Ramasse-miettes n°94 : Revue de presse militante

15 Mar 2018

ADLPF La revue de presse militante de l'ADLPF Ramasse-miettes n°94 : Revue de presse militante

C’est plus fort qu’eux : République Démocratique du Congo, Venezuela, Chine les « patrons » ne veulent pas lâcher le manche.

« La réforme de la Constitution doit mettre fin à la limite des deux mandats du président. Xi Jinping pourra donc rester au pouvoir après 2023. À 64 ans, Xi Jinping peut donc envisager de rester de longues années au pouvoir, au-delà de son deuxième mandat qui démarre la semaine prochaine avec sa « réélection » à la tête de l’État. Le prix à payer pour cette ambition est un pouvoir de plus en plus autoritaire, qui a éliminé tous les contre-pouvoirs, ceux, institutionnels à l’intérieur du Parti, et ceux qui avaient commencé à émerger au sein de la société civile – avocats, ONG, blogueurs, etc. – victimes d’une répression sévère. »

« En RDC, au moins cinq personnes ont été tuées et 33 autres blessées lors de la dispersion par les forces de sécurité des marches contre le maintien au pouvoir du président Kabila.

Au Venezuela, Maduro maltraite la démocratie, même si son opposition n’a rien d’une oie blanche, soutenue qu’elle est par le grand Frère américain.

Quant à Trump, aidé par Apple, il envisage sérieusement de briguer un second mandat.

Ah qu’il est difficile de rentrer dans le rang !

Cela va de soi, mais cela va mieux encore en le disant et c’est ce que rappelle le procureur François Molins s’agissant des campagnes médiatiques émotionnelles.

Dans un entretien avec le journal Le Parisien, procureur Molins revient sur les questions qui ont agité l’actualité récente, notamment avec les mouvements #MeToo et #BalanceTonPorc. Il dénonce sans détour les excès possibles [de ces campagnes] et notamment les dénonciations mensongères, [qui ont] créé des débats houleux autour de la nécessaire articulation entre le poids de la parole d’une victime potentielle et le respect de la présomption d’innocence tant que la chose n’est pas jugée. Si ce mouvement a selon lui pu permettre de « prendre conscience de la gravité de certains comportements, d’identifier et de punir des gens ayant commis des infractions », le juriste alerte sur les possibles dérives : « Il ne faudrait pas que « rumeur » vaille « condamnation ». La présomption d’innocence s’applique à tous, quels que soient son origine ethnique, sa nationalité ou son statut social. Il existe un droit absolu à l’information mais il ne saurait y avoir de tribunal médiatique».

L’arrogance, la désinvolture et le cynisme n’ont pas de limite pour la direction de Kingfisher, propriétaire de Castorama. Pire, ce sont des éléments substantiels de son management.

Ça ne s’invente pas ! « Les salariés de Castorama et de Brico Dépôt, ont appris, le 28 février, que le groupe britannique Kingfisher, propriétaire de ces enseignes, prévoyait de supprimer plus de 400 emplois administratifs, en vue d’une délocalisation en Pologne. Cerise sur le gâteau pour les syndicats, l’entreprise a également demandé à ses employés français de former leurs remplaçants polonais. L’ignominie est bien atteinte, sans que cela ne pose aucun problème éthique à ces décideurs totalement déconnectés des réalités de terrain et accessoirement humaines.

À quoi bon vitupérer, le libéralisme économique fonctionne comme ça. Il faut le combattre sans états d’âme, lui même n’en ayant pas.

De grâce, footez-nous la paix avec les ripatons du millionnaire brésilien !

« Le joueur le plus cher de l’histoire du football a rejoint en jet privé à l’aéroport de Belo Horizonte, une ville du sud-est du Brésil, avant de sortir d’un hangar à bord d’un convoi de trois voitures pour se rendre à l’hôpital local. Jeudi matin, Rodrigo Lasmar, le médecin de la Seleção qui sera chargé de l’opération samedi, a affirmé que le temps de récupération pour sa « fracture du cinquième métatarsien » pouvait aller de « deux mois et demi à trois mois ». »

Oui ! Bon ! Et alors ? Que d’émois pour un gaillard à l’abri du besoin !

Ils sont incorrigibles…

Le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) a été saisi d’une centaine de plaintes de téléspectateurs ce vendredi 2 mars après des propos du producteur Dominique Besnehard qui a assuré sur CNews ce vendredi matin avoir « envie de gifler » la militante féministe Caroline De Haas.

Certes le ratio de Caroline De Haas : « un homme sur trois est un prédateur », est sans doute exagéré et il peut défriser nombre d’hommes, dont je suis, qui n’ont jamais ni forcé ni violenté aucune femme, mais de là à passer à la distribution de baffes… Est-ce cela la virilité ? Cro-Magnon n’est pas mort.

Tous les stratèges vous le diront :

« La meilleure défense, c’est l’attaque ». Gérald Darmanin le sait bien qui, visé par une enquête pour abus de faiblesse, a déposé une plainte pour dénonciation calomnieuse contre une femme qui l’accuse d’avoir usé de son influence politique pour obtenir des faveurs sexuelles.

Attendons la suite…

« On peut tromper tout le monde un moment, on peut tromper une personne tout le temps, on ne peut pas tromper tout le monde tout le temps ».

