Ramasse-miettes n°88 : Revue de presse militante

22 Jan 2018

ADLPF La revue de presse militante de l'ADLPF Ramasse-miettes n°88 : Revue de presse militante

Il avait déjà la plus grosse, et bien maintenant, le président américain Trump affirme son intelligence, sa réussite et sa stabilité en réponse aux critiques sur sa santé mentale.

Comme on dit dans nos campagnes, on n’est jamais aussi bien servi que par soi-même.

Florilège : « Au long de ma vie, mes deux plus grands atouts ont été la stabilité mentale et le fait d’être, disons, vraiment intelligent. Hillary Clinton la Pourrie a aussi joué fortement ces cartes, et comme chacun sait, elle a fini en lambeaux. Je suis passé d’un homme d’affaires TRES prospère à une superstar de la télé…[et devenu] président des États-Unis (à mon premier essai). Je crois que ça me qualifie, non comme intelligent, mais comme un génie… et un génie très stable ! »

Selon la psychiatre, Dr Bandy X. Lee, plusieurs signes indiquent que la santé mentale du président américain dégénère, et font peser un risque majeur pour le monde entier : son attirance pour les théories complotistes, le déni de choses qu’il avait admises auparavant, son goût pour des vidéos violentes et son addiction à tweeter qui est une indication de son effondrement face au stress. Trump va empirer et devenir incontrôlable sous la pression de la présidence », pense-t-elle.

L’intelligence artificielle (IA) peut-elle être en même temps une intelligence critique ? Il semble que non et en tout cas, ce qui lui manque – au moins pour l’instant – c’est une conscience, au sens philosophique.

L’article introduit ici pose une question existentielle fondamentale : si l’IA existe, la connerie artificielle peut-elle aussi exister ?

Une réponse est esquissée que je livre justement à votre intelligence critique : « L’intelligence artificielle est beaucoup moins à craindre que la connerie naturelle, qui triomphe malheureusement (entre autres !) chez de trop nombreux chefs d’État. Par pure charité, nous ne citerons aucun nom. Mais, hélas, ils ne se reconnaîtront pas (puisqu’ils sont cons). » En somme, on peut être intelligent et très con.

L’argent est et restera toujours un problème pour l’image des hommes politiques.

C’est au tour de Jean-Luc Mélenchon d’être épinglé (par la bande!). « Selon M. de Chalvron, 1,5 million de dépenses de M. Mélenchon, sur 10,7 millions, sont litigieuses et ne devraient pas être remboursées par l’État. Mais la « lettre de griefs » qu’il souhaitait adresser au candidat a été rejetée par la direction de la CNCCFP, explique-t-il au Parisien. Un refus « extrêmement brutal », ajoute-t-il. La CNCCFP affirme que « les rapporteurs savent que la Commission ne suit pas forcément leurs recommandations ». Selon Le Parisien, d’autres rapporteurs auraient également contesté la décision concernant leur candidat » … ce qui n’étonnera personne, je présume.

Accessoirement, d’après la même CNCCFP le président Macron est celui qui a le plus dépensé pour son élection… ce qui de nouveau n’étonnera personne, du moins en principe.

Tri ou patrie ? L’accueil ou l’écueil ?

Charles Aznavour a son idée là-dessus et ça n’a pas plu à tout le monde. Invité par Laurent Delahousse sur France 2 et interrogé par lui sur l’accueil des migrants en France, notre gloire nationale amoureux de l’Arménie, dont il est originaire, s’est lancé dans le plaidoyer suivant : « D’abord, il faut savoir à qui on a affaire. Il y a peut-être des génies parmi ces gens, et en tout cas il y a des gens utiles, c’est vrai. Et c’est vrai aussi qu’on ne peut pas avoir tout le monde chez soi, ce ne serait pas facile et ce ne serait pas normal. Mais on pourrait faire un tri intéressant. On pourrait avoir des gens très intéressants qui passent. […] Si aujourd’hui Marie Curie, née Polonaise, passait, on lui dirait « Au revoir madame ».

