string(347) "
ADLPF La revue de presse militante de l'ADLPF Ramasse-miettes N°177 du 10 avril 2020
"

Ramasse-miettes N°177 du 10 avril 2020

12 Avr 2020

ADLPF La revue de presse militante de l'ADLPF Ramasse-miettes N°177 du 10 avril 2020

Morte est la bête

Soyons lucides, elle n’était déjà pas bien vaillante, la voilà morte, à quand les funérailles ? On la tous rêvée puissance, point d’équilibre incontournable entre les « Grands » qu’elle dépasse d’ailleurs en PIB total et en bien d’autre choses, or elle est HS, rabougrie, son encéphalogramme est plat. L’Europe, c’est bien d’elle qu’il s’agit, est divisée. Divisée entre les radins arrogants du Nord et le présupposé « Club Méd. », fédération informelle « d’adeptes du farniente et de la mauvaise gestion » : c’est Mutti Angela et ses grands argentiers qui le disent alors… alors ? « Allez vous faire voir avec votre idée de fainéants ces corona bonds dont nous ne voulons à aucun prix ! ».

Désunion

La présidente de la BCE plaide pour « un total alignement des politiques budgétaires et monétaire » et un traitement égal des pays face au virus. Allez donc dire ça aux Hollandais et aux Allemands ! La Désunion Européenne se constate chaque jour au grand dam de beaucoup.

Les égoïsmes habituels, aux dernières nouvelles, semblent fléchir.

Poutine ricane et pousse ses pions

Le 22 mars, le ministère russe de la Défense a annoncé l’envoi d’une centaine de virologues militaires « expérimentés » en Italie, tandis que Rome annonçait la mort de 800 malades en 24 heures. Et La Havane a fait part, quant à elle, de son intention d’envoyer 65 médecins et infirmiers à Milan. Les rouges ou ex rouges au secours du « Monde libre ».

Cost killer

Le jour viendra où le bilan du néolibéralisme sera fait, et ce jour-là s’ouvrira le procès des boucs-émissaires, il en faut. Ce seront les cost killers. Ne jugez pas un moteur à son arbre à cames, celui-ci n’est qu’un moyen, le vrai critère est la puissance. Il en va de même pour les cost killers qui ne sont que des moyens mis en œuvre par les entreprises et les gouvernements.

En résumé, voici le boulot d’un cost kiler : sous la pression des actionnaires et, pour un gouvernement, celle de son abyssal endettement, ceux qui sont en charge de diriger et gérer ont deux options pour maintenir ou atteindre leurs objectifs : soit ils augmentent leurs « parts de marché », soit ils réduisent leurs dépenses. La seconde option prime évidemment sur la première, qui s’en étonnerait ? Pour les entreprises ce sont les plans de restructuration, euphémisme commode pour cacher des licenciements et/ou des délocalisations et, pour les gouvernements, la casse des politiques sociales d’abord (« un pognon de dingue ! »), des dépenses d’investissement ensuite (dépérissement des hôpitaux, abandon des plans pour les banlieues, etc.). Les disciples d’Hayek sont au pouvoir.

Encore un Cost killer.

« Il n’y a pas de raison » d’interrompre les suppression de postes et de lits au CHRU de Nancy. Ces propos, tenus en pleine épidémie de coronavirus par le directeur de l’Agence régionale de santé (ARS) Grand Est, ont suscité un tollé durant le week-end. Il s’agit tout de même de 600 postes ! Aux dernières nouvelles il a été licencié par le ministre Véran.

La femme est l’islam

L’Oumma n’est pas faite, mais les femmes du monde musulman partagent une parenté de condition faite de discriminations et d’inégalités, légitimées par l’invocation d’une sacralité du droit musulman, prétendu immuable, la chariâ. L’assignation à un dogme censé être supérieur aux lois terrestres. Un exemple parmi d’autres : Le code algérien de la famille de 1984 : « En l’absence d’une disposition dans la présente loi, il est fait référence aux dispositions de la chariâ » (Article 222 du code de la famille algérien). Sans commentaire.

Traçage numérique dit « tracking »

Quand on veut cacher la misère, rien de tel que l’utilisation du globish. Tracking est carrément plus chic que traçage !

Nos gouvernants s’appuient sur de Covid pour réfléchir à un projet de bigbrothérisation. Il s’agirait d’un traçage numérique via les téléphones portables, afin de freiner la propagation du virus (si, si!). Via une appli, une de plus, un malade « volontaire » pourrait signaler son infection. Toutes les personnes croisées seraient averties par un message d’alerte. Bien entendu, la main sur le cœur on nous jure que toutes ces données seraient détruites illico. Je ne sais pas ce qu’il en est pour vous, mais moi j’ai des doutes. Car à la toute fin, quand vous entrerez dans un magasin ou dans quelque bâtiment que ce soit, qui empêchera Gugusse de demander à voir votre smartphone ? Quand vous savez que des personnels soignants sont invités à aller nicher ailleurs par les habitants de leurs immeubles et que ce sont les mêmes qui le soir à 20h les applaudissent. Le crétinisme élevé au rang d’art majeur. Les têtes de lard !

