Ramasse-miettes n°80 : Revue de presse militante

10 Nov 2017

ADLPF La revue de presse militante de l'ADLPF Ramasse-miettes n°80 : Revue de presse militante

Les violents au secours du violeur… Et les vieux copains aussi.

C’est une affaire entendue, l’heure est à la grande lessive, au grand déballage et aux lynchages médiatiques des affreux machos auxquels il faudrait peut-être couper les orgueils de famille. Bon ! Passons sur la saturation médiatique qui pourrait bien finir par être contre-productive pour nous consacrer à un personnage sulfureux, Tariq Ramadan, mais apparemment excusé et protégé en tant que quasi saint homme musulman… Et voilà Charlie Hebdo de nouveau menacé par les furieux qui aiment tant leur moderne prophète qu’ils lui pardonnent tout et veulent laver son « honneur » dans le sang des mécréants.

Une ancienne salafiste devenue militante féministe et laïque. Henda Ayari, 40 ans, a publié ses accusations de viol sur sa page Facebook le 20 octobre, en plein débat autour du harcèlement sexuel dans la société, elle fut suivie par une autre plainte déposée par une certaine Christelle (un pseudo). Cette femme de 42 ans, convertie à l’islam et souffrant d’un handicap aux jambes, dénonce dans sa plainte des scènes de violence sexuelle d’une grande brutalité. « Plus je hurlais et plus il tapait », raconte-t-elle dans son témoignage. « Il m’a traînée par les cheveux dans toute la chambre pour m’amener dans la baignoire de la salle de bain pour m’uriner dessus », rapporte-t-elle.  C’est là et là.

Là-dessus, les adorateurs du Maître du double langage, de l’islamologue halluciné, du loup paré de la toison d’agneau (tué un jour de fête d’el Kebir?) se précipitent sur les réseaux sociaux et profèrent les habituelles menaces contre Charlie Hebdo. Parmi les dizaines de messages reçus, on peut lire : « On va vous égorger » ; « Deuxième round à venir à  Charlie » ; « Si personne se décide, moi j’irai » ; « Fiché S ou pas, je m’en fous, moi j’irai ».

Puis vient une polémique avec le vieux copain et admirateur de T. Ramadan, Edwy Plénel, outré par la nouvelle une de Charlie qui le caricature, toutes moustaches dehors, en « singe de la sagesse »

Cela se passe de commentaire, sinon, qu’une fois de plus se vérifie que les religions portent la violence et l’exclusion, comme la nuée porte l’orage.

Certains ne craignent pas de nous donner des leçons de démocratie, d’autres de nous expliquer combien leur activité est profitable, à la fois pour notre confort personnel et pour la démocratie, le régime idéal pour se développer et faire ruisseler la fortune… (là)

Vraiment ? C’est une affaire entendue, le fric pollue, corrompt et fait faire des choses incroyables à ceux qui en ont déjà beaucoup. Trouver dans les listes divulguées par les « Paradise Papers » et les trombinoscopes (là) de certains sites des personnages tels la Reine d’Angleterre, P. Balkany, J. Cahuzac, D. Cameron, Bono de U2, M. Platini etc, gens de pouvoir, people célèbres ou même chefs d’état, mesure à quel point le bien public leur est étranger et leur discours social pure tartufferie. Mais, et c’est tout aussi préoccupant, on y trouve aussi moult multinationales, que le fric rend apoplectiques, mais qui pourtant n’en ont jamais assez, car il faut engraisser l’actionnaire. C’est ainsi que, par exemple, la Hollande, l’un des pays fondateurs de l’Union européenne est devenue, au fil des années, un véritable paradis fiscal qui ne dit pas son nom. Sa législation, en effet, permet aux grands groupes d’échapper en partie à l’impôt, en domiciliant leurs filiales dans le pays. Qualité qu’elle partage  avec les Bermudes et l’Irlande. (là)

Voilà qui est bien préoccupant pour les fervents de la construction de l’Europe, et j’en fus, qui se rendent compte, mais un peu tard, qu’ils auraient dû se méfier de ce qu’il faut bien appeler le « mensonge européen ». Mensonge qui disait, en substance : « Faisons le grand marché. Le social et le politique suivront et au bout on aura l’intégration et l’émergence d’une puissance politique, économique et sociale apte à contre-balancer les USA et l’URSS »… La réalité, c’est que nous avons  le grand marché et le libéralisme ultra, portés par une Commission aux mains des prêcheurs du capitalisme néo-libéral et un Parlement européen conquis et incapable de formuler la moindre critique de cette si toxique idéologie. Qui empêchera jamais le dumping fiscal et le dumping social ?

