string(330) ""

Ramasse Miettes N°126 du 8 mars 2019

9 Mar 2019

Moins de pollution à cause des smartphones

La sagesse écolo s’empare d’un constructeur de smartphones

Le Fairephone  2est un smartphone écolo par sa conception, il bouleverse entièrement les règles de production et de commercialisation de ce type d’appareil.

Smartphones, révolution

Ne rêvons pas, mais quelques signes avant-coureurs indiquent que certains s’inquiètent et même agissent. C’est ainsi qu’une coopérative française, Commown, commercialise un smartphone écolo. Et non ! ce n’est pas un oxymore ni une infox. Le Fairephone 2 est un smartphone, né en Hollande, qui bouleverse entièrement les règles de production et de commercialisation de ce type d’appareil. Son but : commercialiser un téléphone connecté qui proposerait la même qualité de service qu’un smartphone standard, tout en étant neutre pour l’environnement. Le Fairphone 2 est dépourvu des principaux minerais que l’on retrouve habituellement dans un appareil numérique. Pas d’étain, pas de cobalt, pas de coltan et pas de quasi esclaves pour les extraire dans des conditions d’hygiène et de travail à faire frémir.

Bref un smartphone écolo, c’est révolutionnaire

Je ne résiste pas, restant à mon sujet, à dire l’inquiétude qu’il y a à écouter le matraquage pro bagnoles électriques qui pour l’instant n’évoque jamais le sort des batteries, et des saloperies qui les composent, après leur fin de vie. De la belle et bonne super pollution en perspective, mais chut ! Il ne faut pas désespérer les industriels de l’automobile.

Droit d’ingérence

Le droit d’ingérence a été notamment théorisé par Bernard Kouchner comme étant ledroit que posséderait un pays d’intervenir dans les affaires intérieures d’un autre pays. C’était à l’époque de la tragédie biafraise et ce droit avait alors une forte connotation humanitaire, bien que cette ingérence aurait même pu s’effectuer militairement. Le droit international ne reconnaît pas cette conception et la condamne. D’où sans doute la valse-hésitation de certains politiques et autres commentateurs quant à des situations telles celles que connaissent l’Algérie ou le Venezuela. La ministre Marlène Schiappa réfute l’ingérence : «Il est important de laisser le peuple algérien choisir qui le représentera», a-t-elle déclaré dimanche au «Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI»), quand personne, à commencer par Macron, ne trouve étrange ni déplacé de s’immiscer, dans le sillage des États -Unis, dans les affaires du Venezuela où se déroule un curieux un coup d’état. Il est vrai qu’il est bien difficile de résister à l’imperium étasunien et que l’odeur du pétrole a un parfum irrésistible. Mais quand même ! À chaque fois, il y a comme un malaise avec ce « deux poids deux mesures » qui rend futile et décrédibilise la parole de tant de commentateurs.

Bouteflika, ce farceur

Le président Bouteflika sera donc candidat pour la cinquième fois et, s’il est réélu, il prend « l’engagement » d’organiser « une élection présidentielle anticipée » à laquelle il ne serait pas candidat…Que ne s’abstient-il dès aujourd’hui ? Quel farceur !

Que faire des djihadistes retour de Syrie ?

Le gouvernement allemand a annoncé lundi 3/03 que la coalition au pouvoir a décidé d’instaurer la déchéance de nationalité pour les binationaux qui rejoindraient à l’étranger un groupe terroriste de type État islamique. En France, la tentative de François Hollande d’introduire cette possibilité en 2015 avait échoué, après des mois de polémique.

Parmi ces gens, certains ont-ils fait la guerre à la France, oui ou non ? Si oui, de deux choses l’une : ou ils rentrent et vont en prison pour haute trahison ou bien on ne les accueille pas et ils restent sur place pour rendre des comptes là où ils ont sévi. Il ne faut pas perdre de vue qu’ils ont violé les lois de la guerre en tant que terroristes esclavagistes et tortionnaires. Que faire d’eux en effet, sinon les juger ?

Le rapatriement d’enfants laissés à l’abandon est un autre problème qui, lui, mérite quelque mansuétude. Des gosses sont-ils responsables de la sottise de leurs parents ?

Il continue de se rêver big boss de l’Europe

« Je prends la liberté de m’adresser directement à vous… ». Mais que fait-il donc d’autre depuis décembre dernier, l’omniprésent Bateleur en bras de chemise ? Il est quand même gonflé !

Cette fois-ci, il s’agit de proposer un plan pour l’Europe et, si tout n’y est pas à rejeter, les interrogations sur le suivi ne manquent pas si l’on pense aux suites du discours de la Sorbonne. Veut-on un exemple : renégocier les traités, ce vieux fantasme déjà caressé par Hollande, qui consiste à filer chez Merckel et à en revenir la queue entre les jambes. Pour l’heure, il en va de la politique comme du foot, à la fin c’est l’Allemagne qui gagne. C’est elle la patronne de l’Europe et l’ordolibéralisme est sa doxa, Jupiter le sait très bien, même s’il feint le contraire.

Pour l’essentiel, cette tribune montre bien qui est M. Macron : un néolibéral sans concession, biberonné à l’élitisme triomphant et bien incapable de comprendre son pays et ses attentes profondes, lui qui ne voit que les gens de sa classe. L’Europe alors ? Non plus, sauf à en faire ce segment vassalisé de la mondialisation, ce qui réjouira à la fois Trump et Poutine et ne déplaira que fort peu à Merckel.

Justice ?

 « Nominibus mollire licet mala » : « Il est permis de pallier les maux en leur donnant d’autres noms ».

L’affaire Carlos Ghosn impose une réflexion. Oublions le milliardaire, le tueur de coûts et même le capitaine d’industrie plutôt malin et avisé, ne regardons que l’homme, oui l’homme. Dans cette affaire, on découvre une justice moyenâgeusecapable de prolonger sans fin la garde à vue d’un homme, jusqu’à un procès dont personne ne connaît la date et, cédant pour le cas de Ghosn à la mauvaise humeur du monde entier, de le libérer sous de telles astreintes que la plupart des moyens de sa défense lui sont interdits ou inaccessibles, ce qui revient au même. Chez nous, il existe la (fameuse) détention préventive, mais elle est contrôlée par le juge et pas laissée au seul caprice du parquet ; d’autre part, les droits de la défense y sont sacrés. Le Japon passe pour un pays ultra-moderne, mais pas sa justice qui, elle, date des shoguns. Banzaï !

Les déserteurs

« Monsieur le Président, il faut que je vous dise… ».Après Raffarin, l’homme des raffarinades, pour les LR et Pascal Durand l’écologiste ex-patron d’Europe Écologie-les Verts, qui pour rallier le panache blanc de M. Macron ? L’assiette au beurre mon bon, l’assiette au beurre, telle est la motivation principale de tous ces messieurs. La gauche remue à peine, les centristes se rallient massivement et la droite « républicaine » est conduite par un maladroit, alors que reste-t-il pour ces messieurs qui aiment tant le pouvoir, sinon le ralliement aux Marcheurs ? Sic transit gloria mundi.

Dernières nouvelles

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Adhérez à l'ADLPF / Demande d'infos

2 + 10 =