Pire (?) que Trump, Bolsonaro

Là encore, c’est du grand art. Jaïr Bolsonaro prétend que le virus n’est qu’une « petite grippe », considérant la commotion mondiale comme une simple « hystérie » alimentée par les médias. Curiosité : pour la première fois dans l’histoire les tweets d’un chef d’État ont été supprimés par Twitter au motif de « dommage réel aux personnes ». Pauvre Brésil ! Ce genre d’énergumène ne relèverait-il pas de la psychiatrie ?

Des bondieuseries contre le coronavirus

Nul doute que les différents dieux vont se mobiliser pour faire cesser la pandémie. Après tout en tant que grands manitous créateurs de toutes choses, on peut et on doit leur imputer cette saloperie.

Certains en ont conscience, tel le président Jaïr Bolsonaro, toujours le même, qui a appelé tous les Brésiliens à vivre, dimanche 5 avril, une «journée de jeûne et de prière» face à la pandémie. On attend avec impatience de voir les résultats qui ne manqueront pas d’être époustouflants, comme toujours avec les dieux ! Des États-Unis au Liberia, de la Colombie au Burundi, de tels discours sont tenus par des dirigeants appelant Dieu à l’aide. En France, on a osé fermer églises et cathédrales et même la basilique de Lourdes. Quelle misère…

Le Covid fait redécouvrir aux époux et aux épouses le couple mécanique

En mécanique, le couple c’est un bras qui tire et un bras qui pousse.

Pour le blog « You will never hate alone » (Vous ne haïrez jamais seul), Le couple qui survivra à l’épreuve du confinement sera armé pour la vie. Les autres éclateront en route… Quand deux forces s’annulent, soit c’est le statu quo, soit la tension s’échappe en explosant, car le moment total est non nul.

Exemplaire !

En pleine pandémie, le Portugal a décidé de régulariser temporairement les demandeurs d’asile et les immigrés en attente de titre de séjour pour mieux les protéger« Le devoir d’une société solidaire », a déclaré le ministre de l’Intérieur.

Solidaires ?

Le gouvernement a fermé les bistrots, les cafés et les restaurants, MacDo s’en tamponne le coquillard et contourne la mesure avec les livraisons à domicile, ce qui met employés et clients en danger. Les pouvoirs publics sont-ils à ce point désarmés face aux mastodontes étatsuniens qu’ils ne font rien ?

Quand l’État ultra libéral se fait jacobin

L’État confisque, l’État réquisitionne et provoque l’indignation de toute une région.

Dimanche dernier, l’État a fait main basse, manu militari, sur 2 millions de masques commandés par la Bourgogne-Franche-Comté et destinés notamment à ses Ehpad et aux personnels d’aide à domicile. L’ensemble des Présidents de Départements de Bourgogne-Franche-Comté sont en colère et s’associent à la Présidente de Région, Mme Marie-Guite Dufay, dans l’indignation.

Bonne question

Je ne suis pas fan de Rokhaya Diallo, mais il faut convenir que la question qu’elle pose ne manque pas de pertinence. Pour elle, le cas des Européens bloqués ou expulsés de pays étrangers nous invite à réfléchir au sens profond de la liberté de circulation.

« Depuis le début de la crise déclenchée par l’épidémie de Covid-19, ce sont des Européens, et plus généralement les ressortissants de pays dits occidentaux, qui se voient entravés dans leurs mouvements migratoires –et leurs appels à l’aide parfois désespérés font l’objet de nombreux commentaires. » Qui ne connaît pas la séquence de « L’arroseur arrosé » ?

Il n’y a pas que moi qui le dis

« Méfions-nous des illusionnistes post Covid-19 ». L’auteur de cette phrase, Didier Pitelet, est
reconnu comme l’un des meilleurs experts européens en communication et en management. Si même ce genre de spécialiste a des doutes…

Faut-il (toujours) tuer les porteurs de mauvaise nouvelle ?

Trump semble le penser qui s’en prend à l’OMS accusée de tous les maux, à commencer par celui d’être manipulée par la Chine. Dans la Grèce antique, on tuait le messager porteur de mauvaises nouvelles quand on ne voulait pas les entendre. Rien de nouveau sous le soleil.

Revoilà le troc !

À période exceptionnelle, mesures de même nature.  La Poste a échangé plusieurs centaines de milliers de masques contre du gel hydroalcoolique avec Intermarché : « Nous avons dans un échange de gel contre masques envoyé plus de 530.000 masques à Intermarché pour nous-mêmes avoir du gel car ils avaient plus de gel », a expliqué Philippe Wahl lors d’une audition au Sénat.

Dernières nouvelles

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Adhérez à l'ADLPF / Demande d'infos

11 + 6 =