Violence sociale, mansuétude pour les puissants

« Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugement de cour vous rendent blanc ou noir ». Jean de La Fontaine.

Les Paradise Papers qui montrent à l’envi comment la classe dominante sait se défiler, quand il s’agit d’échapper à la contribution publique sans redouter de sanction « puisque c’est légal », me font souvenir de ces vers de La Fontaine, car ce matin je tombe sur ce qui suit :

« Le dispositif de contrôle de la recherche d’emploi des chômeurs, généralisé il y a plus d’un an et demi par Pôle emploi, a abouti à 14 % de radiations pour 270 000 contrôles menés, à raison de 12 000 par mois en moyenne, rapportent Les Echos, mercredi 8 novembre. Le quotidien économique précise que 86 % des personnes contrôlées ont démontré qu’elles remplissaient bien leurs obligations, et sur les 14 % radiées in fine, seules 40 % étaient indemnisées par l’Unedic, les autres relevant soit du régime de solidarité (23 %), soit ne touchant plus rien (36 %). »

270 000 contrôles, 12 000 par mois ! Combien pour les petits malins, qui ne seront sans doute jamais véritablement inquiétés, une fois passé l’emballement médiatique ? (/là/)

N’oublions jamais, pour autant, que si « c’est légal », c’est que le législateur a, soit par ignorance, soit sous la pression des lobbies, soit sciemment aménagé les failles exploitées par les fervents adeptes de « l’optimisation fiscale ».

Cohérence !

« L’Assemblée a voté dans la nuit de mercredi 8 à jeudi 9 novembre le budget en baisse de la mission « travail et emploi», la réduction du nombre de contrats aidés, fustigée par l’opposition pour sa « brutalité », suscitant de vifs débats. À périmètre constant, les crédits de la mission passent de 15,4 milliards d’euros en 2017 à 13,9 milliards, soit une diminution de 1,5 milliard. La baisse est essentiellement liée à la réduction du nombre de contrats aidés, qui passera en 2018 à 200 000, exclusivement dans le secteur non marchand, pour une enveloppe de 1,4 milliard’ euros. »

Pourquoi cohérence ? Et bien parce que cette baisse s’inscrit parfaitement dans cette politique néolibérale menée de par le monde et dont le président Macron est un digne représentant, politique d’une brutalité inouïe envers les faibles et si cajoleuse pour les nantis.

À Côté du poison, l’antidote ?

« Détourner un système de détection de fraude peut avoir du bon. Selon Europe1, c’est d’ailleurs ce que la Caisse d’Allocations Familiales s’apprête à faire pour détecter non pas les fraudeurs, mais les particuliers éligibles à des allocations et qui ne les ont pas demandées. Pour identifier les fraudes, l’organisme de prestations sociales utilise la technique du « data-mining », qui permet d’établir des « profils types » de fraudeurs grâce à des calculs mathématiques. Mais c’est dans un autre but que le procédé devrait bientôt être appliqué à l’échelle nationale. Le procédé a été testé dans le département de la Gironde et depuis,  dans ce département, la CAF estime que les familles éligibles et qui ont par la suite fait la demande ont reçu en moyenne 210 euros par mois. »

Sans commentaire.

Dernières nouvelles

1 Commentaire

  1. LESLIE-KEERYAN O'CANKLY

    Yeba aux Ramasse-Miettes:

    ‘Y a pas photo, l’histoire de hachetaqueuebalancetonporc nous largue bien loin de la gigantesque merdasse des fraudeurs fiscaux professionnels! Bien sûr que le viol, l’agression sexuelle, l’attouchement non consenti et le harcèlement sexuel constituent des comportements intolérables qui doivent être combattus. Mais nous devons en combattre la cause et pas seulement leurs effets. Chez la plupart d’entre nous, il s’agit de la misère sexuelle essentiellement transmise par notre éducation judéo-chrétienne et ses refoulements, inhibitions, principes et tabous en matière de sexe. Chez les « personnalités », elle se double de la volonté de puissance et de domination sexuelles qui s’exerce principalement sur la femme, traditionnel objet de tous les désirs et de tous les phantasmes. Dans le domaine économique et social, il s’agit d’une volonté de pouvoir et d’accumulation insatiable des richesses au détriment du plus grand nombre, par tous les moyens légaux, limite et illégaux. L’affaire des Paradise Papers est-elle donc plus importante que les souffrances infligées aux femmes? Je ne crois pas! Mais toujours est-il qu’un arbre semble cacher la forêt..

    Aïoli.

Soumettre un commentaire

 

Adhérez à l’ADLPF / Demande d’infos.

9 + 6 =