La centième du « Ramasse-miettes »!

27 Avr 2018

ADLPF La revue de presse militante de l'ADLPF La centième du « Ramasse-miettes »!

Tous les mercredis, De Gaulle, s’enquérant par là du contenu du « Canard Enchaîné » de la semaine, demandait à son secrétariat « Que dit le volatile? »

Notre volatile à nous, gallinacé de son état, picore chaque semaine les miettes d’information du monde pour nous en offrir une vue critique et libre-penseuse.

Gloire au Poulet ramasseur!!!

Revue de presse militante

Des concours de beauté au concours d’ignominie.

En guise de très mauvaise blague Philipot, assis aux côtés de sa vieille complice Geneviève de Fontenay, traite un journaliste de TMC, Azzeddine Ahmed-Chaouch,  de djihadiste parce qu’il porte la barbe. Très délicat et délicieusement raciste, mais chut ! Il ne faut pas le dire.

« Après avoir notamment entonné « L’internationale », l’ancienne patronne du concours Miss France s’est lancée dans une explication surprenante, rejointe par l’ex-bras droit de Marine Le Pen. Interrogée sur le salafisme, elle a répondu: « Ceux qui ont des barbes ressemblent à des djihadistes parce que c’est leur signe de ralliement. » Et Florian Philipot d’envoyer en se gaussant une boutade aux allures de dérapage à l’adresse du journaliste… porteur d’un collier de barbe:  »Vous, par exemple ». » Suggestion pour un titre de film : « La vieille qui  chantait l’Internationale ».

« Que Dieu vous bénisse, que Dieu bénisse la France, que Dieu bénisse notre alliance et que Dieu bénisse les États-Unis d’Amérique. » de Trump au bedeau de l’Élysée.

Allons, nous sommes sauvés, après l’enthousiasme des évêques de France, notre Président reçoit la bénédiction de « l’homme le puissant de la Terre ». Il n’y a pas à dire, le ciel est avec lui…

… Et il en aura besoin car Trump, s’il lui époussette l’épaule, l’embrasse et jardine avec lui, ne lâche rien sur l’essentiel, et du coup, c’est notre Président qui, revenant sur les différends qui l’opposent à Trump, a annoncé sa volonté de « travailler à un nouvel accord avec l’Iran ».

Eh oui ! Les fanfaronnades ont toujours une fin, d’autant que les Iraniens opposent une fin de non-recevoir. Qu’il est dur d’être le plus petit !

Que retenir de la conférence de presse commune ? C’est ici.

Un milliardaire est entendu depuis mardi dans une enquête sur des soupçons de corruption autour de l’attribution de concessions portuaires à son groupe, au Togo et en Guinée.

Et pas n’importe lequel. « Il aurait sans doute préféré aller pêcher la crevette à Beg-Meil, dans le Finistère, qui l’a vu grandir et où il se trouvait lors de la perquisition du siège de son groupe en avril 2016. Mais deux ans plus tard, mardi 24 avril, c’est dans les locaux de la police judiciaire, à Nanterre, où il était convoqué en tant que « mis en cause », que Vincent Bolloré a été entendu. »

Une enquête pour corruption ? Ça va pas la tête ? Les journalistes ne respectent rien, heureusement, Monsieur Bolloré a de nombreux et brillantissimes avocats. « Noli me tangere ».

Manque de pot : « À l’issue de deux jours et une nuit en garde à vue dans les locaux de l’office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF) à Nanterre, l’industriel Vincent Bolloré a été présenté aux magistrats du pôle financier, qui ont décidé de le mettre en examen, mercredi 25 avril, pour « corruption d’agent public étranger », « complicité d’abus de confiance » et « faux et usage de faux ». Il n’a pas été placé sous contrôle judiciaire. » Ah Bon ? On respire !

Redouane Ahrouch, président du parti « Islam » qui se présente aux élections communales, a offert un exemple concret du programme qu’il propose à la Belgique : il a refusé de serrer la main d’une femme et même, tout simplement, de la regarder en lui parlant.

Admirable ! Pas plus tard qu’hier, j’entendais sur France Inter un imam expliquer que non, décidément ils (les musulmans) n’étaient pas « comme ça », rabrouant Annette Wieviorka et à la limite de la traiter de fabulatrice parce qu’elle a signé le manifeste des 300 de dimanche dernier demandant, entre autres, aux responsables musulmans de dénoncer les versets qui appellent au meurtre. Selon lui, il n’y en a aucun puisqu’il n’en a trouvé aucun. Gonflé le pépère !

