Ramasse-miettes n°103 : Le retour de votre revue de presse militante !

31 Mai 2018

ADLPF La revue de presse militante de l'ADLPF Ramasse-miettes n°103 : Le retour de votre revue de presse militante !

Le retour de votre revue de presse militante!

Chers lecteurs du Ramasse-miettes, une panne d’informatique vous a privész de votre revue de presse hebdomadaire et m’a privé du plaisir de commenter, de moquer et d’éplucher l’actualité avec l’œil du libre-penseur. Désormais, tout est rentré dans l’ordre et donc c’est reparti… Et l’actu est toujours cette inépuisable source d’étonnement et de stupéfaction, mais aussi de franche hilarité. Jugez plutôt…

On a la gastronomie qu’on peut.

Le talentueux et redoutable Ministre des Affaires étrangères de Napoléon, Talleyrand, emmenait dans ses bagages le plus grand cuisinier de son temps, Antonin Carême, bien conscient que l’excellence de la table et sa munificence aidaient à la réussite de sa diplomatie.

Autres temps, autres mœurs :  Voici la diplomatie du hamburger ! Malgré les difficultés qu’on connaît,  il semble que le dialogue entre Mister Plus Gros Bouton et Rocketman va reprendre. En gage de bonne foi et d’ouverture au monde, Kim Jong-un (Rocketman) serait disposé à ouvrir un fast-food occidental dans la capitale de son pays, une volonté motivée par l’amour que porte Donald Trump (Plus Gros Bouton)… aux hamburgers.

J’en salive à l’avance… et le chien de Pavlov aussi.

En politique, il y a les gens très importants et ceux qui le sont moins, mais ceux-là bien souvent sont ce que les pros de la « com. » appellent des « faiseurs d’opinion ».

C’est ainsi que le 28 mai dernier, le parti Les Républicains envoyait à ses membres un mail signé du président « Lolo » Wauquiez contenant « le kit militant » du « Printemps des Républicains », grande opération de communication organisée les 9 et 10 juin prochains, censée redonner du souffle aux troupes. À l’intérieur de ce kit, un visuel orné du logo de LR, de drapeaux français et d’un slogan, « Pour que la France reste la France ». Du Le Pen pur fruit, pur jus ! Se sont plaints certains LR.

Les derniers événements électoraux européens nous ont montré à l’envi combien était fragile et mince désormais le frontière entre droite et extrême-droite. CQFD.

Au reste, chez les Le Pen, on a pris depuis lurette la mesure des techniques d’influence et la petite dernière est passée à la vitesse supérieure :

« L’ex-députée du Front national Marion Maréchal a officiellement lancé mardi son projet d’école de sciences politiques à Lyon, qui portera notamment parmi ses valeurs « l’enracinement dans son identité culturelle ». »  Elle en assurera la direction et tata Marine s’en félicite qui juge son projet d’école « utile pour le développement de nos idées et accessoirement pour la fabrication de cadres pour demain ».

Franchement, le « accessoirement » n’est-il pas un peu mesquin, non ?

Les barbouzeries m’ont toujours paru surréalistes, la dernière ne m’a pas déçu.

Les barbouzes prennent incontestablement les gens pour des demeurés, mais en revanche ils sont une inépuisable source d’inspiration pour les romanciers et les scénaristes. Ce week-end, James Bond était à Kiev.

« Après près de 24 heures de larmes, d’indignation et de mises en cause, Arkadi Babtchenko est réapparu, vivant, mercredi, [lazarisé en quelque sorte, merci petit Jésus !]. L’assassinat du journaliste russe critique du Kremlin était une mise en scène de l’Ukraine, invraisemblable opération visant, selon ce pays, à déjouer un meurtre commandité par la Russie. »

Pantalonnade d’État, triste mensonge qui a dévasté au passage l’épouse du journaliste, tenue à l’écart de la manœuvre, et au bout du compte une histoire à la « Pierre et le Loup » qui ne risque pas de plaider en la faveur de l’authenticité de la parole de l’Ukraine. L’État ment, l’État ment énormément.

