N°233, 8 octobre 2021

9 Oct 2021

Revoilà le problème de la « pédocriminalité », péché récurrent de certains religieux, au cœur de l’actualité et, bien sûr, les reptations et contorsions qui vont avec.

Il paraît que nous avons perdu une étoile, si l’on en croit des heures et des jours d’encensoir au cours desquels on nous a conté les aventures de Nanar le flamboyant flambeur. On a les héros qu’on peut.

Les puissants continuent de se gaver. Gageons que le scandale « Pandora Papers » ne sera qu’un  petit caillou passager et vite oublié dans le cothurne de ces messieurs.

À part ça rien de nouveau sous le soleil méprisant de nos « amis » américains, polarisés sur l’AUKUS.

Honni soit qui Mali panse.

L’heure du sevrage a sonné et ça ne se passe pas trop bien. Le Premier ministre malien Choguel Kokalla Maïga a accusé la France d’un « abandon en plein vol » pour sa décision de retrait du Mali de la force Barkhane. Des accusations qui font tousser Paris. M. Maïga serait-il accroc à l’ancien colonialiste ?

Couveuse ?

Il y a eu « entre 2900 et 3200 pédocriminels», hommes, prêtres ou religieux, au sein de de l’Église catholique en France depuis 1950, selon la Commission indépendante sur les abus sexuels dans l’Église (Ciase). L’Église est-elle une sorte d’incubateur ? Elle serait bien inspirée d’y réfléchir et de prendre (enfin !) des mesures concrètes.

Quel client !

Mieux que Bébel, Nanar ! Pour lui, pas de cour des Invalides car le voilà enseveli sous un torrent d’articles, de rushes TV et autre émissions énamourées et dithyrambiques. Un triomphe posthume pour funambule professionnel. Dépêchons-nous de mourir pour être sanctifiés. Je ne sais pas pour vous, mais pour moi un étrange dégoût me saisit. En cause, la fièvre médiatique, mais pas qu’elle, les politiciens s’y sont mis aussi… Dégoulinant !

Fesses en l’air.

Mère et fille Pinket Smith,ont des soucis d’une gravité extrême : leurs culs sont-ils au canon de la beauté ? Pour plus de sécurité, elles vont passer par BBL (Brazilian Butt Lift) autrement dit par le lifting des fesses. On ne peut qu’applaudir à cette décision qui nous permettra d’admirer de fermes fessiers « à la hauteur ». « Et le désir s’accroît quand l’effet se recule ».

L’urne de Pandore.

Les dieux avaient interdit à Pandore d’ouvrir l’urne dans laquelle tous les malheurs du monde étaient enfermés, on sait qu’elle ne s’y tint pas et, l’ayant ouverte, elle les laissa s’échapper, à l’exception de l’espérance, restée en guise de consolation. La fable est jolie, mais elle n’intéresse pas ceux qui ne vivent que pour le pognon… pour beaucoup de pognon. Ils ont inversé la bluette et c’est bien le fric, ce corrupteur absolu, qu’ils privilégient par-dessus tout. Comme le démontrent les « Pandora Papers » : de nombreuses personnalités fortunées échappent toujours à l’impôt en ayant recours aux paradis fiscaux, à commencer par le roi de Jordanie caché derrière 36 sociétés écrans. Joli Monopoly©, Majesté !

Toujours plus !

Toujours gavé, mais jamais rassasié, l’enseignement privé catholique en redemande. La dernière en date : «  Nos personnels ne peuvent pas suivre la formation sur la laïcité proposée aux enseignants du public simplement, car nous avons une manière différente de vivre la laïcité dans nos établissements. ». Ahurissant, selon ces braves gens, il y aurait autant de laïcités que d’interprètes de la laïcité. Ce qui ne se peut, sauf à l’adjectiver. Ex : laïcité catholique. Contradiction dans les termes et mort assurée du concept même.

Transfuge.

L’ancienne cheffe de produit chez Facebook, Frances Haugen, était auditionnée par le Congrès après ses révélations sur les pratiques du géant pour attirer les jeunes utilisateurs. «Facebook est coincé dans une spirale dont ils ne parviennent pas à se sortir» (…) «Ils cachent ces informations parce qu’ils se sentent coincés. (…) Ils doivent admettre qu’ils ont mal agi, qu’ils ont besoin d’aide. C’est ce qu’on appelle la banqueroute morale» explique-t-elle. On s’en doutait un peu.

Réagir crânement.

Nos chers « Amis » anglophones, inféodés aux USA à travers l’AUKUS, se sont allègrement essuyé les pieds sur la France lors de l’affaire des sous-marins. Voilà qui démontre la fiabilité du contrat pour ses gens-là, i.e. qu’un contrat est fait pour être violé, et ce n’est pas franchement nouveau. Cette piteuse pantalonnade aura peut-être pour effet bénéfique la prise de conscience de l’Europe quant à sa sécurité et quant au parapluie mité que l’OTAN est censée déployer au-dessus de nos têtes. C’est le pari que fait M. Macron, il est pertinent, qui l’en blâmerait ?

C’est pas des goulaschs.

Ces élections furent un quasi match nul, alors maintenant, il faut composer, négocier et trouver un équilibre des forces. Cela, les Allemands savent le faire, nous pourrions nous en inspirer si notre république était encore une démocratie. Malheureusement, la Vè République est devenue au fil de sa pratique une monarchie élective où l’équilibre des forces n’a plus aucune signification : qui prend l’Élysée règne sans partage.

Un si long combat.

Les réactionnaires texans ne lâchent rien, ils ont décidé que les Texanes n’auraient pas le pouvoir sur leurs ventres et donc ils reviennent sans cesse avec des projets de loi anti-IVG. Pourtant,  c’est bien un juge fédéral du Texas qui a bloqué, mercredi 6 octobre, une loi interdisant la majorité des avortements dans cet État conservateur. Une lueur d’espoir peut-être…

 

Dernières nouvelles

0 commentaires

 

Adhérez à l'ADLPF / Demande d'infos

8 + 8 =