Ramasse-miettes N°124 du 20 février 2019

20 Fév 2019

Salut à toi, Dame Bêtise…

Les crétins de l’antisémitisme ont encore frappé… les bonnes âmes s’épient sur le mode « As-tu réagi plus vite que moi ? »… et les défenseurs de la politique coloniale de la droite israélienne veulent museler les critiques.

 

La bêtise à bas front et la haine la plus triviale s’en sont prises à Alain Finkielkraut samedi dernier.

L’antisémitisme en l’occurrence s’en est donné à cœur joie dans toute son abjection. L’antisémitisme, la xénophobie et donc la haine raciale sont, au-delà de la bêtise ordinaire, l’expression de la connerie la plus crasse en une antienne qui ne se renouvelle guère.

On peut certes ne pas apprécier tout ce que dit Finkielkraut, après tout, il est un philosophe médiatique et donc exposé. Cela mérite-t-il pour autant tant de violence et de haine dans un pays qui naguère était encore capable de nuances et de fines logomachies et s’en délectait. Foin des duels d’intelligents, nous voilà contraints de subir le spectacle lamentable de la connerie, des vociférations, des vitupérations et des torrents d’injures. Mais qu’est devenue l’exquise finesse française ?

Alain Finkielkraut encore

Notre radio-philosophe le confesse, il a vu la sale gueule de la haine et a échappé aux coups grâce aux policiers et aux « gilets jaunes » qui se sont opposés à de violents abrutis ; très digne il ne portera pas plainte. Chapeau monsieur le philosophe !

Mais point n’est besoin de cela, les médias, les tâcherons de la twittosphère et les Face-mathieux de boucs se sont jetés sur l’affaire et ont sorti les tachygraphes pour mesurer la promptitude des uns et des autres à s’indigner et bien sûr le sincéromomètre, un outil extrêmement précis qui mesure la pensée cachée de (votre) l’ennemi. Allons, tout va pour le mieux dans le monde édénique des 140/280 caractères et des raccourcis péremptoires, sans parler des gloses tortueuses et bien peu dignes des monsignores des médias. Mais qu’est devenue la défunte finesse française ?

Il y a Brigitte et Brigitte

Elles ne veillent pas aux mêmes choses : l’une soutient et condamne, l’autre condamne et soutient. Le choc des stars est ainsi fait. Dans le buzz, tout est bon comme dans le cochon. Les médias adorent notre « first lady » nationale (anglicisme assumé car intraduisible en français où cette notion n’existe que dans le jargon médiatique) et ressortent de temps en temps de l’oubli la star d’ « Et dieu créa la femme ».

La protectrice de animaux et réactionnaire notoire, Brigitte Bardot, s’en est donc allée caresser les gilets jaunes dans le sens du poil et distribuer bisous et autographes, ou comment retrouver des feux de la rampe, fût-ce sur un rond-point. Admirable !

Beaucoup moins clivante, l’épouse du Président Macron appelle à la réconciliation : « Je pense qu’il faut qu’on se parle, qu’on se réconcilie, parce que, franchement, on a tout à faire ensemble, j’en suis persuadée »,loin du« Ne lâchez rien  » de Bardot. Encore faudrait-il que monsieur son époux tende l’oreille… et entende la colère qui gronde.

Le port d’Hodeïda, au Yémen, probablement enfin débloqué

La religion rétrécit les cerveaux et embrume les pensées, raison pour lesquelles les politiques l’instrumentalisent. C’est ainsi qu’au Yémen, l’Iran et l’Arabie saoudite, sous couvert de lutte entre chiisme et wahhabisme, s’empoignent férocement sur le dos de peuples qui n’en peuvent mais.  L’ONU alerte sur la famine qui est en train de ravager le pays, mais il n’y a pas là de quoi déranger outre mesure le pote à Khashoggi, le prince héritier Mohammed Ben Salman (MBS) ni les ayatollahs, mais, enfin, on fait comme si. La famine et le viol sont des armes de guerre. Et dieu créa l’affamé.

