UNE ASSOCIATION NE PEUT ŒUVRER QU’À LA MESURE DU NOMBRE DE SES ADHÉRENTS
REJOIGNEZ L’ADLPF POUR LA RENFORCER DANS SES COMBATS EN FAVEUR DE LA LIBERTÉ DE CONSCIENCE ET DE LA RAISON

N° 304 – 9 avril 2023

9 Avr 2023

En ce week-end à rallonge, l’actualité ne chôme pas : la Convention citoyenne sur la fin de vie rendra des conclusions qui révulseront bon nombre de cathos et autres embondieusés, à commencer par le boss. On apprend qu’en ce haut lieu du pouvoir, l’Élysée, nul syndicat ne peut exercer. Le monde de demain serait-il pire que celui d’aujourd’hui ? Borne invite les syndicats et parle de tout sauf de ce dont ils sont venus débattre. Bornée la mégère. La Chine guigne sur Taïwan, mais ce n’est pas nouveau. Jean Michel Aphatie, d’habitude plus caressant, s’en est pris à Darmanin. Où va-t-on si le peloteur médiatique se met à tirer sur la star du moment ?

Euthanasie.

La Convention citoyenne sur la fin de vie doit rendre, ce week-end, son avis définitif sur une légalisation de l’aide médicale à mourir. En Belgique, l’euthanasie est pratiquée depuis 2002 et personne ne prétend qu’elle a suscité un massacre. La frilosité française laisse rêveur. Ne serait-elle pas due au vieux fond catho qui régit encore bien des mentalités ?

Concurrence.

Trump devant une cours de justice, il ment aussi bien que la plupart des hommes politiques connus, en place ou non. Un conseil : toi qui rêves de faire de la politique active, apprend d’abord à mentir et que ça soit crédible ou non n’a aucune importance…

Harassant !

A l’Élysée, où travaillent plus de 800 personnes, il n’y a ni syndicat ni représentant du personnel ! Pourtant, comme ailleurs, les tensions internes y sont fortes. En mars, un employé chargé de l’argenterie, remercié après vingt-trois ans de services, s’est jeté sous le RER… Le monde rêvé de la macronie…

Bornée.

Ce 5 avril, alors qu’elle recevait les représentants de l’intersyndicale, la Première ministre Élisabeth Borne a voulu échanger autour de nombreux thèmes… sans transiger sur le recul de l’âge légal à 64 ans. Tous les syndicats, qui étaient venus pour ça, ont exigé le retrait de la loi. Laurent Berger, le secrétaire général de la CFDT, a clos le rendez-vous. Que faire d’autre ?

Bruits de bottes.

War game ? la question est posée. La Chine s’agite autour de Taïwan la grande île qui lui échappe et qu’elle considère comme une province indûment détachée. A Washington on se prépare à toute éventualité : pas question de laisser faire. Les Chinois susurrent Lybie, Kosovo ou Liban. Au royaume des menteurs il y a du monde.

On n’en veut pas !

Quand c’est non c’est non. Et avril, c’est toujours non. Selon une enquête réalisée par YouGouv pour Le HuffPost les lundi 3 et mardi 4 avril, les Français sont toujours aussi opposés à la réforme des retraites, et à sa mesure cardinale : le report de l’âge légal de départ à la retraite de 62 à 64 ans.

L’illusionniste.

Darmanin monte en chaire pour prêcher la croisade contre l’ultra-gauche… la ficelle est si grosse qu’elle tient plus du cordage. C’est la fuite en avant, la routine, quoi !

Il y a ticket et ticket.

Un homme montre son pénis à un agent de la SNCF qui lui demandait son ticket… Les contrôleurs de la SNCF ne sont pas gynéco, que cela soit dit une bonne fois. Et puis un sourire ne vaut pas ticket.

Si Jean-Michel s’en mêle…

Aphatie a donné son avis sur certains hommes politiques, sans langue de bois. Et lorsqu’il a aperçu le portrait de Gérald Darmanin, il n’y est visiblement pas allé avec le dos de la cuillère. Il n’y a pas que des journalistes de cours.