Juste pour lui rafraîchir la mémoire et seulement pour ce qui concerne les Juifs :

33-26 (Les Confédérés) « les confédérés (les Juifs) sortirent de leurs forteresses, vous en avez tué une partie (800 prisonniers décapités le même jour), réduit en captivité une autre (femmes et enfants); Dieu vous a rendus héritiers de leurs richesses… Dieu est tout puissant. »

8-17 ( Le butin) « ce n’est pas vous qui tuez, c’est Dieu »

63-4 ( Les hypocrites) « que Dieu les (Juifs) extermine »

33-58 (Les Confédérés) « Si les hypocrites (Juifs)…ne se corrigent pas, Médine les verra disparaître »

33-59 « on les tuera partout où on les trouvera »…. etc.

Confondant ! Heureusement, il y a Redouane Ahrouch pour nous rassurer… il est Belge !

En réaction à ce manifeste, une trentaine d’imams français ont signé une tribune dans « Le Monde » du 24 avril pour « prendre la parole » contre le terrorisme islamiste car « tout silence serait désormais complice et donc coupable ». (Si, si, ils l’ont dit). Ils proposent également leur « expertise théologique » pour contrer la radicalisation au nom d’un islam dévoyé.

Bien ! mais que ne l’ont-ils fait plus tôt et à plus hauts cris ! On peut trouver outrageusement partisan le manifeste, mais il aura eu cette vertu qui est de faire sortir de leur torpeur et de leur silence ces hommes de foi qui ne veulent pas « désormais » être « complices et donc coupables ».

Une rencontre avec le dalaï-lama sans concertation avec la Chine serait contre-productive, a estimé mercredi 25 avril Emmanuel Macron.

Comme l’écrivait La Fontaine, « Selon que vous serez puissant ou misérable… », de toute évidence, le Président, si assidu auprès des évêques catholiques et si attaché à la « spiritualité » religieuse, ne risquera pas une fâcherie avec la Chine en rencontrant « [Cet] homme extraordinaire [qu’il] respecte beaucoup ». Certes, mais pas assez pour se mouiller à ses côtés. La crainte après l’époussetage trumpesque d’un essorage chinois ?

Pendant ce temps, en Turquie, la « justice » du Sultan embastille les journalistes d’opposition.

« Le tribunal de Silivri, près d’Istanbul, a condamné, mercredi 25 avril, quatorze collaborateurs du quotidien d’opposition Cumhuriyet à des peines allant de deux ans et demi à sept ans et demi de prison pour leur soutien à des « organisations terroristes » au terme d’un procès révélateur des menaces qui pèsent sur l’État de droit en Turquie ».

Doux euphémisme. En effet, dans une dictature, ou même dans ce qu’on appelle maintenant une « démocrature », l’État de droit n’est plus qu’un lointain souvenir, détesté du pouvoir en place, tout comme la séparation des pouvoirs qui le fonde. Ce qui est le plus gênant pour nous, c’est que la Turquie est membre de l’Otan : vous savez cette alliance bâtie pour défendre la liberté de l’Occident face à ces méchants Cocos. Elle est donc notre alliée. De la même façon, l’Union Européenne laisse s’affaisser la démocratie à l’Est, en Hongrie, Pologne, etc… Veulerie et lâcheté.

Et, une fois encore, un lien vers le blog de Catherine Kintzler, où l’on trouvera, sous la plume de Jean-Michel Muglioni, une analyse percutante du discours des Bernardins.

Le titre en dit long : « Macron aux Bernardins : la transcendance à l’eau de rose au service d’une politique ».

« Toute l’habileté d’Emmanuel Macron consiste à cacher sous une teinture religieuse et « spirituelle » un propos purement politique. Tentons de lire son propos de ce point de vue, et voyons quelle conception s’y trouve exprimée du rapport de la religion et de la politique… »

C’est à ne pas manquer, car Jean-Michel Muglioni est un des rares auteurs qui ont parfaitement compris que la religion c’est d’abord et avant tout un outil politique au service de la domination et de la soumission. Voilà une lecture roborative.

Toujours le discours des Bernardins : réaction de l’OCL (Observatoire Chrétien de la Laïcité) pas du tout d’accord avec le Président :

« Monsieur Macron identifie l’Église à sa Hiérarchie , considérant les catholiques comme un bloc homogène et demandant à l’épiscopat de donner la seule position autorisée des catholiques de France sur les questions sociétale, objets du débat légitime entre citoyens responsables de diverses convictions, y compris au sein des communautés de foi. »

Pan  sur le museau du bedeau !

Dernières nouvelles

0 commentaires

Soumettre un commentaire

 

Adhérez à l’ADLPF / Demande d’infos.

5 + 1 =