UNE ASSOCIATION NE PEUT ŒUVRER QU’À LA MESURE DU NOMBRE DE SES ADHÉRENTS
REJOIGNEZ L’ADLPF POUR LA RENFORCER DANS SES COMBATS EN FAVEUR DE LA LIBERTÉ DE CONSCIENCE ET DE LA RAISON

la formation des enseignants en danger

17 Nov 2008

ADLPF La Libre Pensée Pour une société éclairée la formation des enseignants en danger

Appel du 8 Novembre

L’Éducation Nationale en danger ! Pour une vraie formation des enseignants

Signer la pétition   –   Voir les signataires

Premiers signataires

Les enseignants-chercheurs, les enseignants, les chercheurs, les parents d’élèves, les membres du personnel de l’éducation nationale et de l’enseignement supérieur ou de la recherche et les étudiants, réunis ce samedi 8 novembre à l’Université Diderot-Paris 7, protestent contre la mise en œuvre précipitée d’une réforme radicale de la formation des enseignants. Cette réforme est porteuse à terme d’un véritable bouleversement dans la nature des formations et dans le statut des savoirs au sein de l’enseignement primaire, secondaire et universitaire. Elle met gravement en danger la qualité de la formation des élèves à tous les niveaux de l’Éducation nationale. Elle complète et renforce la destruction du système national d’éducation et de recherche et contribue à mettre en position de concurrence établissements, formations et acteurs de l’enseignement.

Cette transformation radicale de la formation des enseignants et des concours de recrutement a été engagée sans demander l’avis de celles et ceux qui assurent cette formation ou en bénéficient. Ce mépris manifeste pour les principaux intéressés (enseignants et étudiants) va de pair avec l’imposition d’un rythme effréné qui dissimule mal la volonté de faire taire toute réflexion critique. Récemment, plusieurs présidents d’universités parisiennes ont pu parler de véritable « farce » à propos de ce processus. Le manque de précision quant au contenu des futurs concours et le calendrier absurde proposé par le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche nécessitent donc une réponse ferme et claire.

Soucieux de ne pas nous laisser imposer un traitement dans l’urgence d’une question aussi importante socialement et scientifiquement, nous demandons l’abandon de tout calendrier pour la remise de nouvelles maquettes de masters et le retrait de ce projet ministériel sous sa forme actuelle.

A ce titre, le « moratoire » demandé est la condition indispensable pour le lancement d’un débat national impliquant tous ceux qui sont concernés par la formation des enseignants et devant déboucher sur des négociations avec les ministères concernés. En conséquence, ce moratoire ne saurait se limiter à un répit de quelques mois.

Les signataires de cet appel font leurs les cinq principales critiques qui se sont exprimées durant les dernières semaines :

La destruction d’une véritable formation professionnelle et disciplinaire, initiale et continue, des enseignants. D’un côté, les épreuves des concours sont vidées en grande partie de leur contenu disciplinaire, et, de l’autre, la suppression de l’année de stage qui suit la réussite au concours – au nom de purs calculs budgétaires – remet en cause toute formation professionnelle sérieuse, la « didactique » n’ayant pas de sens en l’absence d’une réelle pratique de classe en responsabilité.

La fragilisation de nombreuses formations à l’Université. De fait, dans toutes les disciplines dont le principal « débouché professionnel » immédiat est l’enseignement, cette réforme aura des effets néfastes sur la qualité – et le nombre – des travaux de recherches en Masters et en Doctorat mais aussi sur la nature même de la formation en Licence. En ce qui concerne l’agrégation, si elle semble épargnée du point de vue disciplinaire, la confusion entre le master et la préparation au
concours rend son avenir incertain.

L’extension de la contractualisation et de la précarisation dans l’enseignement primaire et secondaire. Le recrutement de vacataires sera en effet mécaniquement facilité par l’existence d’un nombre important d’étudiants détenteurs d’une qualification reconnue par un diplôme mais non reçus aux concours nationaux.

