de les formater à des dogmes et des prières... Cette décision fait suite à la parution de reportages sur des garderies subventionnées par le gouvernement de la province et enseignant à leurs enfants l'islam et le judaïsme. Une centaine de crèches seraient concernées. Elles ont jusqu'au 1er juin prochain pour modifier leurs programmes. Faute de quoi elles ne recevront plus de subventions publiques, ce qui rendrait quasiment impossible leur survie, les subventions publiques couvrant 80% de leur budget. Il n'y a pas de miracle, malgré les prières, sans argent de l'État, ces crèches ne peuvent pas vivre... La ministre de la Famille Yolande James a présenté cette directive en rappelant que "les services de garde sont des lieux de socialisation et d'intégration pour nos petits de 0 à 5 ans ". Je veux que les jeunes Québécoises et Québécois qui fréquentent nos services de garde puissent le faire dans une perspective d'ouverture à l'autre et à la diversité. Nous subventionnerons des services de garde dont les objectifs éducatifs n'incluent pas l'apprentissage d'une religion spécifique. Une député du Parti Québécois (opposition), Carole Poirier, a estimé que la directive ne va pas assez loin, car les garderies se "permettent de sélectionner les enfants en fonction de la religion des parents". C'est cela la tolérance et l'ouverture d'esprit des religions : exclure celui qui ne croit pas à la même religion que moi...

En France, pays de la loi sur la laïcité en 1905, des élus parisiens ont relancé la polémique sur les subventions aux crèches confessionnelles. Ils ne sont pas nombreux à monter aux créneaux. Il s'agit de crèches confessionnelle juive, dont les associations loubavitch. Le Parti Socialiste, l'UMP et le Nouveau Centre ont voté pour ces subventions publiques, les élus PCF, PRG et PG ont voté contre et le Modem et les Verts se sont abstenus (sans doute ne savent-ils pas ce qu'est la laïcité?). La subvention concerne 14 crèches et la subvention publique votée et de deux millions d'euros. Les élus du Parti de Gauche, ont regretté que ces subventions soient données pour des crèches "qui ne respectent pas la laïcité et les obligations de convention demandées pourtant par la Mairie elle-même.(...) L'accueil et l'éveil de la petite enfance doivent se faire dans un cadre laïque et universel". Les deux élus, au nom de laïcité, refusent de voir l'argent public utilisé pour  financer des crèches confessionnelles. La convention est en effet même pas respectée, ainsi, de nombreuses crèches ne sont pas ouvertes le vendredi après midi (veille du sabbat). L'élu PRG, Gilles Alayrac, renchérit  sur le même thème : "nous n'avons ni à cautionner ni à encourager le choix de socialiser des enfants tous petits dans un cadre communautaire.Il est temps de réorienter notre politique municipale vers la laïcité". Ces crèches, poursuit-il sont "en infraction avec le principe républicain de la laïcité, par exemple on sait que dans certaines crèches il y a des signes ostentatoires religieux au-dessus des berceaux". La Mairie de Paris se défend en disant tout faire pour que les conventions soient respectées et en rappelant que ces subventions existaient avant 2001 (avant Delanoë). En tous les cas, sans subventions publiques, là aussi, ces crèches ne pourraient pas vivre. Il est inadmissible que la Mairie ne fasse pas le nécessaire pour accueillir tous les enfants dans des crèches publiques respectant de fait la laïcité. Ces entorses ne font qu'accroître l'emprise des religions sur les plus petits et les enferment , dès le berceau dans le dogmatisme et le communautarisme, source du fanatisme.

                                                                                                                   Régis Boussières

 

Publié dans LAICITE

Commenter cet article

emma 09/10/2016 13:57

Bonjour,
Merci d'aborder ce sujet...
J'ai un énorme problème, ma fille est endoctrinée par son papa qui lui récite le notre père tous les soirs avant de dormir. Elle a bientôt 3 ans et cela se produit depuis ses 9 mois... (nous sommes séparés depuis cette date et elle dort chez lui la moitié de la semaine).
J'ai d'abord opté pour lui réciter moi aussi des prières inventées parlant de la vie et sa beauté, des éléments naturels et des amis... Mais elle me demande régulièrement de lui réciter le notre père avant de dormir (chose que je ne ferrai jamais), c'est devenu pour elle un rituel avec son papa et je ne sais plus comment faire. Je ne veux pas discréditer son papa, il est libre d 'être catholique, mais je dit à ma fille que l'on est pas obligé de croire en cela... qu'il ya beaucoup d'autres choses imortantes... Que le vent, la pluie, le soleil et la terre sont les divinités qui font qu on vit sur terre. Que si on les respecte et qu on respecte l' humain cela suffit pour vivre heureux... Je souhaiterai tellement que son papa enttende que c'est de l'endoctrinement, qu il formate le petit cerveau qui ne serra jamais vraiement libre de cette pensée... Meme si elle les remet en question un jour... aidez moi a trouver une solution svp...

X 18/03/2016 23:21

C'est surtout les parents qui endoctrine leurs enfants, c'est une spirale sans fin et a moins que quelqu'un fasse quelque chose, ils continuerons à gobé a tout ce qu'on leur dira a leur plus jeune âge.

anima 04/01/2011 15:37



Bonjour Régis.


Merci pour votre commentaire, auquel je tiens à répondre, COURTOISEMENT, ainsi que vous le faites vous-même.


