N°260, 13 mai 2022

14 Mai 2022

Fini le temps des petits joueurs et des mules besogneuses, la cocaïne fait cargo. Aux Philippines, retour de la famille Marcos : chassez-les par la porte, ils reviendront par la fenêtre, moins rapaces ? Les Ukrainiens ont trouvé le défaut de la cuirasse des chars russes et, plus aimable, on a peut-être trouvé la plante miracle qui effacerait la menace de disette en Afrique subsaharienne. Au bal des menteries, il n’y a pas que les Israéliens et les Palestiniens, il pourrait bien y avoir aussi un célèbre animateur TV accusé par 18 femmes de comportements inappropriés. Enfin un certain Bouhafs, naguère vivement défendu contre le racisme, pose problème après des accusations, là encore, de harcèlement sexuel. Les dingues de la braguette devraient se calmer.

 

Désintox.

Dans une petite maison d’Auros (Gironde), la station « Radio for Peace International » est installée, elle émet en ondes courtes et en langue russe pour lutter contre le propagande de Moscou depuis le déclenchement de la guerre en Ukraine. Elle la joue : « Radio Moscou ment (bis), radio Moscou ment tout le temps », à l’imitation des émissions de Pierre Dac sur la BBC pendant la guerre 39/45.

Que sont les mules devenues ?

Début octobre, le Trudy, un cargo rempli de cocaïne, a été intercepté à Dunkerque. Le transport de drogues par voie maritime se démocratise (sic). La valeur marchande de cette cocaïne est estimée à 80 millions d’euros sur le marché de gros et à 140 millions d’euros sur le marché du détail. Il en aurait fallu des mules pour écouler tout ça !

La fuite en avant.

« C’est la faute aux Hollandais et à leur gros bateaux ». Telle est l’excuse. La pêche à la senne est cette technique qui permet d’encercler les poissons pour les rabattre dans des filets dérivants qui peuvent couvrir jusqu’à 4 kilomètres carrés de surface. Des vibrations effraient les poissons qui se concentrent au centre du filet ; il n’y a plus qu’à ramasser. « En plus d’abîmer les fonds marins, cette technique est redoutablement efficace », reconnaît Alexandre Fournier, lui-même senneur depuis 2010. Voilà, tout est dit sur le mode : « Si c’est pas nous ce sera eux », et tant pis pour la faune marine.

Langue déliée ?

Nouveau fléau dénoncé par des toubibs inquiets : la frénotomie. C’est la chirurgie du frein de langue, ce petit bout de chair qui relie la langue au plancher de la bouche, il consiste à le couper  lorsqu’il est court et/ou épais. Pas vraiment une bonne idée à ce qu’il paraît, mais quasi mode.

Rebelles !

Le mouvement antifasciste lyonnais conteste ce mercredi devant le Conseil d’État sa dissolution, prononcée fin mars en Conseil des ministres. Une décision inédite, la première visant en France un groupe d’extrême gauche depuis l’interdiction d’Action directe en 1982. « Bizarre, vous avez dit bizarre, comme c’est bizarre ». Mais qu’est devenue la jambe gauche ?

Politique en famille ou famille politique ?

Ferdinand Marcos vient d’être élu président des Philippines. Son père avait été chassé du pouvoir il y a 36 ans, après une révolte populaire. Marcos père avait été accusé d’avoir volé entre 5 et 10 milliards de dollars au pays. Le fils vient de se faire élire grâce aux réseaux sociaux.  Il sera intéressant de voir si le fils a les doigts moins crochus que le père…

Arrête ton char…

Le char russes T-72 et ses dérivés placent les munitions « en collier » au sein même de la tourelle, et derrière un blindage plutôt minimal. Bref, un coup et c’est la mort. Les Ukrainiens le savent, qui connaissent parfaitement ces chars pour en posséder de nombreux et donc ils savent comment les détruire, et avec eux les trois servants qui n’y sont pas à l’abri.

Niébé.

C’est quoi ça ? Peut-être un début de solution à la malnutrition et à la souveraineté alimentaire de l’Afrique subsaharienne. Appartenant à la famille des Fabaceae, le niébé Vigna unguiculata (L.) Walp est une légumineuse à graines originaire d’Afrique. Cette denrée de base, exploitée et valorisée de manière efficiente, pourrait constituer un véritable rempart contre la malnutrition et la dépendance vis-à-vis de certains produits comme le riz, les protéines animales et le blé, dont on mesure aujourd’hui, à la lumière du conflit Russo-Ukrainien, les vulnérabilités pour les populations subsahariennes.

Dans la tourmente.

Il les tourmentait, elles le tourmentent en retour. La notoriété ne protège plus aussi bien que naguère PPDA -inutile de traduire, tout le monde connaît. « Il ne nous fait plus peur » affirment 18 femmes qui l’accusent d’agressions sexuelles et de viols et qui en ont témoigné sans voile sur Mediapart. Il sera intéressant de voir si la justice classera sans suite, comme elle l’a fait précédemment.

Le bal des menteries.

Shireen Abu Akleh a été tuée par balles mercredi alors qu’elle couvrait des affrontements armés en Cisjordanie occupée et portait un gilet pare-balles sur lequel le mot « presse » était inscrit. L’armée israélienne est mise en cause et s’en défend, bien sûr. C’est toujours la même histoire, les Israéliens disent « C’est pas nous, c’est les Palestiniens » et ceux-ci disent le contraire. En attendant une femme est morte et des faux-culs se déchirent sur sa dépouille, menterie contre menterie.

Sur des œufs…

L’affaire Bouhafs brouille la sérénité du NUPES. Le NUPES avait défendu Bouhafs contre des attaques racistes, mais le voilà confronté à des accusation de harcèlement sexuel. Un conseil, chers camarades : défendre quelqu’un contre les racistes est bel et bon, mais cela ne blanchit nullement l’individu qui peut, par ailleurs, se comporter en prédateur sexuel. Qui parle de trancher ? Faut-il trancher ? Oui sans doute, en faveur de la justice et contre les affolés de la braguette.

Engrenage.

« Être membre de l’Otan renforcerait la sécurité de la Finlande », a affirmé le président finlandais, Sauli Niinistö. Mi-avril, Moscou avait formulé des mises en garde, avertissant qu’une telle décision aurait « des conséquences ». Le complexe obsidional russe ne manquera pas de se renforcer, c’est dans la logique.

Et aussi cette initiative anglaise.

Comme la moule à son bouchot.

Le président sri-lankais, Gotabaya Rajapaksa, s’accroche au pouvoir, avec l’espoir de mater par la force la colère qui submerge le pays depuis des mois et qui a pris depuis quelques jours un tour très violent. Le chef de l’État, dont la population réclame le départ, a ordonné, mercredi 11 mai, aux forces de l’ordre de tirer à balles réelles pour éviter « l’anarchie ». Encore un qui va « forcer son peuple à être heureux ».

 

Dernières nouvelles

0 commentaires

 

Adhérez à l’ADLPF / Demande d’infos.

11 + 12 =