Une atteinte grave à l’articulation entre enseignement et recherche ainsi qu’à la nature des connaissances et des savoirs produits et transmis dans l’université comme dans l’enseignement primaire et secondaire. Sur ce point, le lien est manifeste entre cette réforme de la formation et la réforme des enseignements en cours dans l’ensemble de l’Éducation Nationale (au lycée, la distinction entre matières obligatoires et matières optionnelles, la semestrialisation, la possibilité évoquée d’un recrutement direct des contractuels par les chefs d’établissement ; dans les écoles primaires et maternelles, la réduction unilatérale du temps scolaire, la suppression des RASED, la remise en cause des petites et moyennes sections des écoles maternelles).

L’injustice et la perte de la diversité sociales du futur corps enseignant (auxquelles s’ajouteront les incertitudes sur les débouchés professionnels) : le prétendu prolongement d’études ne sera en effet qu’un prolongement des études non rémunérées.

C’est pourquoi nous appelons à l’issue d’un large débat national à des négociations sans préalable afin de garantir et promouvoir

le respect du caractère national de tous les concours de recrutement pour l’enseignement secondaire avec maintien d’un concours et d’un jury national (composé de personnes spécialistes des matières concernées), assorti d’un lien explicite entre la réussite aux concours et l’accès (après un stage de titularisation) à un poste et un statut de fonctionnaire d’État

une préparation aux concours de recrutement tant pour les professeurs des écoles que pour les enseignants du secondaire, qui en amont reste ancrée dans des licences disciplinaires, et qui, en aval, préserve une année de formation professionnelle rémunérée postérieure à la réussite au concours

le respect de la base disciplinaire dans les masters comme dans les concours de recrutement pour les enseignants du secondaire, selon les caractéristiques propres à chaque discipline

le maintien d’une formation pratique initiale, postérieure à la réussite au concours, rémunérée et liée à une charge d’enseignement réduite, ainsi que le développement d’une formation continue disciplinaire au sein des universités.

La place centrale de la recherche dans les enseignements à l’université et son rôle essentiel dans la formation des futurs enseignants.

Un des enjeux fondamentaux du débat national proposé sera l’articulation entre masters et concours, afin de préserver un enseignement et une recherche de qualité pour tous les étudiants mais aussi une vraie formation disciplinaire et professionnelle pour les futurs enseignants.

Les signataires de cet appel se retrouveront le samedi 22 novembre à 10 h pour analyser les réactions et réponses suscitées et pour lancer toute action qu’ils jugeront utile contre cette réforme néfaste.

Premiers signataires

Cette liste de premiers signataires est susceptible d’être complétée: si vous souhaitez, personnellement ou au nom de votre association, la rejoindre, il suffit d’envoyer un courrier en ce sens à l’adresse appeldu8novembre@orange.fr. Autrement, merci d’utiliser la commande « signer la pétition ».

Association des Professeurs de Biologie et Géologie (APBG) (Régionale de Bordeaux)

Association des Professeurs de Français et de Langues Anciennes des Classes Préparatoires Littéraires (APFLA-CPL)

Association des Professeurs de Lettres (APL)

Association des Professeurs de Musique et Musicologie de l’Enseignement Supérieur (APMESU)

Association des Professeurs de Philosophie de l’Enseignement Public (APPEP)

Association des Professeurs de Communication et d’Economie-Gestion (APCEG)

Association des Sciences du Langage

Association Française d’Etudes Américaines (AFEA)

Association Le Latin dans les Littératures Européennes (ALLE)

Association pour le développement de l’histoire des femmes et du genre – Mnémosyne

Association « Reconstruire l’École »

ATTAC France

Bureau de la section 10 (littératures comparées) du Conseil National des Universités

Bureau de la section 21 (histoire, civilisation, archéologie et art des mondes anciens et médiévaux) du Conseil National des Universités

CGT Sup Académie de Lille

Collectif Montreuil Vraiment

Collectif PAPERA (Pour l’Abolition de la Précarité dans l’Enseignement supérieur, la Recherche et Ailleurs)

