string(330) ""

Ramasse-miettes N°162 du 28 décembre 2019

31 Déc 2019

Une belle occasion de parler de l’inanité de l’« universalité » d’une mesure sociale:

La grève des danseurs et danseuses de l’opéra.

« Le régime spécial de l’Opéra date de 1968, il permet de tirer sa révérence à 42 ans, compte tenu de la « pénibilité » du métier, des risques de blessure, et du fait que la majorité des danseurs peut difficilement continuer à danser les grands ballets au-delà de cet âge avec le même niveau d’excellence. »

Où l’on constate une fois de plus l’inanité de la prétendue universalité, mantra-alibi quelque peu hypocrite du projet de « réforme » du régime des retraites.

« Universalité » est ici utilisée comme leurre, une façon d’escroquerie pour gogos. En effet, par définition, elle enjambe et méconnaît la complexité du monde en prétendant tout fondre dans un moule unique. Mais cela ne se peut. Les félins, par exemple, ont en partage un grand nombre de caractères, mais cela dit, du puma au chat de gouttière, de la robe fauve du lion à la robre tachetée du léopard, le nombre des « singularités » irréductibles est exponentiel, c’est pourquoi il convient de manier la notion d’universalité avec la plus grande circonspection. Autrement dit, prendre en compte les phénomènes engendrés par le désordre, le hasard, le singulier ou l’individuel, qui s’émancipent de la généralité abstraite universelle. De ce point de vue, l’exemple des danseuses et danseurs de l’Opéra est exemplaire, car ils font un métier qui contraint et épuise le corps. Et donc, la « justice » – c’est le slogan ! – d’un régime de retraite ne peut être réalisée sous la fallacieuse notion d’universalité du fait qu’il n’existe pas d’égalité de conditions de travail, ni d’égalité d’espérance de vie, ni d’égalité de départ dans les carrières, ni non plus d’égalité de conditions au sein des entreprises… Et ne parlons pas des célèbres retraites-chapeau que s’octroient les patrons des grandes entreprises et dont personne ne semble se soucier ni à Matignon ni à l’Élysée, et moins encore le cumulard Delevoye.

Déjà s’échafaudent les exceptions à la règle, nonobstant le mâle affichage. Le maintien des « avantages » des policiers et des gendarmes en est un excellent exemple. Il y en a d’autres, il y en aura de plus en plus et l’affichage « universalité » n’aura plus de sens.

Loi des séries chez les autoritaires

Gaïd Salah, l’homme fort de l’Algérie, est mort, les Algériens vont-ils enfin respirer? Rien n’est moins sûr.

Jaïr Bolsonaro, le fléau des Brésiliens, s’est cassé la binette dans sa baignoire et a été hospitalisé à l’hôpital des Forces Armées. Même pas mal ! Les Brésiliens devront attendre…

C’est Noël au Brésil

Son inénarrable Président, Jaïr Bolsonaro, a inclus dans sa grâce présidentielle de Noël des policiers et des militaires condamnés pour des homicides involontaires commis en opération ou en situation de risque… Noël, Noël, petit papa Noël !

Et ça vous étonne ?

L’Arabie saoudite n’a pas tiré les conséquences du crime commis contre Jamal Khashoggi, a déclaré lundi 23 décembre sur France Info Christophe Deloire, secrétaire général de Reporters sans frontières (RSF), réagissant à la condamnation à mort de cinq (lampistes) Saoudiens pour le meurtre du journaliste, alors que deux proches du prince héritier Mohammed ben Salmane (le présumé commanditaire) ont été acquittés.

Potlatch?

Le potlatch est le système du don et du contre-don dans le cadre des partages symboliques… Les cadeaux de Noël relèvent en partie de cette pratique, Le pape François n’est pas d’accord qui prône l’amour “inconditionnel” et “gratuit” contre la logique marchande, à contre-courant d’un monde actuel où “tout paraît répondre à la logique de donner pour avoir”. Est-ce aussi simple, monsieur le Pape?

François est bien naïf.

Piqûre de rappel

Les militants laïques et républicains et tous les combattants de la rationalité doivent savoir qu’ils ne seront plus seuls face aux agressions « juridiques » des religieux de tous poils. L’Association De Défense Des Laïques AD3L a été créée par des associations membres du Collectif laïque national (CLN) et elle a pour mission de les épauler autant que de besoin lors de leurs combats devant les tribunaux où les furieux les traîneraient.

Victime propitiatoire ou expiatoire ?

Un ex banquier d’affaires qui renonce à sa retraite de président, un magnat de l’immobilier, vieux cheval de retour, aux manettes du plus puissant état au monde, un ancien Premier ministre français recasé chez Barclays aux côtés du maire de Troyes, coqueluche montante de la droite, un ancien président de la Commission européenne chez Goldman Sachs, et combien d’autres qui pantouflent et pantoufleront dans le privé, tel cet ancien vice-premier ministre anglais qui émarge à 4 500 000€/an chez Facebook? Voilà un bilan succinct des charentaises de nos (très) chers dirigeants. Alors évidemment, il faut bien parfois en dégommer un, le peuple adore ça. Cette fois, c’est Ségolène Royal qu’on clouera au pilori médiatico-politique. Les députés LaREM veulent entendre ses explications sur son absence à plusieurs des réunions officielles au Conseil de l’Arctique tenues depuis sa nomination. C’est vrai quoi ! quand on vous offre le fromage, on est prié de ne pas s’empiffrer le dessert toutes affaires cessantes et, surtout, de laisser tranquilles les généreux donateurs.

Vous avez dit régulation ?

Après la crise de 2008, on allait voir ce qu’on allait voir et les banques seraient mises au pas, toutefois non sans qu’elles soient renflouées auparavant avec l’argent… du contribuable. Billevesées ! Les mauvais conducteurs s’exposent à un retrait de permis, les banquiers qui ne respectent pas la loi ne sont, eux, jamais sanctionnés, sauf par des amendes qui ne sortent pas de leur poche. Sans cesse sanctionnée, la banque Natixis, par ses comportements erratiques, en apporte la preuve.

« N’avons-nous pas précisément perdu le sens du commun?»

Le journal économique belge « L’Echo » a publié un entretien récent avec Edgar MORIN réalisé à l’occasion de la parution de « Les souvenirs viennent à ma rencontre », entretien qu’il intitule sans sourciller « On a une Europe squelettique, sans âme, inhumaine ». https://www.lecho.be/opinions/general/edgar-morin-on-a-une-europe-squelettique-sans-ame-inhumaine/10177744.html

La prime à la casserole, ça marche aussi en Israël

Avec plus de 70% des voix, Benyamin Nétanyahou devance son rival Gideon Saar lors des primaires du Likoud. Bien que sous le coup d’une triple mise en examen, l’actuel Premier ministre va pouvoir emmener son parti jusqu’aux législatives, les troisièmes organisées en un an.

Décidément qui veut réussir en politique, se doit de traîner quelques casseroles. C’est, semble-t-il, le prix pour « faire sérieux ». O tempora, o mores !.

Dernières nouvelles

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Adhérez à l'ADLPF / Demande d'infos

2 + 8 =