Certes personne n'est à l'abri d'une erreur, et comme vous le signalez, on en voit dans les journaux, les livres, et encore plus sur la Toile ... On peut comprendre une erreur qui visiblement est
une erreur de frappe (moi-même j'en ai parfois retrouvé en relisant un courrier "Envoyé", comme par exemple "vette" au lieu de "cette"! - d'ailleurs depuis que j'ai commencé ces lignes, je me
suis rectifiée une bonne dizaine de fois). On peut admettre aussi l'inattention, comme oublier un mot :


   -exemple : au nom de laïcité (---> au nom de LA laïcité)


Il existe des fautes vénielles (on écrit : "monter au créneau", et non : auX créneauX).


Tout de même, pardonnez-moi d'insister, mais des fautes d'ACCORDS élémentaires, de conjugaison, et surtout leur ACCUMULATION, représentent selon moi de vraies NEGLIGENCES , qui à mon sens sont
presque un manque de respect pour le lecteur, et un bien mauvais exemple de défense de notre langue !


J'ai été enseignante pendant plus de trente ans (ça explique tout! penserez-vous), donc moi aussi plus que fatiguée par le travail, surtout lorsque j'ai eu mes deux enfants, mais jamais je
n'aurais imaginé écrire (pour mon travail, pour de la correspondance privée, etc ...) sans relire sans cesse et en laissant passer des erreurs d'orthographe ! Encore une fois, il a pu arriver
parfois que quelque erreur échappe à mon attention, mais c'était vraiment exceptionnel !


Vous parlez d'indulgence et de tact - d'abord si j'avais eu votre adresse personnelle, j'aurais pu écrire directement et non en tant que commentaire, d'autre part, pour moi, le tact se situe
ailleurs, et le fait de signaler des fautes n'est pas un manque d'indulgence, mais un service à rendre. Car cela n'implique pas un jugement vis-à-vis de la personne (si elle-même se sent vexée,
c'est son affaire), je fais une différence entre ce que l'on FAIT et ce que l'on EST. Il m'est hors de doute que vous êtes quelqu'un de parfaitement respectable, mais imparfait comme tout être
humain, comme moi. Et je ne pense pas être impolie si je vous  suggère d'être beaucoup plus attentif dans la rédaction de vos articles, vous y gagneriez en tous points...


Je le reconnais, je suis parfois un peu sévère, c'est dans mon caractère - attention, sévère ou en colère pour des faits que JE désapprouve totalement (euphémisme ...), mais je peux aussi être
très compréhensive dans des cas qu'une majorité de gens condamnerait ...


 


Mais d'ailleurs, je m'aperçois que votre article a été corrigé !!! Et qu'il ne reste que PEU d'erreurs (je ne vous dis pas lesquelles, à vous de chercher! ... Combien ? Outre les exemples cités
plus haut : trois - ou quatre, mais avec deux fois la même).


Je vous prends au mot : vous avez mon adresse courriel, si vous désirez faire appel à moi pour des corrections, n'hésitez pas ...!


Toujours cordialement.



Régis 01/01/2011 11:45



Bonjour,


Il est dommage qu'il y ait des fautes (souvent d'inattentions), cependant, des fautes, il y en a de partout y compris dans des livres et journaux qui pourtant ont des comités de lectures... Nous
ne sommes pas des professionnels et notre travail est bénévole, il s'effectue après le travail ,ceci demande du temps et de l'investissement... Un peu d'indulgence et de tact n'a jamais fait
de mal à personne. Ceci dit, tout le monde peut proposer ses propres talents pour améliorer un site internet... Si l'orthographe n'est pas le point fort de quelqu'un, on empêche
personne de l'aider, comme cela vous pourrez défendre la langue française d'une manière concrête. La critique est toujours aisée....


 



anima 30/12/2010 14:36



Cela fait belle lurette que je suis en accord à 200% avec ce qui est dit ici, à propos de l'endoctrinement des enfants. Bien des internautes ont eu l'occasion de développer des arguments fouillés
et imparables sur ce sujet, je cite au hasard Michel THYS, Pierre REGNIER, et quantité d'autres.


L'enfant est "une éponge" comme je l'ai souvent entendu dire, et toutes les notions qu'il a emmagasinées de ce qui lui a été seriné dans sa petite enfance risque de lui marquer l'esprit à tout
jamais. Ce n'est pas une règle absolue, fort heureusement : certains en grandissant, pour peu qu'ils aient la volonté de réfléchir, remettre en question, raisonner, savent se démarquer des
principes intangibles que l'on a tenté de leuri inculquer. Pas mal d'entre eux les rejettent d'ailleurs en bloc. Mais même lorsqu'on s'en éloigne peu ou prou, la plupart du temps les esprits sont
fortement orientés ...


Voilà ce en quoi je vais totalement dans le sens de cet article. MAIS ...


 


... mais en revanche, permettez-moi de FULMINER (une fois de plus) face à la NEGLIGENCE (ou à une certaine incompétence ?) relevée dans cet article !


Je cite :


   -mots non séparés (  un exemple : "decinq ans")


   -mots omis ( un exemple : "nous n'avons ni à cautionner ni encourager" : manque un "à" devant encourager)


   -erreurs de mots (un exemple : "... ne sont pas ouvertes DE vendredi après-midi")


   -ce que je ne veux considérer que comme des négligences : "les jeune_ Québécoise" - unE député_  -  la subvention publique votée ET de deux millions d'euros" !!!!!!


---réelles fautes d'orthographe, principalement d'ACCORDS, qui me laissent sidérée : "des sectes qui ont réussiES" - "de voir l'argent public utiliseR pour ..." - "l'élu G.A. renchéri_ sur le
même thème" - "les élus PCF ont votéS" - "vous avez bien luS" - "des enfants touS petits" - etc ... etc ...


En tout, une trentaine d'erreurs ! .......(car je n'ai pas tout cité)


La défense de la langue française ne devrait-elle pas, pour vous aussi, être un point essentiel ?


Cordialement quand même.