Comité de rédaction de la revue CLIO, Histoires, Femmes et Sociétés

Comité de Vigilance face aux Usages publics de l’Histoire (CVUH)

Conseil Scientifique de l’Université Paris VIII Vincennes Saint-Denis

Coordination Nationale des Associations Régionales de langues anciennes (CNARELA)

Département d’Histoire de l’Université des Antilles et de la Guyane

Département d’Espagnol de l’Université de Bourgogne

Département d’Histoire de l’Université Paris-Ouest – Nanterre-La Défense

Département d’Italien de l’Université de Bourgogne

Équipe Fabula

Sauver les Lettres

Sauvons La Recherche (C.A. de SLR)

Sauvons l’Université ! (SLU)

SNESUP-FSU

SNTRS-CGT

Société des Agrégés de l’Université

Société des Études Romantiques et Dix-neuviémistes

Société des Hispanistes Français de l’Enseignement Supérieur (SHF)

Société des Historiens Médiévistes de l’Enseignement Supérieur Public (SHMESP)

Société des Italianistes de l’Enseignement Supérieur (SIES)

Société des Langues Néo-latines

Société des Professeurs d’Histoire Ancienne de l’Université (SOPHAU)

Société d’Etudes Anglaises Contemporaines (SEAC)

Société Française de Littérature Générale et Comparée (SFLGC)

Société Française d’Etude du Dix-Huitième Siècle (SFEDS)

Société Française d’Etude du Seizième Siècle (SFDES)

Société Française d’Histoire des Sciences et des Techniques (SFHST)

Société Française Shakespeare

Union des Familles Laïques (UFAL)

U.F.R. d’Histoire de l’Université de Caen Basse-Normandie

Union Générale des ingénieurs, cadres et techniciens (Ugict- CGT)

Union de professeurs de Physiologie Biochimie Microbiologie (UPBM)

Union Syndicale Solidaires (Sud éducation, Sud étudiant)

Univers. Cité, Lille 3, (Collectif Enseignants, Étudiants, Personnel BIATOS, Université de Lille 3)

Arab Ali Chérif, Vice-président du CEVU de l’université Paris VIII, professeur d’informatique

Eric Athenot, Maître de conférences HDR, Université François Rabelais de Tours, président de la Transatlantic Walt Whitman Association

Christian Baudelot, Professeur émérite à l’École Normale Supérieure

Jean-Claude Beetschen, Professeur émérite à l’Université Paul-Sabatier (Toulouse III)

Nancy Berthier, Professeur des universités, Université Paris-Est, Directrice de l’équipe EMHIS, LISAA EA 4120

Denis Bertrand, Professeur de littérature française, Directeur de l’UFR Histoire, Littératures, Sociologie, Genre, Université de Paris 8-Vincennes-Saint Denis

Fabienne Blaise, Professeur de langue et littérature grecques à l’Univeristé Charles de Gaulle – Lille III, Directrice de la Maison Européenne des Sciences de l’Homme et de la Société (USR 3185)

Rose-Marie Bloquet, Directrice d’école maternelle d’application, Arras

Denis Bonnecase, Professeur, Responsable du Master Langues, Université Stendhal – Grenoble 3

Xavier Boniface, Maître de conférences en histoire contemporaine, Directeur du département d’histoire de l’université du Littoral de 2001 à 2007, Coordinateur de la préparation au CAPES d’histoire-géographie à l’université du Littoral de 1999 à 2007

Damien Boquet, Maître de conférences d’histoire médiévale, Université de Provence – Institut Universitaire de France, ancien membre du jury du CAPES d’histoire-géographie et de l’agrégation d’histoire

Christian Bouzy, Président du Jury du CAPES externe d’espagnol

Yann Bugeaud, Professeur de mathématiques, Université Louis Pasteur, Institut universitaire de France

Jean-Jacques Candelier, député PCF du Nord

Pierre Carion, PRCE, formateur UFD histoire-géographie de l’IUFM Nord-Pas de Calais, responsable de la formation générale professionnelle sur le site de Valenciennes

