string(335) "
ADLPF La revue de presse militante de l'ADLPF Le Ramasse-Miettes est de retour !
"

Le Ramasse-Miettes est de retour !

24 Nov 2020

ADLPF La revue de presse militante de l'ADLPF Le Ramasse-Miettes est de retour !

Bonjour les sceptiques, salut les mécréants et autres agnostiques, forcenés de la pensée libre, libres-penseurs par nécessité d’éviter les pathologies de la croyance aveugle et aveuglante.

Je ne sais pas si je vous ai manqué – mon orgueil l’espère sans oser le dire – mais à moi, la rédaction hebdomadaire de ce billet ironique et parfois rigolard m’a fait défaut. Des circonstances indépendantes de ma volonté ont voulu que je le suspende, mais le nuage s’est dissipé, dont acte. On reprend donc et on numérote : N°192 : « roulez petits bolides ! ».

Darmanin.

Dans le N°191, je commençais par lui en tant que ministre des cultes, l’actualité m’oblige à revenir sur ce fantastique personnage, sarkoboy s’il en est, qui rêve de « protéger ceux qui nous protègent ». Excellente initiative puisque nos flics et autres gendarmes qui avait déjà un assez joli arsenal, au demeurant parfaitement discrétionnaire, fait « d’outrage et de rébellion » à agent, se voient dotés maintenant d’un avantage supplémentaire par la magie d’un article 24 à venir qui les protégera des caméras et autres smartphones. Il faudra dorénavant flouter ces aimables frimousses, à peine d’additions très salées et de possible embastillage.

Résultat, il fallait s’y attendre : « Plusieurs directeurs et directrices de rédactions françaises, dont ceux de France-info, s’inquiètent de la « volonté répétée du ministre » de l’Intérieur de porter atteinte à la liberté d’informer dans le cadre des manifestations ». Mazette !

La loi de 1881 détricotée, la démocratie mutilée.

La Déclaration des droits de l’homme et du citoyen dispose dans son célèbre article 11 que: « La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’homme : tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi. » Qu’à cela ne tienne, pense Darmanin, et de dégainer une loi scélérate. Ce pouvoir est de plus en plus autoritaire, et nous sommes guettés par le syndrome de la grenouille dans sa casserole.  Ça va chauffer !

Lire ici l’article de Mauduit.

Marche vers une forme sophistiquée de néo concordat.

À bas bruit, mais inexorablement, nos joyeux gouvernants, Macron en tête, passent à la trappe la loi de Séparation des Églises et de l’État. Cette fois, c’est le coup du bateau de Thésée qu’on nous fait : on remplace telle planche, puis une autre et une autre encore. À la fin du cycle, que reste-t-il du bateau original ? Rien, bien sûr. Telle est leur stratégie.

Les faits : Emmanuel Macron a reçu les dirigeants du Conseil français du Culte musulman (CFCM) qui, à sa demande, ont présenté les grandes lignes d’un conseil national des imams qui sera chargé de labelliser les imams en France. Ils sont en outre chargés de rédiger une « charte des valeurs républicaines » sur laquelle il devra s’engager ainsi que les fédérations qui le composent.  Qu’on le veuille ou non, il s’agit d’une forme non ambiguë de reconnaissance. En effet, le CFCM est invité à plancher avec le ministère de l’Intérieur. Quoi de plus officiel ?

Covid-19 : La psychiatrie en prime ?

Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a souligné, jeudi 19 novembre, lors d’une conférence de presse que l’augmentation des syndromes dépressifs constatée concerne “tous les profils sociodémographiques”, donc en bon français, pas de discrimination sociologique. Certains patients qui avaient été très résilients lors du premier confinement le sont désormais beaucoup moins. Les ressources trouvées lors de la première vague (la fameuse résilience!) se sont taries et sont moins accessibles aujourd’hui, là est le danger, là gît l’aggravation du problème. Dès septembre, on observait auprès de ces patients des réactions phobiques, génératrices d’angoisses et de dépressions. Un problème de santé publique évident.

Je ne sais pas ce que mon lecteur en pense, mais quant à moi je constate un désastre absolument ahurissant de la com du gouvernement, des scientifiques, des politiques, des messieurs « je-sais-tout », des messieurs « tout-est-de-votre-faute », des médias etc. Dès lors comment ne pas angoisser les plus fragiles d’entre nous ?

Résumons : la Covid c’est bien fait pour nous les pelés, les tondus. Nous avons péché par imprudence, par sottise et/ou pour l’arrogance de revendiquer le droit de vivre en société. Chapeau les artistes ! Le ponce-pilatisme élevé au rang d’art majeur.

Mercuriale.

Mais le dieu du commerce veille au grain. Il n’y aura pas de déconfinement en France dans les semaines à venir mais plutôt un “confinement allégé” (sic) ou des “adaptations” (resic). L’affaire est chaude pour le gouvernement, car il veut permettre aux Français de passer Noël en famille et, Vendredi noir oblige, aux commerces, surtout ceux qu’il a fermés sans concertation ni explication rationnelle, d’entre-ouvrir leurs boutiques sous peine d’être submergé par les défaillances d’entreprises, suivies d’un raz-de-marée de chômage et de la paupérisation accélérée de moult boutiquiers. Le Père Noël est une ordure.

Le Twittomane fait de la résistance.

Le refus de Trump d’assumer sa défaite et d’endosser le rôle du perdant à la Maison Blanche pendant les deux mois d’investiture qui lui restent, était prévisible. Il avait dénoncé par avance la fraude tout au long de sa campagne, dès lors que sa défaite devenait une probabilité avérée. Par ailleurs il a à sa disposition une armée d’avocats, dont l’ancien procureur fédéral de New-York Rudy Giuliani. Il est donc prêt à tenter de prendre devant les tribunaux ce que les urnes lui ont refusé.

Ainsi donc « la plus grande démocratie du monde » est en pleine crise, rattrapée par l’irruption du populisme pur et dur. Quatre-vingts ans après les Mussolini et consorts d’époque, une nouvelle couvée de dirigeants, auto-proclamés illibéraux et clairement autoritaires, d’Orban à Erdogan, sans oublier Bolsonaro et en Pologne les frères Jarosław et Lech Kaczyński de Droit et Justice (PiS), gouverne sans complexe et c’est ceux-là mêmes qu’appréciait Trump et de ceux-là qu’il était apprécié. La faiblesse relative des écarts de voix signifie que les É-U ont perdu en partie leur belle santé démocratique. Faut-il s’en inquiéter ou profiter de ce qu’ils regardent ailleurs, par nombrilisme et perte de projet universaliste construit, pour bâtir enfin l’Europe puissance ?

Pologne.

La Pologne est aux mains de l’Église catholique et de son bras armé, le PiS, je ne vous apprends rien, c’est un fait avéré notamment depuis le passage très remarqué Karol Józef Wojtyła, dit Jean-Paul II ou le pape polonais. On ne sera donc pas autrement étonné d’apprendre que le jeudi 22 octobre vers 16 heures, après cinq heures de délibéré, le tribunal constitutionnel polonais, très étroitement contrôlé par le pouvoir national ultra-catholique et conservateur du PiS,  a rendu un arrêt jugeant inconstitutionnel l’avortement dans le cas d’une « malformation grave et irréversible » du fœtus ou d’une « maladie incurable ou potentiellement mortelle ».  On croit rêver et pourtant ce n’est pas le cas. De fait, il y a lurette que le catholicisme ne fait plus rêver que ceux qui ont besoin de croire en des arrières-mondes.

Dernières nouvelles

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Adhérez à l'ADLPF / Demande d'infos

7 + 11 =