string(326) ""

Ramasse-Miettes N°157 du 15 novembre 2019

17 Nov 2019

La réforme des retraites prend l’eau.

Les relations entre Macron, Édouard Philippe et Jean-Paul Delevoye se sont rafraîchies après les propos du haut-commissaire en charge de la réforme des retraites sur la « clause du grand-père ». Au point même de fragiliser sa place au gouvernement. « Je vous  demande de ne pas expliquer dès maintenant ce que serait une bonne ou une mauvaise réforme en dehors de ce que disent le président de la République ou le Premier ministre. » Dixit Macron en Conseil des ministres. Sans commentaire!

Le grand Mamamouchi de Levallois-Perret est à 10%

Ça rame pour lui! Il lui manque 450 000 euros. Patrick Balkany ne pourra vraisemblablement pas payer la caution, fixée à 500 000 euros lui permettant de sortir de prison si sa demande de remise en liberté est approuvée le 13 novembre.L’association créée pour réunir les fonds n’a levé que 10% de la somme.

Les micros-trottoirs qui nous montrent des administrés énamourés de leur maire ne doivent vraisemblablement ne nous montrer que des « balkanistes ». Sic transit gloria mundi.

Marche contre l’islamophobie.

Il paraît que ce serait un bide ou du moins un facteur supplémentaire de dissolution de la « gôche ». C’est sans doute vrai et les commentateurs radio, télé et autres petits génies ordinaire pointent tous l’apparition d’une étoile jaune (à 5 branches!) qui les met au bord de la syncope. Vraiment? Qu’ils relisent le bouquin de Robert Badinter: « Libres et égaux » qui narre l’émancipation des Juifs entre 1789 et 1791 et ils y découvrirons des discours anti-juifs très, très d’actualité si l’on s’amuse à changer Juif par Musulman. Le terme antisémitisme n’avait pas encore été inventé, mais la haine de la juiverie était florissante.

L’inculture des commentateurs est telle qu’ils font pitié à débiter leur petite musique condescendante mais si peu renseignée. Si l’histoire ne se répète jamais à l’identique, il lui arrive parfois de bégayer sérieusement. Mélenchon ne s’y trompe pas qui a déclaré dimanche 10 novembre qu’il ne faut pas « confondre quelques personnes avec la valeur de la cause qui est servie ». Il est vrai que le Grand Détesté est cultivé, lui.

Ils font tous le mandat de trop

C’est encore pire si c’est un mandat entaché de fraude et d’illégalité. Ainsi, Evo Morales, ex cultivateur de coca, président pendant deux mandats plus un, arraché en douce, espérait en faire un quatrième. Raté! « La vraie démocratie implique qu’on accepte l’alternance », qu’on se le dise. Monsieur Morales va se réfugier au Mexique, chez un ami « bolivarien » et avec lui de nombreux collaborateurs. Ceux qui rêvent d’enterrer le bolivarisme ont gagné cette manche (sans doute bien aidés par le grand frère américain), mais ils doivent eux aussi s’imprégner de cette maxime. C’est sans doute beaucoup demander.

Assez!

Quel genre d’homme (?) peut poignarder sa femme « parce qu’elle veut divorcer à cause de sa violence »? Réponse : un esclavagiste borné qui relève peut-être (sans doute ?) de la psychiatrie. Messieurs Tartempion & Co, grands massacreurs de femmes, sachez, une fois pour toutes, que personne n’appartient à personne et que vous commettez un abus de langage quand vous dites : « Ma femme ». Le fait que les « forces de l’ordre » ne sachent pas par quel bout empoigner VOTRE problème de violence ne devrait pas vous rasséréner. Un jour enfin, le législateur devra bien se pencher sur votre sombre cas.

La peste brune menace l’Europe

Les gens qui nous gouvernent devraient se poser quelques questions de bon sens, si, si. Leur conversion sans honte à la nouvelle grande religion planétaire, le néolibéralisme, favorise, en contrecoup, des rassemblements comme Vox en Espagne, le RN chez nous, l’AfD en Allemagne, sans compter les pays où ils sont (plus ou moins visiblement) au pouvoir. Rien ne permet de croire à l’éternelle efficacité du fallacieux « plafond de verre » censé nous protéger de la peste. Marine est en embuscade et notre roitelet compte dessus pour nous refaire le coup de 2017. Naïf et dangereux !

« Islamophobie = racisme »

Belle sottise si l’on en croit deux magistrats qui examinent quelles seraient les conséquences d’une telle introduction et pourquoi celle-ci serait contraire aux principes du droit républicain. Leurs réflexions révèlent les attendus politiques d’une telle revendication : 1– créer un délit d’opinion et 2– communautariser le droit pénal.

En effet, les croyants musulmans sont déjà protégés par le droit qui vaut pour tous – on est dans un état de droit, braves gens ! Donc ériger « l’islamophobie » en racisme, revient à réclamer l’introduction d’un délit d’opinion et donc à favoriser la création de fait d’une communautarisation. C’est à lire chez Metzetulle.

L’aura quitte le bateau macronien

Une députée, madame Jennifer de Temmerman quitte la REM après avoir interpellé en séance ses collègues:  « Où est notre âme ? », « Où est cet esprit qui nous animait lorsque nous sommes venus ici rénover la politique ? », suite à la demande à la dernière minute de baisse de l’Aide Médicale d’État (AME) déposée par le gouvernement.

« Ces mesures ne vont pas changer grand-chose, on parle de 15 millions d’euros sur un budget de 1 milliard alors pourquoi le fait-on ? Pour porter un discours politique à charge contre les migrants », dénonce-t-elle. « Moi, je ne suis pas venue pour ça, mais au contraire pour combattre les idées de l’extrême droite ».

Temmerman fait partie de ces néophytes en politique attirés par le discours de rénovation de la politique du candidat Macron et qui maintenant déchantent en le voyant spéculer sur un affrontement avec le RN comme clé incontournable pour accéder à un second mandat. Ça joue petit bras en Macronie et Sarko avait déjà fait ça avant… on a vu le résultat.

Le géant de la pensée a encore frappé

L’administration Trump prépare de nouvelles règles qui limiteront l’influence de la science dans la politique de santé publique, elles empêcheront notamment certaines recherches scientifiques d’être utilisées pour guider la législation anti-pollution.

Qui croit encore que M. Trump a le souci du bien public ?

Finkielkraut perd son sang froid et se vautre dans le ridicule

Au cours d’un échange avec Caroline De Haas, militante féministe et membre du Collectif Nous Toutes – qui appelle à une mobilisation contre les violences conjugales le 23 novembre -, l’écrivain Alain Finkielkraut a perdu son sang froid en assenant : « Violez, violez, violez. Je dis aux hommes : violez les femmes. D’ailleurs je viole la mienne tous les soirs et elle en a marre« .  Sans blague?

Et nous marre des évangélistes cathodiques, consultés sur tout et n’importe quoi, qui finissent par proférer des âneries, sans que ça ne pose problème ni à eux ni aux médias qui les mettent en scène. Médiacratie égale souvent médiocratie.

Dernières nouvelles

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Adhérez à l'ADLPF / Demande d'infos

15 + 3 =