N°249, 18 février 2022

19 Fév 2022

La question du nucléaire est de nouveau posée par le pouvoir. Ras le bol du Covid et de ce qu’il engendre comme nuisances au quotidien, manifestations monstres, mais hétéroclites. Taubira, la sacrifiée, rame et attaque la falaise de ses « alliés ». Nos pauvres milliardaires ont fait main-basse sur les médias et tout le monde s’en fout, au point qu’une partie du public s’est énamouré d’un Zemmour, transfuge bolloréen. Poutine continue de tourmenter des Alliés occidentaux loin d’être aussi retors que lui. Lui sait roquer quand il le faut. À part ça, retour de l’inflation, cette ennemie de la modération salariale. Tremble-t-on pour autant au MEDEF ?

Virage à 180°

La fermeture de Fessenheim fut-elle une erreur ? La centrale a produit 448 TWh d’électricité, soit l’équivalent de 30 ans de consommation électrique alsacienne. En tout cas, Macron reprogramme le développement des centrales nucléaires. L’idéologie anti-nucléaire a perdu une bataille et les khmers verts mangent leurs chapeau, « Car «nous voyons la fragilité de notre modèle économique lorsque nous sommes dépendants des autres pour produire notre énergie», dixit le président. En toute chose, l’exagération est néfaste, le nucléaire reste nécessaire et doit donc faire l’objet d’un traitement particulièrement prudent. L’indépendance énergétique est à ce prix.

Tant va la cruche à l’eau…

« Convois de la liberté » : des centaines de véhicules se préparent à se diriger vers Bruxelles Les autorités belges ont rappelé aux participants, dont beaucoup viennent de France, qu’il était interdit de manifester ce lundi dans la capitale. Ils n’en peuvent plus de se plier à des injonctions tombées d’en haut, ils sont adultes et ont marre d’être traités en morveux qu’il faut corriger. Tant va la cruche à l’eau qu’à la fin elle se casse.

L’Université en déshérence ?

L’Université peut-elle encore prétendre être un service public ? Et de quel « service public » s’agit-il ? A-t-elle encore vocation à la démocratie ? Ou, en inversant la question, à quel symptôme de la démocratie touche-t-elle ? Et qu’a-t-elle à en dire ? Des réponses en suivant le lien.

Où tu iras Taubira ?

La loyauté est une vertu qu’ignore la politique, elle préfère le coup de pied en vache… Guillaume Lacroix, le patron du PRG, a annoncé que son parti se mettait “en retrait” de la candidature de l’ancienne garde des Sceaux. Pauvre Christiane martyre courageuse de la déliquescence de la gauche française.

Dé(sin)formation.

Le documentaire « Media Crash » décrit un paysage audiovisuel dominé par une poignée de milliardaires, où censures, autocensures, pressions publicitaires, manipulations, instrumentalisation de la justice, barbouzeries, sont légion. Le fric est partout et corrompt tout. Media Crash sort en salles le 16 février, à ne pas manquer, histoire de mourir moins bête.

Roquer !

Poutine est un joueur d’échec, le Kremlin a surpris en annonçant le départ de certaines unités de la frontière ukrainienne. Au même moment, des députés russes réclamaient la reconnaissance de l’indépendance du Donbass. C’est toujours Poutine qui est à l’initiative…

Les rats quittent le navire.

Zemmour pourra se vanter d’avoir mis le foutoir dans la droite extrême, peu à peu les potes à Marine vont frileusement se réfugier chez la star du moment. La bonne odeur de la soupe, sans doute. Il y a un hic pourtant, la quête des parrainages qui patine.

Vingt ans de foutages de gueule.

Tous les cinq ans on nous jure la main sur le cœur que le tropisme monarchique de la  Cinquième, c’est fini. Vingt ans de mensonges éhontés pour entendre, à peine élu, un Macron parler de présidence jupitérienne, vingt ans de verticalité, vingt ans d’atteinte à la démocratie. En sortir fissa !

Coûteux rétropédalage.

Ministre des finances, Macron avait vendu Alstom aux Américains, président en quête d’action d’éclat et de rachat (?), le même leur rachète. « Alstom, c’est le péché originel dans l’aventure macronienne », estimait il y a quelques mois Jérôme Sainte-Marie, président de la société d’études PollingVox. Pas très glorieux, l’ancien banquier.

Produire, mais en pantoufles.

Un arrêté du 11 février du Premier ministre a nommé Natacha Valla à la tête du Conseil national de la productivité. Ces dernières années, cette économiste s’était distinguée en cumulant ses fonctions publiques avec une multitude d’occupations auprès de grandes entreprises (Vinci, LVMH…). Les pantoufles c’est plus confortable que les brodequins.

Requiem pour la France-Afrique.

Barkhane, c’est fini, ou presque. Le retrait prochain des forces militaires françaises du Mali révèle l’aveuglement volontaire (?) de nos dirigeants sur l’état de décrépitude de l’allié africain, ainsi qu’une méconnaissance des évolutions en cours dans une partie du continent noir. Acculturation de nos élites diplomatiques ou implacable sottise des gens au pouvoir ? L’histoire nous le dira.

La Cour des comptes et le Covid.

Des oreilles vont siffler. La Cour des comptes propose de nouveau un « bilan global des enseignements » à tirer de la gestion française de la crise sanitaire et le moins qu’on puisse dire c’est que ce n’est pas un envoi de fleurs. Un exemple :  Le Covid-19 a mis en lumière les « faiblesses structurelles » des établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), avec un lourd bilan humain et la nécessité d’une réforme que le gouvernement a « trop longtemps reportée », estime-t-elle.

Le monde sans inflation, c’est fini.

Et comme toujours, cela commence chez le « grand frère ». La hausse des prix a atteint 7,5% en moyenne nationale sur un an en janvier aux É-U, son rythme le plus rapide en près de 40 ans. La flambée des prix aux États-Unis n’est «pas tolérable», reconnaît la secrétaire au Trésor Janet Yellen… tout en louant la politique de Joe Biden. Tiendrait-elle à sa place ?

 

Dernières nouvelles

0 commentaires

 

Adhérez à l’ADLPF / Demande d’infos.

10 + 12 =