Héros ou hérauts ?

On vit une époque formidable ! Tandis que le ministre de l’Intérieur, Gérard Colomb, débite des discours aux parfums lepénistes sur les réfugiés et autre demandeurs d’asile, un de ceux-ci, Mamoudou Gassama,  sauve un gamin d’une chute mortelle en escaladant, de balcon en balcon, la façade d’un immeuble. C’est un héros, a déclaré le Président Macron qui l’a reçu à l’Élysée et décidé d’en faire un Français à part entière… Une naturalisation rapide et très médiatique, qui appelle quelques réflexions.

Tout d’abord, cette notion de héros est un américanisme (Aux USA, c’est une manie) désormais assumé par la presse comme par le pouvoir, mais ce qui est stupéfiant, c’est le traitement qui en fait une sorte de héraut de la bonté de la France qui non seulement l’accueille mais l’embauche dans un de ses corps les plus prestigieux : les Pompiers de Paris. Le conte de fées, quoi !

Merveilleux, n’est-ce-pas ? Seulement voilà, il y a héros et héraut. En juin 2016 Bilal Bisoultanov, demandeur d’asile tchétchène tout juste arrivé en France, plongeait dans la Seine en crue pour porter secours à un homme en difficulté et le jeune Tchétchène a suivi ensuite un parcours de régularisation classique. Pas de favoritisme pour Bilal. Après un an d’attente et en ayant tenu compte de son sauvetage, l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra) lui a accordé le statut de réfugié politique. Un premier pas vers la naturalisation. C’est long deux ans, surtout pour ne pas aboutir. Alors, quelle valeur donner à cette notion de héros ? Peut-on être plus ou moins héros selon qu’on entre dans les visées stratégiques du prince ?

Mais qu’ont-ils donc dans la tête ? Ou « De l’influence (néfaste) du lobbying ».

Elle a bien raison de râler Delphine Batho devant le refus des députés d’inscrire dans la loi la date d’interdiction du glyphosate et ça la plonge dans une colère noire. Son interview est ici.

Comment ne pas la rejoindre quand elle annonce un tournant anti-écologique flagrant et qu’elle dénonce un personnel politique qui a révélé la vraie place qu’occupe l’écologie dans ses préoccupations, c’est à dire peanuts ! Même le prétendu renouveau politique que revendiquent les oisillons Macron (Les Marcheurs) n’est qu’un leurre. « Ils ont beau être jeunes et incarner un soi-disant renouveau du personnel politique, je les ai vus faire de la politique avec des méthodes « à l’ancienne » pour convaincre les récalcitrants » constate l’ancienne ministre de l’Écologie.

Alors, docteur Freud : acte manqué ou coïtus interruptus ?

Le médiateur national de l’énergie pointe une « recrudescence des mauvaises pratiques commerciales » dans son rapport annuel publié ce mardi 29 mai. L’ouverture du marché à la concurrence aurait entraîné une multiplication des pratiques « trompeuses » et « déloyales ».

Des pratiques trompeuses ? Tiens comme c’est bizarre ! Et déloyales ? À cause de l’ouverture du marché ? Je n’ose y croire. La fameuse « main invisible » serait-elle parkinsonienne ? « Ben oui ! m’a répondu ma concierge, « elle se sucre, voilà tout ! et  ne sucre donc pas que les fraises ». Mauvaise langue, la pipelette.

En fait, « les « mauvaises pratiques » des fournisseurs de gaz et d’électricité se sont multipliées l’an dernier (2017). « Et les premiers mois de 2018 ne montrent aucun fléchissement de l’activité, bien au contraire », signale le médiateur Jean Gaubert. Pour expliquer cette recrudescence des arnaques aux consommateurs, il note l’ouverture du marché de l’énergie à la concurrence ».

Et que l’on ne vienne pas m’accuser de mauvaise foi, ce n’est pas moi qui le dis, c’est l’excellent Monsieur Gaubert.

Dernières nouvelles

0 commentaires

Soumettre un commentaire

 

Adhérez à l’ADLPF / Demande d’infos.

2 + 3 =