Comme on peut l’imaginer, la proposition de « trier » les migrants pour ne pas rater un possible « génie », a suscité la colère de nombreux téléspectateurs sur les réseaux sociaux. Cela va de l’étonnement à la colère noire et franchement, ce type de déclaration dans la bouche d’un nanti dont la réussite tient en effet à un incontestable talent a quelque chose d’obscène parce qu’elle dit de l’idée que le  bonhomme se fait de lui-même… et accessoirement des autres.

Et pendant ce temps, Trump fait lui aussi son tri, encore plus grossier, encore plus brutal.

Le ministère américain de la Sécurité intérieure (DHS) a annoncé ce lundi 8 janvier la fin en 2019 d’un statut spécial qui protégeait d’expulsion plus de 200.000 Salvadoriens résidant aux États-Unis.  Un statut de protection temporaire, qui permet de travailler légalement sans titre de séjour, avait été instauré en mars 2001 à la suite de l’arrivée massive de réfugiés après deux tremblements de terre dévastateurs. Les drames à venir seront à la hauteur du « génie » si stable du Président.

Un fantassin de la Sarkosie arrêté à Heathrow en application d’un mandat d’arrêt européen.

Il avait pourtant multiplié les précautions, prenant grand soin de ne plus fouler le sol français, pourtant, en provenance de Suisse à bord d’un vol commercial, Alexandre Djouhri a été interpellé dans le cadre d’un mandat d’arrêt européen émis courant décembre 2017 pour « fraude » et « blanchiment », par les autorités françaises, puis placé en détention. La justice le soupçonne d’avoir été au cœur de circuits financiers entre la France de Nicolas Sarkozy et la Libye de Kadhafi, qui auraient pu servir à alimenter la campagne présidentielle du candidat de l’UMP en 2007. Les enquêteurs français disposent de plusieurs éléments troublants, en partie récupérés lors de la perquisition à son domicile de Chêne-Bougeries, près de Genève, en mars 2015.

Lire la suite ICI. C’est un véritable polar avec combine, pognon, cavale, complicité et tout et tout. Le monde des voyous au service de la politique ! La vie est vraiment trop belle.

À Beaucaire, dans le Gard, on sait ajouter au crétinisme militant, l’ignominie de la mauvaise foi. Une prouesse qu’il faut saluer…

Dès ce lundi, 8 janvier 2018, jour de rentrée scolaire pour les écoliers de France, les élèves de Beaucaire dans le Gard ne pourront plus bénéficier de menus de substitution. Et tant pis pour les enfants de confession musulmane ou juive, le maire FN Julien Sanchez a tranché : pour lui, les repas sans porc sont des repas « anti-républicains », ils n’ont donc « rien à faire à l’école, sanctuaire de la République ».  Résultat, les 150 élèves inscrits (soit un quart des 600 demi-pensionnaires) à ces menus de substitution resteront sur le carreau dès ce lundi.

Monsieur le Maire, la République laïque n’a pas vocation à organiser la disette de gamins au prétexte qu’ils sont de religions ayant des interdits alimentaires. Je vous rappelle, pour mémoire, que les chrétiens ne mangent pas de viande les vendredis et durant le carême, du moins en principe. Que faites-vous manger aux gamins les vendredis ? Partout où cela est possible, les autorités en charge de ces problèmes se sont montrées intelligentes et ont trouvé des solutions humaines. Oui , Monsieur le Maire, humaines. Cessez d’essentialiser des gamins au prétexte de la religion de leurs parents.

Mezetulle, en décembre 2014, avait fait paraître un bel article de Claude Lévi-Strauss intitulé « Le Père Noël supplicié » paru en 1952 dans Les Temps modernes. Le voilà revenu derechef, daté du 24/12/17, cette fois.

« Ce texte s’appuie sur un fait pas du tout « divers ». Le Père Noël a été pendu et brûlé le 24 décembre (on suppose 1951) sur le parvis de la cathédrale de Dijon, « avec l’accord du clergé qui avait condamné le Père Noël comme usurpateur et hérétique ».  Lévi-Strauss s’empare de cet événement et, avec la précision, la profondeur et la souveraineté de la méthode structuraliste, en révèle les dimensions souterraines et universelles. » …

Pour la suite, aller sur le blog de Mezetulle. À ne pas manquer.

Dernières nouvelles

0 commentaires

Soumettre un commentaire

 

Adhérez à l’ADLPF / Demande d’infos.

10 + 11 =