Marie-Claude Chaput, Professeur, Directrice de l’Equipe d’Accueil d’Etudes Romanes EA369, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, membre du jury de l’Agrégation externe d’Espagnol

Christophe Charle, Professeur à l’université Paris I-Panthéon-Sorbonne, membre de l’Institut universitaire de France, Directeur de l’Institut d’histoire moderne et contemporaine (CNRS/ENS)

Chantal Chartier, PRAG d’espagnol à l’université Paris 12, membre du Jury du Capes Externe d’Espagnol de 2000 à 2004, membre du Jury de l’Agrégation interne d’Espagnol

Bernard Comment, Editeur, écrivain

Pedro Cordoba, Maître de conférences à l’Université de Paris-Sorbonne, Vice-président de l’Association « Reconstruire l’École », membre du jury de l’agrégation d’espagnol

Didier Coureau, Maître de conférences, Université Stendhal Grenoble III, membre de la section 18 (Arts) du Conseil National des Universités

Sylviane Coyault, Professeur des Universités, Littérature française, Directrice du département de français, Directrice des Presses Universitaires Blaise Pascal, Responsable de l’équipe « littératures 20/21 » au sein du CELIS, Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand

Sylvie Crinquand, Professeur de littérature anglaise, Directrice de l’EA 4182: texte image langage, Université de Bourgogne

Jean Da Silva, Vice-président de l’université Paris I

Michel Deguy, Professeur émérite, Président du Conseil d’Administration du Collège international de Philosophie

Christian Delporte, Professeur des universités en histoire contemporaine, Directeur du Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines, Université de Versailles Saint-Quentin

Jean Fabbri, Maître de conférences en mathématiques, Université de Tours, Secrétaire général du SNESUP-FSU

Anne Fraisse, Professeur de latin, Présidente de l’Université Paul Valéry – Montpellier III

Geneviève Fraisse, historienne, philosophe, ex-déléguée ministérielle aux Droits des femmes, ex-députée européenne, présidente du comité scientifique de l’Institut Emilie du Châtelet

Michèle Gally, Professeur de langue et littérature médiévales à l’Université de Provence, directrice du GDR/CNRS 3063, « Théories du politiques »

Bernard Gensane, Universitaire (retraité)

Jacques Gerstenkorn, Vice-président chargé de la culture, Université Lumière Lyon 2

Monique Gest, Professeur agrégé, Lycée Condorcet de Lens et IUFM du Nord-Pas de Calais, membre du jury du CAPES de Mathématique de 2005 à 2007

Jean-Marie Gleize, Écrivain, Professeur à l’ENS-LSH, directeur du Centre d’Etudes Poétiques

Yves-Charles Grandjeat, Professeur à l’université Michel de Montaigne – Bordeaux 3, Elu au Conseil Scientifique, Directeur de l’E.A. Cultures et Littératures des Mondes Anglophones (EA 4196 CLIMAS)

Evelyne Grossman, Professeur de littérature moderne à l’Université Paris Diderot Paris 7, Présidente de l’Assemblée collégiale du Collège international de Philosophie

Anne-Marie Helvétius, Professeur d’Histoire médiévale, Ancienne Vice-Présidente du Conseil Scientifique de l’Université Paris VIII-Vincennes-Saint-Denis

Denis Jamet, Maître de conférences en Linguistique anglaise, Directeur de la Maison des Langues, Responsable du département d’études anglophones et des concours CAPES-Agrégation, Université Jean Moulin Lyon 3

Pierre Jourde, Professeur à l’université Grenoble III

Bruno Julliard, Adjoint au maire de Paris chargé de la jeunesse, ancien président de l’UNEF

Jean-Pierre Kahane, Mathématicien, membre de l’Académie des Sciences

Michel Kaplan, Professeur à l’université Paris I (Panthéon Sorbonne), président honoraire de l’Université Paris I

Christiane Klapisch-Zuber , Historienne, Directrice d’études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales

Yves Krumenacker, Institut universitaire de France – Professeur d’histoire moderne, Université Lyon 3, membre du CEVU de l’Université Lyon 3

Annie Lacroix-Riz, Professeur d’histoire contemporaine, Université Paris VII

Xavier Lafon, Président de la section 21 (histoire, civilisation, archéologie et art des mondes anciens et médiévaux) du Conseil National des Universités, Vice-Président du secteur Lettres et Sciences Humaines, Professeur d’archéologie romaine, Université de Provence

Léon Landini, Officier FTP-MOI, Président de l’Amicale des anciens FTP-MOI des bataillons Carmagnole-Liberté, interné de la Résistance, Grand Mutilé de Guerre, Officier de la Légion d’Honneur, Médaille de la Résistance

Sandra Laugier, Professeur de philosophie, Directrice de l’Ecole Doctorale en Sciences Humaines et Sociales, Université de Picardie Jules Verne

Anita Lavernhe-Grosset , Professeur agrégé de Lettres modernes, Université du Littoral Côte d’Opale, membre du jury de Français du C.A.P.E.

Hervé Le Corre, Professeur à l’université Paris III, Directeur du CRIAL (EA 2052)

Frédéric Lebaron, Professeur de sociologie, Université de Picardie Jules Verne, Directeur du Centre Universitaire de Recherches sur l’Action Publique et le Politique – Epistémologie et sciences sociales (CURAPP – UMR 6054)

Jean-Louis Leutrat, Président honoraire de l’Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle

Jean-Marc Lévy-Leblond, physicien et épistémologue, Professeur émérite de l’université de Nice, Directeur de la revue Alliage

Claude Lobry, Secrétaire général de l’Association des professeurs de communication économie et gestion (APCEG), ancien Secrétaire général de la Conférence des présidents des associations de professeurs spécialistes

Elisabeth Malamut, Professeur d’histoire médiévale, Université d’Aix-Marseille I, membre du jury de l’Agrégation de géographie de 2006 à 2008, présidente de la commission de spécialistes 21e section.

Hugues Marchal, Maître de conférences en littérature française (UMR 7171 Paris 3-CNRS), Université de Paris 3 Sorbonne Nouvelle, Vice-Président de la section 9 (littérature française) du Conseil National des Universités

Jean-Pierre Martin, Professeur de langue et littérature française du Moyen Âge à l’Université d’Artois, Directeur du service des Presses de l’Université, Artois Presses Université, Président du Réseau Euro-Africain de Recherches sur les Epopées, ancien membre des jurys du CAPES externe et de l’Agrégation interne de Lettres Modernes

William Marx, Professeur à l’université d’Orléans, membre de l’Institut universitaire de France

Chantal Massol, Professeur des universités, Directrice de l’Ecole doctorale et de l’E.A. 3748 Traverses 19-21, Université Stendhal Grenoble III

Frédérique Matonti, Professeure, Directrice de l’U.F.R. de Science Politique, Université Paris I-Panthéon-Sorbonne, membre de la section 04 (Science Politique) du Conseil National des Universités

Daniel Ménager, Professeur émérite à l’Université Paris X – Nanterre

Jacques Migozzi, Professeur de littérature française, Université de Limoges, Président de la Conférence des Doyens et Directeurs d’UFR Lettres Langues Arts Sciences Humaines et Sociales (CDUL)

Jean-Philippe Millet Professeur en classes préparatoires au Lycée Henri IV (Paris), ancien directeur de programme au Collège International de Philosophie, membre du Parlement des philosophes (Strasbourg)

Bernard Noël, écrivain, poète

Pascal Ory, Professeur à l’université Paris I

Claude Pennetier, Chercheur CNRS / Paris 1, ancien secrétaire scientifique de la section 33 du comité national du CNRS

Michelle Perrot, Historienne, Professeure émérite d’Histoire à l’Université Paris 7