Accusé d’agression sexuelle, Monseigneur Luigi Ventura, en poste depuis 2009, fait déjà l’objet de deux plaintes.

L’association Act-Up, réclame la levée de l’immunité afférente à sa fonction d’ambassadeur du Vatican en France. Et Mathieu de La Souchère, l’un des plaignants, explique: « Je n’ai absolument rien contre l’Église, (…) pour moi le fait que ce soit un homme d’Église est un non-sujet, mais je souhaite que chacun prenne ses responsabilités. J’ai pris les miennes en allant porter plainte« , avant d’ajouter: « Maintenant, le Vatican doit lever cette immunité diplomatique. C’est que je souhaite et ce que je demande« . C’est pénalement une agression sexuelle définie dans le code pénal, en effet.

« Dans chaque église il y a toujours quelque chose qui cloche« , disait Jacque Prévert.

Au Vatican, le pape François prend (enfin?) conscience de la dimension abyssale de la pédophilie dans son Église.

Il a rendu à l’état laïc l’ex-cardinal américain Theodore McCarrick, 88 ans, accusé d’abus sexuels sur au moins un adolescent, il y a près d’un demi-siècle. C’est une première historique et il était temps. Comme disait Montaigne, esprit éclairé s’il en fut, « L’imposture se tapit plus aisément sous le voile de la piété« .

Des députés veulent faire reconnaître l’antisionisme comme un délit

Personne ne s’étonnera de cette foucade bien dans l’air du temps: réagir à 100 à l’heure, puis réfléchir ensuite… ou pas. Si d’aventure ce projet marqué au coin de la bêtise crasse et de la démagogie la plus cauteleuse aboutissait, il serait alors impossible de critiquer la politique coloniale de Netanyhaou non plus que la brutalité de la droite religieuse au pouvoir en Israël. Même les journaux d’opposition israëliens seraient interdits de kiosque en France. L’antisionisme comme nouveau tabou relève de l’escroquerie intellectuelle.

Les mauvais coups se perpètrent la nuit

Le moins qu’on puisse dire est que la nouvelle loi sur la justice ne fait pas l’unanimité et notamment dans les professions juridiques ; pourtant c’est par 31 voix contre 11, avec les seuls suffrages des élus LREM et MoDem que les députés ont adopté peu avant 1h du matin la réforme vantée comme « ample et ambitieuse » par la ministre de la Justice Nicole Belloubet. Celle-ci a en effet fait voter par la majorité un amendement de dernière minute habilitant le gouvernement à réformer par ordonnance le texte fondateur de la justice des mineurs, l’ordonnance de 1945. L’opposition a dénoncé « un coup de force » et « un dessaisissement de la représentation nationale ». Quoi que dise madame Belloubet, madame Christine Féral-Schuhl, présidente du Conseil national des Barreaux, a déclaré : « les principes que nous dénonçons sont toujours dans le texte et nous continuerons donc à les dénoncer« .

C’est plus fort qu’eux !

La prélature médiatique continue son exercice de relativisation orientée quant au grand rassemblement contre l’antisémitisme. Après avoir sorti leurs tachygraphes et leurs sincéromètres, ils rampent sous les jupes des rassemblements pour repérer les bons – les copains quoi ! -, les tièdes – avec quel thermomètre ? – et ceux qui sont là parce que ne pas y être serait contre-productif – et sur quels critères ? Ces gens-là me donnent la nausée.

Allez voir sur LCI entre autres, nos grands penseurs s’en donnent à cœur-joie ? Au fait, ils y étaient, eux ? Ou bien seulement leurs caméras ? Moi oui – à Lons le Saunier – et ça faisait chaud au cœur de voir tous ces gens, et parmi eux le député-maire et le Préfet au côté de la diversité.

Dernières nouvelles

0 commentaires

Soumettre un commentaire

 

Adhérez à l’ADLPF / Demande d’infos.

9 + 9 =