P… de fisc.

C’est la fin de la rigolade. Plus d’un million de français vivent leur retraite à l’étranger. Le Portugal s’est imposé comme l’une des destinations favorites, notamment grâce à l’exonération d’impôts sur le revenu pendant dix ans. Mais passé, ce délai, vaut-il la peine de revenir en France ?

La paix n’est pas pour demain.

C’est toute une armée ukrainienne qui est en cours de formation, en Ukraine bien sûr, mais aussi aux États-Unis, en Angleterre et en Europe. Ce sont des dizaines de milliers d’hommes qui reçoivent actuellement une formation accélérée, avec pour objectif de conduire une contre-offensive majeure d’ici quelques semaines contre l’armée russe. Poutine s’est planté, maintenant, il joue sa survie. Les Russes le garderont-ils en dépit de son retentissant échec ? Là est toute la question.

Il faut que tout change pour que rien ne change.

Cette célèbre sortie puisée dans le roman « Le Guépard » illustre à merveille le sort réservé aux migrants parqués sur l’île de Lampedusa. La boucle est close ! « Sur l’île italienne de Lampedusa, première porte d’entrée des migrants en Europe, les migrants sont parqués dans des camps et placés sous haute surveillance de l’armée et de la police ».

Pour que rien ne change, bis.

« Il n’y aurait aucun bénéfice politique à changer la Première ministre, sauf pour changer de ligne », affirme Pascal Canfin, chargé des relations avec le gouvernement au sein du parti présidentiel Renaissance. Le conservatisme est ici flagrant, mais pas assumé, bien entendu. Ce genre de personnage ne s’éloigne jamais vraiment de la gamelle. Et pourquoi ne changerait-on pas de ligne puisque celle suivie par Borne est détestable ?

Puritanisme.

Sur ce sujet, les États-Unis ne nous déçoivent jamais. Vendredi, un juge fédéral a retiré l’autorisation de mise sur le marché d’une pilule abortive agréée depuis plus de 20 ans et utilisée chaque année par un demi-million d’Américaines. Le président Joe Biden s’est dit déterminé à « combattre » cette décision, la qualifiant de tentative « sans précédent de priver les femmes de libertés fondamentales ». Dix mois après l’arrêt historique de la Cour suprême qui a rendu à chaque État américain la liberté.

Préserver la planète ? et puis quoi encore ?

Les dépenses liées aux déplacements de Charles Michel, dirigeant européen, sont très supérieures à celles de ses prédécesseurs. Elles s’expliquent notamment par un recours fréquent aux avions privés, y compris pour de courts trajets. Le problème est que ce personnage et ses semblables ne sont pas avares de conseils et admonestations « vertes », au point de nous lasser ; « Faite ce que je dis… ».

Union de la gauche : de profundis.

La droite et l’extrême centre ont de beaux jours devant eux, les forces de gauche sont infoutues de se fédérer. Problème d’ego, bien sûr, mais aussi courte, très courte vue. Pitoyable ! LFI avait appelé les communistes à clarifier leur position après que leur chef de file a jugé dans une interview la Nupes « dépassée ». Lui prône une alliance de gauche élargie, au risque d’irriter nombre de ses alliés, voire certains au sein du parti communiste. « Touche pas à mes cellules ».

Le Praud de l’enfumage.

L’animateur de « l’Heure des pros », sur CNews, confirme jour après jour son obsession identitaire et sa cécité réactionnaire. Sa dernière lubie ? Les gens des quartiers seraient absents du mouvement contre les retraites. Faux, évidemment. Mais « il est sur la télé » et cela suffit à trop de paresseux du sens critique pour qu’il fonctionne comme un oracle.

Dernières nouvelles

0 commentaires

 

Adhérez à l’ADLPF / Demande d’infos.

3 + 13 =