Christophe Picard, Professeur d’université Paris I Panthéon Sorbonne, premier vice-président de la section 21 (histoire, civilisation, archéologie et art des mondes anciens et médiévaux) du Conseil National des Universités

Franck Plichon, Professeur de Lettres classiques, formateur en formation initiale et en formation continue, membre du jury du CAPES externe de Lettres classiques de 2005 à 2008

Jean-Louis Podvin, Maître de conférences en histoire ancienne, Directeur du département d’histoire de l’Université du Littoral depuis 2007, Coordinateur de la préparation au CAPES d’histoire-géographie à l’Université du Littoral depuis 2007, membre du jury du CAPES externe d’histoire-géographie depuis 2006.

Philippe Postel, Maître de conférences, Directeur de la Section Littérature comparée, Université de Nantes, membre de la section 10 (Littératures comparées) du Conseil National des Universités

Pierre Pranchère, résistant FTP, croix du combattant volontaire de la Résistance, député de la Corrèze (1956-58;1973-1978), vice-président du conseil régional du Limousin (1974-1978), conseiller général de la Corrèze (1973-1985), député européen (1979-1989), secrétaire général du collectif Maquis de Corrèze.

Francis Prost, Maître de conférences en histoire, École Normale Supérieure, Assesseur de la section 21 (histoire, civilisation, archéologie et art des mondes anciens et médiévaux) du Conseil National des Universités

Marcel Rigout, Ancien Résistant, Ancien Ministre, Chevalier de la Légion d’Honneur

Laurent Ripart, Maître de conférences d’histoire médiévale, Université de Chambéry, vice-président de la section 21 (histoire, civilisation, archéologie et art des mondes anciens et médiévaux) du Conseil National des Universités

Gilles Robel, Maître de conférences, ancien directeur de l’UFR de Langues et Civilisations, Université Paris-Est Marne-la-Vallée

Anne Roche, Professeur émérite, Université de Provence

René Roussel, Officier FTP, ancien responsable aux cadres des FTPF pour toute la zone-sud, Chevalier de la Légion d’Honneur, Médaille de la Résistance, Croix de Guerre, Liquidateur national auprès du Ministère de la défense des organisations de résistance suivantes : Organisation Spéciale de PCF, Front National de lutte pour la libération et indépendance de la France, FTPF, FTP-MOI

François Saur, Enseignant, membre du jury du CAPES d’histoire-géographie

François Suard, Professeur émérite à l’Université de Paris X Nanterre.

Arsène Tchakarian, FTP-MOI de la région parisienne, Compagnon de Missak Manouchian, Chevalier de la Légion d’Honneur

Cécile Terreaux-Scotto, Maître de conférences, Université Stendhal Grenoble III, membre du jury du CAPES externe d’italien

Pascale Thibaudeau, Maître de conférences, Université Paris VIII, membre du jury du CAPES d’espagnol, Directrice des Presses Universitaires de Vincennes

Emmanuel Triby, Professeur des universités, Directeur du département des sciences de l’éducation, Université Louis Pasteur Strasbourg

Laure Verdon, Maître de conférences HDR d’histoire médiévale, Université de Provence, codirectrice de l’équipe « Rites, justice et droit Xie-XVIIe siècle » au sein de l’UMR 6570 TELEMME (MMSH Aix-en-Provence), ancien membre du jury de l’Agrégation externe d’Histoire

Alain Viala, Chaire de Lettres françaises, Oxford University – Paris III

Antoine, écrivain

Dominique Voynet, Sénatrice de Seine-Saint-Denis, Maire de Montreuil

Jean-Claude Zancarini, Professeur, Directeur de l’UMR 5206 Triangle et ancien Directeur Adjoint de la Recherche, ENS-LSH

Signer la pétition – Voir les signataires

pétition réalisée avec le logiciel libre phpPetitions

cette pétition est hébergée au R@S: Réseau Associatif et Syndical

Dernières nouvelles

0 commentaires

Soumettre un commentaire

 

Adhérez à l’ADLPF / Demande d’infos.

8 + 1 =