L’intervention récente de Pierre Moscovici, le mercredi 17 janvier, à la Commission des affaires étrangères de l’Assemblée nationale laisse apparaître, en filigrane, le tropisme fédéraliste qui sourd des manœuvres répétées des « européistes » les plus virulents.

« Il faut reconnaître à ce discours, d’apparence plus modeste qu’à l’habitude, une certaine habileté. […] S’il reconnaît que le fédéralisme semble plus difficile qu’on ne le pensait, il continue de proclamer qu’il est la condition nécessaire à une harmonisation. Laquelle ? Celles des traités type CETA ou TAFTA, bien peu démocratiques et pas du tout sociaux ? Celle des règles économiques et, en particulier, fiscales souhaitées par pas mal d’investisseurs ? Celles des garanties sociales ? Rien n’est moins sûr car la souveraineté populaire a toujours été nécessaire au progrès social. »

Le loup sort du bois et l’agneau, qui rêve encore d’une Europe sociale, va y perdre définitivement ses illusions. « Bon appétit, Messieurs. Ô ministres intègres ! Conseillers vertueux ! Voilà votre façon de servir ! Serviteurs qui pillez la maison ! » Ruy Blas de Victor Hugo. Remplaçons « maison » par « démocratie » et nous aurons une juste vue de ce qui nous pend au nez quand s’éloignera de nous, dans les décombres de la démocratie, la possibilité de peser sur notre sort et sur notre avenir.

L’augmentation de rétentions de familles avec enfants, a fait l’objet d’une décision de la part du Défenseur des droits qui déplore notamment la violence avec laquelle se font souvent les interpellations.

Décision du Défenseur des droits n°2018-045

À ceux qui disent que la police républicaine n’est plus ce qu’elle était, nous répondons que la police, au-delà de certaines mauvaises manières, ne fait qu’appliquer des directives et exécuter des circulaires. La politique migratoire de ce gouvernement ne peut pas être exonérée de ces dérapages récurrents.

Audace et sens de l’Histoire.

Compliment de Macron à Merkel qui, grâce à l’accord conclu avec les sociaux-démocrates allemands, repart pour un quatrième et, en principe dernier, tour. Alors qu’une crise profonde se profilait, paralysant l’Allemagne et de fait toute réforme d’ampleur de l’Union européenne, le SPD de Martin Schulz (en phase avec la ligne européenne française) a finalement accepté de revenir à la table des négociations avant de sceller (dans la douleur) un nouvel accord gouvernemental validé par ses militants.

Macron salue la « Bonne nouvelle (pour lui) et pour l’Europe ». Encore une victoire obtenue grâce à l’abaissement des sociaux-démocrates, réduits au rôle de force d’appoint.

Olivier Besancenot sur le plateau de l’émission « On n’est pas couché » (France2) :

« Le comble du comble, c’est qu’on vit dans un monde où ceux qui gagnent 150.000 euros par mois en exploitant les autres arrivent à convaincre ceux qui vivent avec 1500 que la cause de leur problème sont ceux qui vivent avec 2000 ou avec 500 ». Ouais, on peut se dire ça. « Moi je vais pas bouger un petit doigt pour les cheminots parce que je n’ai rien à voir avec leur statut. Je vais pas bouger pour les enseignants parce qu’ils ont trop de vacances. Je vais pas bouger pour les chômeurs parce qu’il y a des abus. Les étudiants ils pourraient faire un petit effort avec les 5 euros d’APL. Le jour où vous allez être attaqué par une mesure, venez pas pleurer si vous êtes tout seul. »

Sans sombrer dans le romantisme godwinien, ça rappelle furieusement le poème du pasteur Niemöller, bien que comparaison ne soit pas raison, bien entendu, car le contexte est bien différent. Mais quand même…

« Quand ils sont venus chercher les communistes, Je n’ai rien dit ; Je n’étais pas communiste.

Quand ils sont venus chercher les syndicalistes, Je n’ai rien dit ; Je n’étais pas syndicaliste.

Quand ils sont venus chercher les juifs, Je n’ai rien dit ; Je n’étais pas juif.

Quand ils sont venus chercher les catholiques, Je n’ai rien dit ; Je n’étais pas catholique.

Puis ils sont venus me chercher, Et il ne restait plus personne pour protester. »

PS : pour l’un de mes lecteurs assidus. Les trotskistes ne disent pas que des âneries.

La mauvaise foi, la ruse, la cruauté et l’inhumanité élevées au rang d’arts premiers.

« Pour la première fois depuis le 18 février, date du lancement de l’offensive du régime syrien en cours, des camions d’aide humanitaire sont entrés lundi 5 mars au matin dans la Ghouta orientale, fief rebelle aux portes de Damas, la capitale, où des centaines de civils sont morts sous les bombardements en quelques semaines. Un répit de courte durée : dès le lundi 5 mars au soir, l’Organisation des Nations unies (ONU) annonçait le retrait du convoi d’aide, bien avant la fin de sa mission [car pris sous les bombardements d’Al-Assad et de ses alliés]. Les quarante-six camions de l’ONU et du Croissant-Rouge syrien apportaient du matériel médical et de la nourriture pour quelque 27 500 personnes, selon le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l’ONU (OCHA). »

Les barbares n’ont pas de parole et ne respectent rien.

Dernières nouvelles

0 commentaires

Soumettre un commentaire

 

Adhérez à l’ADLPF / Demande d’infos.

14 + 15 =