string(331) ""

Ramasse-Miettes N° 154 du 24 octobre 2019

25 Oct 2019

Quand l’État islamique « libère » des femmes, on est en droit de se demander si c’est pour les ensevelir sous des niqabs.

Au moins trois Françaises qui étaient retenues ont été « récupérées » par des djihadistes de l’ « État Islamique », selon des informations de proches transmises à leur avocate. On leur souhaite bien du plaisir.

Déliquescence des états

Le fils de Jaquim « El Chapo » Guzman, Ovidio Guzman Lopez n’est resté que quelques heures sous le contrôle de la police. Des dizaines d’hommes masqués ont immédiatement attaqué les autorités et paralysé la ville de Culiacan. Comment mieux bafouer à la fois l’autorité de l’état et la volonté démocratique?

Ras la bâche! Le Brexit n’excite plus personne, une immense lassitude se répand

Les sujets de Sa Gracieuse Majesté n’en peuvent plus, les « Européens » non plus. Ça dure et ça lasse… Nos chers voisins qui, voici 47 ans entrèrent dans l’Union (alors CEE) pour en faire le Grand Marché cher à l’ultra libéralisme, leur frénétique souci, veulent s’en retirer après avoir entravé la construction de l’Europe sociale et lutté contre toute unité politique, diplomatique, sociale ou autre. Il fallait empêcher la naissance d’une puissance en capacité de résister aux menées anglo-américaines. C’est réussi, merci! Maintenant qu’ils s’en aillent! Assez de ces mômeries ridicules où l’hypocrisie et le double langage font florès! Assez de l’arrogance de ces insulaires impénitents!

Le grignotage arrive à son expression ultime: les listes communautaristes

Les arguments ne manqueront pas aux islamistes quand ils argueront que nous avons toléré des listes démocrate-chrétiennes sans nous étrangler. Les chrétiens seraient-ils plus fréquentables et moins dangereux? Allons! Nous le savons bien, toute religion a pour objectif la conversion et un projet théocratique de société idéale, si possible en douceur, mais la violence est aussi une option, affaire de contexte. Voilà précisément ce dont nous ne voulons pas. Nous avons donc un vrai combat politique à mener pour faire barrage à cette menace, et pas en choisissant entre la peste catho et le choléra islamique.

Concerto pour casques et les matraques au Chili, déjà 17 morts!

Le président chilien, Sebastian Piñera, un milliardaire c’est à noter, après avoir tenté de discréditer les manifestations en parlant de « guerre contre les voyous », semble prendre peu à peu conscience de la détresse des Chiliens liée à une inégalité vertigineuse, héritage pourri de l’ère Pinochet. Pour le petite histoire, il faut se souvenir que le dictateur était un fervent adepte des théories économiques de Friedrich Hayek qui d’ailleurs lui rendit visite plusieurs fois, et son pays fut le laboratoire l’école de Chicago, haut lieu du libéralisme débridé. Un des drames de l’Amérique du Sud est d’être, selon la doctrine Monrœ, l’arrière-cour des États Unis et le champ privilégié de ses immixtions.

Rétropédalage donc, et en catastrophe

Sebastian Piñera a proposé, le 22 octobre, une série de mesures destinées à dissiper le mouvement antigouvernemental. Le dirigeant de centre-droit a dit qu’il espérait transformer les manifestations en une « opportunité » pour le Chili, « rattraper le temps perdu » et « prendre des mesures concrètes » pour mettre fin aux inégalités économiques qui alimentent la colère au sein du pays. Rattraper le temps perdu et en finir avec les théories de « Chicago’s boys » ? Voire ! En attendant, certains appellent à sa démission.

Dans tout jeu à la fin il y a un gagnant…

…même quand il est nul, car alors le plus faible a gagné, car il a réussi à sauver la mise. En Syrie, le maître du jeu est Vladimir Poutine, il gagne, et sur presque tous les tableaux.  Accessoirement, le tueur en série Hafez el-Assad se voit récompensé de son ignominie. Qui s’en soucie ? Les Américains remballent en même temps qu’ils vont évacuer nos forces spéciales présentes sur place qui y sont venues grâce à leurs moyens… sans commentaire. Ce qu’il est convenu d’appeler l’« Occident » disparaît de la région et la fameuse politique arabe de la France n’est plus qu’un lointain souvenir. O tempora o mores, « a « tsar » is born! »

Le monde gronde

Du Chili au Liban, de Hong Kong à l’Équateur, de l’île de Lesbos à Barcelonne. Le monde n’en peut plus d’un modèle qui a atteint ses limites, un modèle désormais obsolète mais qui mettra longtemps à s’écrouler, tant ceux qui en profitent sont puissants et peu enclins à céder leurs sinécures, privilèges et autres avantages. Combien de barricades ? Combien de morts ? Combien d’emprisonnés ?

Les nouveaux Charon

Charon, le terrible nocher (ou nautonier) des Enfers antiques, transportait les âmes des morts contre une obole de 3 deniers, en traversant le Styx (ou le Léthée) jusqu’à l’entrée des Enfers. Nos modernes passeurs entassent des naïfs, après les avoir plumés de plus de trois deniers, faut pas rêver ! dans des remorques, et tant pis si elles sont réfrigérées, leur font traverser le nouveau Styx, en l’occurrence la Manche, puis ils s’en désintéressent. Les malheureux abordent aux portes des Enfers, sur un parking minable du Kent, en Angleterre? Voilà la nouvelle galère du père Charon. L’Homme est capable du pire.

Dernières nouvelles

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Adhérez à l'ADLPF / Demande d'infos

14 + 9 =