string(323) ""

Ramasse-miettes N°173 du 13 mars 2020

13 Mar 2020

Rififi chez les présentateurs et autres verbeux

Cyril Hanouna, grand arbitre de l’orthodoxie en matière de décervelage, s’en est pris à Florence Foresti à propos de son salaire comme présentatrice des derniers et scandaleux César du cinéma. Riposte de la dame : « Cher Cyril, j’ai gagné 18.500€ pour préparer et présenter les César. Comme vous avez l’air fort bien renseigné sur les salaires de mes prédécesseurs, vous pourrez sans doute lancer un débat sur l’écart salarial entre les hommes et les femmes lors de votre prochaine émission » Et pan sur le vilain museau du vilain monsieur.

Réchauffement climatique ? Coronavirus ?

« Allons donc ! se tue à dire l’Inénarrable, foutaise et mensonges » Oui mais voilà, Le coronavirus se rapproche de Trump, trois de ses amis proches sont en quarantaine, dont un qui a pris l’avion présidentiel à ses côtés. Bigre ! Si les virus s’attaquent à ce phare de la pensée humaine, où allons-nous ?

Poussez, poussez l’escopette

La France devient le troisième exportateur mondial d’armement. Selon les chiffres dévoilés lundi par l’Institut international de recherche pour la paix, l’Hexagone représente 7,9 % du marché mondial des ventes d’armes… Et ça vous rassure ?

« La femme est un homme comme un autre… »

Surtout s’il s’agit de lui faire goûter de la matraque ! Comme le montrent les images du journaliste Rémy Buisine présent aux abords de la place de la République samedi dernier. Les forces de l’ordre ont chargé les manifestantes avant de tenter de disperser la foule avec du gaz lacrymogène. De nombreuses femmes politiques, écrivaines, philosophes ou simplement citoyennes lambda crient leur indignation ? Le Préfet de police, Lallement, n’en a cure.

Elles s’étaient rassemblées contre le 49.3 et le machisme

Les slogans du cortège constitué pour le 8-Mars ont fait référence au César remis à Roman Polanski et à la réforme des retraites, dont les femmes sont vues comme « les grandes perdantes ». « Scrogneugneu, dispersez-moi ces gonzesses ! »

Scrogneugneu donc

Selon Mediapart qui se les est procurées, plusieurs notes de la gendarmerie nationale et des CRS s’interrogent sur la légalité des ordres donnés par le préfet de police de Paris, Didier Lallement, déjà cité : « Des pratiques contraires à la législation ainsi qu’à la réglementation » et « des emplois disproportionnés de la force » précisent les dites notes.

L’indécrottable tropisme concordataire de la macronie

Et ça continue, après les sorties assez incroyables du président, la REM en ajoute une couche et propose de créer l’«ÉNI», une sorte d’École nationale des imams. Sauf que le principe de laïcité interdit toujours à l’État de se mêler des affaires cultuelles, que je sache. Macron en a-t-il conscience ou bien se prête-t-il à la lente décomposition du principe même de laïcité ? La réponse est dans la question.

Il y a craque et krach

Les cours des marchés s’effondrent, Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des finances, a recommandé, mardi 10 mars, d’acheter des actions : « C’est plutôt le moment de faire de bonnes affaires en bourse aujourd’hui » prétend-elle.

Faut dire que la dame est connue pour être une « tradeuse » de haut vol, bref une craque dans sa partie.

Le Covid-19 est-il une menace potentielle pour les libertés publiques ?

L’état d’urgence sanitaire ne saurait justifier, sauf circonstance d’une exceptionnelle gravité, le sacrifice du respect de la vie privée des personnes et de la confidentialité des informations afférentes à leur santé. Telle est la réponse donnée le 5 février 2009 par le Comité Consultatif National d’Éthique pour les Sciences de la Vie et de la Santé (CCNE) dans son avis N°106 à propos de la grippe H1N1.

La célérité des gouvernements à restreindre les libertés en ces temps de sociétés de surveillance est hélas bien connue. Qu’en sera-t-il cette fois à la faveur de la paranoïa/panique due au Covid-19 ?

Et le Président découvrit qu’une nation c’est plus que les premiers de cordée

Dans son allocution de jeudi soir, Il a en particulier loué le modèle français de l’État-providence, allant jusqu’à remettre en cause notre système de développement. « Ce que révèle d’ores et déjà cette pandémie, c’est que la santé gratuite, sans condition de revenus, de parcours ou de profession, notre État-providence, ne sont pas des coûts ou des charges, mais des biens précieux, des atouts indispensables quand le destin frappe ».  Un virage à 180° ?

La société de surveillance n’est pas un fantasme

En multipliant les techniques de surveillance (telles la reconnaissance faciale permanente comme en Chine), les États démocratiques contemporains – et ceux qui ne le sont pas – se sont progressivement rapprochés d’une société de contrôle, dans laquelle chacun est fiché dès sa naissance. Face aux dérives déjà constatées, certains se questionnent quant à la menace d’une surveillance systématique de l’État mais aussi des citoyens eux-mêmes par eux-mêmes. Jusqu’où peut-on donc aller pour assurer sa sécurité ? Et ces technologies de surveillance assurent-elles vraiment la sécurité des populations si on veut bien se rappeler qu’avant de devenir un logiciel de surveillance, Clearview était un gadget pour ultra-riches ?

Touche pas à mon pote !

Coronavirus, encore: Trump interdit l’entrée des États-Unis aux étrangers venant d’Europe et plus généralement de l’espace Schengen, ce qui met le Royaume Uni à l’abri de cette mesure « sanitaire ». Un virus qui parle anglais est forcément bénin… Sacré Trump !

Il y a toujours des profiteurs de guerre

Cette guerre-là, celle menée contre le covid-19 n’échappe pas à la règle. C’est ainsi que manquent savon, solution hydroalcoolique et masques. Sans sombrer dans le complotisme, chacun sait bien qu’organiser la pénurie est une stratégie vieille comme le monde.

Les écoles manquent de savon, les robinets sont fréquemment cassés, et la propreté générale laisse à désirer, au grand scandale des réseaux sociaux qui diffusent moult vidéos dénonçant se triste constat. Eh ! Camarades Harpagons souvenez-vous que nos enfants sont notre avenir, ils ont besoin de soins attentifs et qui peut le leur procurer si ce n’est nous ? Et vous ?

Dernières nouvelles

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Adhérez à l'ADLPF / Demande d'infos

2 + 5 =