N° 231, 24 septembre 2021

24 Sep 2021

Les copains de St Pie X ont encore frappé. Cette fois ils s’en sont pris à des pylônes téléphoniques : l’enfer est aussi sur Terre. On les verrait bien aussi pratiquer les thérapies de conversion, ces braves moinillons. La presse, cette semaine, avait un bonbon à la menthe à sucer jusqu’à plus soif avec « l’affaire-des-sous-marins ». Quel pied mes seigneurs, ça nous change de la Covid, du moins pour le moment. On vous parle aussi de cette plaie qu’est le bizutage, trop souvent euphémisé en « séquence ou stage d’intégration » et trop souvent couvert par des autorités au nom de la tradition. C’est vrai, on n’arrête pas la connerie. À part ça, bonne nouvelle, les Français sont de moins en moins nombreux à croire aux fariboles religieuses. Salut aux mécréants !

Le diable prend le relai.

À Villié-Morgon, on a en général de bien meilleures idées. Deux moines d’un convent ultraconservateur de Villié-Morgon, dans le Beaujolais, appartenant à la mouvance intégriste St Pie X  ont reconnu avoir mis le feu à un pylône téléphonique, dans la nuit du 14 au 15 septembre à Saint-Forgeux, près de Lyon. La nuit suivante, ils  ont été pris en flagrant délit  par les gendarmes tandis qu’ils tentaient d’incendier une deuxième antenne sur une autre commune, cette fois à Ancy. Une histoire de mauvaises ondes si on les en croit. Encore des petits malins qui veulent faire le bonheur d’autrui.

Symbole ora pro nobis.

Le bal des faux-culs est ouvert. Dans l’affaire des sous-marins qui a mis la France en colère (pour une fois!) contre le pire de nos « alliés », les É-U, elle obtient le soutien symbolique des Européens. Quel exploit ! Il faut dire que ça ne mange pas de pain non plus et que les Américains n’en feront pas une maladie. Courageux, comme toujours, nos chers copropriétaires d’un continent marginalisé et dorénavant méprisé par l’impérialisme US occupé en Asie.

Gesticulations.

L’Affaire des sous-marins a trouvé une conclusion mi-chèvre mi-chou. La France faisait les gros yeux et entendait que ce soit connu urbi et orbi, les É-U on fait semblant d’être gênés aux entournures et basta ! Se sont-ils excusés ? Que nenni ! Ont-ils promis de ne plus se livrer à de telles entourloupes contre un « allié » ? Point ! Alors ? Eh bien, l’impérialisme est par nature méprisant pour ce qui lui est inférieur et pire encore, ce qui lui est affidé. Sans le soutien logistique des É-U, pas d’ « opex ». Le trublion est renvoyé à sa place, sans trop d’égards, tout juste a-t-on veillé à ce qu’il ne perde pas complètement la face. Maigre consolation.

Convaincre, mais aussi combattre.

« Face à la recrudescence des phénomènes de dérives sectaires, nous mobilisons l’ensemble de nos forces et dégageons des moyens inédits pour protéger les personnes LGBT+ des abus de faiblesse et de la sujétion.», a déclaré Marlène Schiappa. Il s’agit en l’occurrence de combattre cette nouvelle folie des « thérapies de conversion », la nouvelle torture morale inventée par des furieux.

De la rupture et de la connerie crasse.

Nous avons tous le souvenir du passage de la communale au collège où l’entrée se fait en 6è. C’est une rupture et c’est la découverte d’un « monde nouveau », un peu ce qu’on ressenti ceux qui faisaient leur service militaire en arrivant à la caserne où les crétins de services les attendaient et les accablaient de « bleus-bites » et autres douceurs d’une élévation d’esprit remarquable. Il semblerait que cette plaie de l’« ancien » face au « nouveau » sévisse maintenant au collège où les nouveaux se voient traités de « petit 2010 de merde ». De l’art de faire d’une date de naissance une injure et un motif de brimade. On n’arrête pas la connerie, elle prend ses aises et s’enracine partout où des crétins la cultivent.

Pan sur le neurone des déclinistes.

La France poursuit sa progression. Elle se place désormais à la 11e place du classement mondial des États les plus innovants, selon l’édition 2021 de l’Indice mondial de l’innovation, publié lundi par l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI). Eh oui ! Tout n’est pas parfait dans ce foutu pays, mais tout n’y est pas catastrophique non plus !

Le mythe du privé meilleur gestionnaire…

… ne tient pas la route. Lorsqu’ EDF a été ouvert à la concurrence, en 2007, l’entrée sur le marché de nouveaux fournisseurs d’énergie promettait une électricité moins chère, sauf que la facture totale a explosé pour tous les Français. De fait, depuis l’ouverture à la concurrence, l’indice des prix à la consommation de l’électricité a augmenté de 60,36%. Performant et économique !

Mécréants !

La fille aînée de l’Église est sur la mauvaise pente, selon un récent sondage, 51 % des sondés ne croient pas en Dieu. Hou la la ! Mais c’est que c’est triste tout ça… à moins que ce ne soit plutôt rassurant.

Je t’haine, moi non plus.

BFMTV, c’est de la télé réalité et du show business, une tire-lire en somme. Raison pour laquelle je ne la regarde jamais. J’ai donc attendu de lire les commentaires de ce matin 24 septembre sans fébrilité malsaine toutefois. Était-ce un coup pour rien ou un coup pour rire ? À ma gauche Jean-Luc, truculent et pugnace, à mon (extrême) droite Éric, même profil. Et alors ? Les deux adversaires ont, pendant plus de deux heures, maintenu un niveau d’animosité tout à fait espéré par les organisateurs du pugilat.  La seule question qui vaille est : combien d’électeurs gagnés ou perdus pour des out- siders qui ne seront de toutes façons pas au deuxième tour. La politique spectacle est une insulte à l’intelligence des citoyens.

Interprétations tendancieuses.

Les campagnes électorales sont des moments privilégiés pour les à-peu-près et les interprétations cou-ci cou-ça. C’est ainsi que le candidat Xavier Bertrand a fustigé la politique « absolument irresponsable » d’un président qui « fait campagne avec le chéquier de la France ».  « En 15 jours », de « 5 à 7 milliards d’euros » de dépenses, pointe ce monsieur. N’étant pas partisan du Disrupteur, je suis à l’aise pour dire à M. Bertrand : « Cessez de nous prendre pour des benêts, vous faites ici un cumul malhonnête  des sommes versées ponctuellement, comme, par exemple, les aides aux ménages les plus modestes pour l’accès à l’énergie, et d’autres échelonnées sur plusieurs années, comme le soutien au fret ferroviaire ou le plan pour Marseille, voire promises pour le prochain quinquennat, etc. Ce genre de procédé est détestable et ne donne pas envie de suivre ceux qui les utilisent. Morale et politique, oxymore ?

Dernières nouvelles

0 commentaires

 

Adhérez à l'ADLPF / Demande d'infos

5 + 11 =