N°217, 29 mai 2021

29 Mai 2021

L’illibéralisme est En Marche, le ministre de l’Intérieur manifeste contre la Justice, un comble ! Un état se livre à la piraterie aérienne, sous les applaudissements des autoritaires. Dans ce pays, on peut gifler une femme allaitant un bébé sans que quiconque ne bouge. L’illibéralisme compte aussi sur les lâches pour envahir l’espace public en proclamant préparer le « tour de vis » que ceux-ci réclament en tremblant.

La fin du pinot ?

La gloire de la Bourgogne et de ses grands vins rouges, du Clos Vougeot au Chambertin, du Monthelie au Beaune « clos des mouches », s’appuie sur un cépage, le pinot, vieux cépage validé par le duc Philippe le Hardi en 1395. Sept siècles de bons et loyaux services avec des hauts et des bas, certes, et une renommée mondiale. Il semble que ce fichu réchauffement climatique soit en train de mettre à mal notre gloire nationale, abondamment exportée, comme chacun sait. Rechercher des cépages résistant à la sécheresse et revoir les méthodes de taille, telles sont les pistes explorées avec entrain par le vignerons et l’InraE.

Fermez vos gueules !

Darmanin ne se sent plus, trouvons-lui quelques grains d’hellébore… Il porte plainte contre Audrey Pulvar, tête de liste des socialistes aux élections régionales en Ile-de-France, l’accusant de « diffamer la police », notamment après avoir jugé « glaçante » la manifestation policière devant l’Assemblée nationale que, curieusement, il avait rejointe. « Fermez vos gueules les opposants ! » telle semble être la volonté de ce petit marquis de la Macronie. D’où lui vient cette géniale inspiration, au pépère ? Ben des camarades illibéraux, tout simplement. L’orbanisation de la France est En Marche.

Glaçant, en effet.

«Si cette mobilisation s’avère efficace et très forte, les digues céderont, les digues, c’est-à-dire, les contraintes de la Constitution», a fièrement déclaré François Bersani, responsable du syndicat Unité-SGP Police des Yvelines. Ah bon ? Vous êtes sérieux, Monsieur le syndicaliste ? Dominique Rousseau dans une tribune magistrale explique en quoi une Constitution, ça empêche… l’arbitraire, à tout le moins.

« La vie est un combat,

Mais elle n’est pas une guerre contre les autres. » Ainsi parle la sœur de Marjorie, une adolescente de 17 ans poignardée par un gamin de 14 ans. Le discours de celle-ci est à lire ici, il est magnifique.

Revoilà des histoires de séminaires.

C’est comme une antienne, on croit avoir tout entendu et, pouf ! Ça repart de plus belle.

Jean-Pierre Sautreau a été victime de violences sexuelles lors de sa scolarité au petit séminaire de Chavagnes-en-Paillers, en Vendée. Son témoignage, en 2018, a poussé plus de 70 anciens pensionnaires des lieux à prendre la parole pour accuser une quinzaine de curés. Ce qui a amené le diocèse à faire acte de repentance. Franchement, la repentance ? c’est utile, mais c’est aussi facile, trop facile. En vérité, ces gamins « Sous contrôle mental total » mériteraient d’être mieux protégés dans ces lieux clos que sont les pensionnats religieux. Avis au monde mitré.

Piratage d’état.

Après que le régime d’Alexandre Loukachenko a dérouté un avion de ligne européen pour arrêter un dissident politique, M. Roman Protassevitch, l’Union européenne a décidé lundi 24 mai de fermer son espace aérien aux appareils biélorusses, ce qui est la moindre des choses, et réclamé la libération du journaliste. Ce qui est effarant dans cette histoire, c’est que le piratage aérien est le fait assumé d’un état. S’il y a quelque chose qui ne tourne pas rond, c’est bien la violation du droit international par les illibéraux.

La louche dans le bortsch.

Et bien sûr, la « confession » de Roman Protassevitch n’a pas traîné : « Je suis passé aux aveux concernant l’organisation de troubles massifs ». Magistral ! Ça c’est de l’efficacité ou on n’y comprend rien, sauf que cela permet au grand frère russe de décider qu’il n’y a pas de problème.

La preuve par l’absurde.

Les religions n’ont que faire de la santé, c’est bien connu et renseigné, mais elles ne sont pas les seules. Le ministère de l’Intérieur a demandé à ses services de veiller à ce que les rassemblements dans les stades ou les salles communales  pour fêter l’Aïd el Fitr, la fin du jeûne du Ramadan, ne soient pas autorisés en raison du contexte sanitaire liée au Covid-19. Rien de plus sensé, non ? Eh bien pas pour nombre d’élus locaux qui ruent dans les brancards et ont écrit au ministre pour protester. Le clientélisme électoral a encore frappé.

Quand les lâches vous lâchent.

« Je me suis pris une gifle en pleine poire avec un bébé dans les bras ». Ainsi s’exprime une mère de famille giflée par une dame atteinte de pudibonderie alors qu’elle allaitait, discrètement dit-elle, dans une file d’attente son bébé affamé, en pleine crise de pleurs. Bien entendu, personne pour lui venir en aide, personne pour la consoler. Le policier auprès duquel elle a porté plainte ne s’est pas montré plus compatissant, il lui a laissé entendre qu’elle l’avait un peu cherché. Hallucinant ! Désespérant ! Triste à pleurer ! Entre pudibonderie, manque de cœur et lâcheté caractérisée.

L’État spectacle.

Il faut être vu chez Hanouna ou quelque autre saltimbanque médiatique en vogue, c’est devenu un passage obligé. Bien entendu, il faut le vocabulaire qui va avec. Le Sphinx nous avait déjà donné du « chébran », monsieur Macron fait mieux, il s’est « produit », hilare et content de soi, avec deux rappeurs, Mac Fly et Carlito. Il semble que décidément le ridicule ne tue plus et que la démagogie ait des ressources infinies. Madame l’Égérie aura sans doute la charge de célébrer une culture, disons moins tapageuse. Vive la déliquescence ambiante !

Sonder les reins et les cœurs.

L’intelligence artificielle (IA) est comme la langue d’Ésope :la meilleure et la pire des choses.

Un million de Ouïghours seraient internés dans des camps de concentration, magnifique cadeau de la « démocratie » chinoise dont l’humanisme n’est plus à démontrer. À propos d’humanisme, les aimables geôliers se livrent à des expériences singulières. Un système de caméra utilisant l’intelligence artificielle et la reconnaissance faciale pour révéler les émotions aurait été testé sur cette minorité. Ce système, capable de détecter les plus infimes changements, la moindre émotion est en fait  un super détecteur de mensonge. Où l’outil de répression se pare de l’alibi scientifique. 

 

Dernières nouvelles

0 commentaires

Adhérez à l'ADLPF / Demande d'infos

8 + 3 =