string(324) ""

Ramasse-miettes N° 178 du 17 avril 2020

18 Avr 2020

Impérialisme

L’impérialisme se définit par une absence totale de retenue. La Chine en est un vivant exemple surtout depuis que les É-U de Trump lui laissent la plus grande marge de manœuvre. Du coup, certains responsables européens ne cachent plus leur irritation et accusent Pékin d’avancer ses pions géopolitiques sous couvert de générosité et de diplomatie sanitaire. Les arroseurs encore une fois arrosés.

Quand les libéraux mangent leur chapeau

La réforme des retraites « devra être mise de côté » si elle freine le pacte républicain, estime Le Gendre, président du groupe la REM au Palais Bourbon. On voudra bien se souvenir qu’elle était naguère absolument nécessaire et donc incontournable et devait par ailleurs être la marque de ce quinquennat en lien avec le bricolage sur le chômage et son indemnisation.

Quelle relance, Monsieur le Président ?

Mathieu Orphelin a sa petite idée là-dessus. « Les vraies questions se posent maintenant ; répondre à tous les besoins et accéder à toutes les demandes sans contrepartie n’est pas une bonne option. C’est une reprogrammation de notre économie qui doit être engagée dès à présent, et non un simple rebranchement à l’identique de ce qui a été débranché il y a quelques semaines ». Sera-t-il entendu ? Macron dit qu’il va se réinventer, qui le croit ?

Chimères…

Une chimère est un animal qui n’existe pas mais qui est composé d’éléments existant bel et bien : la chimère classique a la tête et le poitrail d’un lion, le ventre d’une chèvre et sa queue est un serpent. C’est la plus simple et on s’en contentera ici.

Fin février, le personnel de l’entreprise pharmaceutique Biogen tenait son congrès annuel. Environ 175 personnes y participaient. Six semaines après, rien que dans le Massachusetts, on comptait 99 personnes touchées par le Covid-19 parmi les employés de Biogen et leurs proches. D’après le Boston Globe, 70 des 92 premiers cas d’infection repérés sont reliés directement au meeting Biogen. Un comble pour une entreprise dont la mission est de soigner les gens.

Voilà pour ce fait là, ajoutons-y le rassemblement évangélique de Mulhouse, plus quelques autres séquences comme le premier tour des municipales, et vous aurez tout le matériau nécessaire pour monter une chimère dont se nourriront les complotistes.

Volte-face keynésienne

Il y a des couleuvres qui doivent être dures à avaler, mais les petits malins préfèrent les anguilles, surtout celles sous roche. Connaissant le soubassement intellectuel de notre Président, il est permis de douter de ses réelles intentions. Quand on est capable, sous la pression des événements, d’opérer de tels virages, on l’est aussi de revenir à ses premières amours, et c’est bien là-dessus que compte Monsieur Geoffroy Roux de Bézieux. En attendant, Macron nous parle indépendance, planification (l’incongruité par excellence), union nationale. Bref, le nouveau logiciel du Président date de 1944, comme les fameux « Jours Heureux » !

Le monde à l’enfer

Black-Rock le gestionnaire d’actifs plus riche que bien des états, qui détient des parts dans les plus grandes compagnies pétrolières et les plus grandes banques du monde, a remporté un appel d’offres organisé par la Commission européenne. C’est donc lui qui rédigera un rapport sur la manière dont la supervision bancaire de l’UE pourrait prendre en compte le climat. Décidément, le logiciel (comme on dit) de la Commission est bien schumpeterien (la destruction créative) et son inféodation à l’ultra libéralisme économique, patent.

C’est la banalité

Les navires sont de hauts lieux de confinement, aussi de tous temps ont-ils transporté les maladies infectieuses de port en port. On croyait cela derrière nous, mais il n’en est rien et les mésaventures du porte-avions Charles de Gaulle, ainsi que celles de son homologue étasunien USS Theodore Roosevelt, sont là pour nous le rappeler. Cette épidémie nous contraint à de bien préoccupantes remémorations : la peste à Marseille, les maladies « européennes » décimant les Indiens d’Amérique…

Trump passe pour un imbécile, mais c’est un redoutable tacticien

Le président Donald Trump a provoqué la stupéfaction, mercredi 15 avril, en menaçant de suspendre le Congrès pour forcer la confirmation de juges et autres nominations, en s’appuyant sur un article de la Constitution jamais appliqué auparavant. Sont stupéfaits seulement ceux qui en sont resté à l’analyse initiale de ce que serait Trump, i.e. un crétin arriviste arrivé. En passe d’être plus que probablement réélu, le prince du mensonge et de la vulgarité a trompé tout le monde. Il ne faut jamais se fier aux apparences.

Un projet coûteux, inutile et dangereux.

S’agissant de l’application de « contact tracing » que prépare le gouvernement pour lutter contre la pandémie de Covid-19, « Il n’y a aucune chance pour [qu’elle] soit d’une quelconque efficacité » assènent Eric Léandri, cofondateur et ancien président de Qwant, et le hackeur Baptiste Robert. Alors, poudre aux yeux, comme d’habitude, ou volonté d’installer un bidule à pistage ?

« Chassez le naturel, il revient au galop »

Gérald Darmanin, ministre du Budget, interrogé sur un retour de l’ISF a déclaré : « Il ne s’agit pas d’imaginer de nouvelles créations d’impôt », et précisé : « On pourra aussi annuler des charges » pour « des » (indéfini, notons-le!) entreprises.  Est-il besoin de rappeler que l’ISF excluait l’outil de travail de ses calculs ?

Le vieux qui lisait des romans d’amour est mort

Luis Sepulveda a tiré sa révérence à 70 ans, pour cause de Covid-19. Opposant au régime Pinochet, ce Chilien fut emprisonné puis exilé en Espagne sous la contrainte de l’opinion publique mondiale. Une grande voix s’éteint qui nous manquera. Il reste ses écrits, ne nous privons pas de le lire.

« Touche pas au Grisbi, salope… »

La célèbre réplique du film « Les Tontons flingueurs » convient à merveille à Amazon, sommé par la justice d’évaluer les risques pour ses salariés en pleine crise du coronavirus. Résultat, cinq jours de fermeture pour nettoyage de ses sites. Parallèlement Amazon fait appel de cette sommation. « Business as usualC’est vrai à la fin, une période pareille, faite de fermetures obligatoires et de confinement qui ne l’est pas moins, est une aubaine pour le ecommerce dont Amazon est l’emblématique leader. Alors il faut pouvoir en jouir « sans entrave ». Sans blague…

Gérer l’image n’est pas gérer la crise

Emmanuel Macron, indécrottable Jupiter quoi qu’en disent ses adorateurs et ses obligés, lâche ses décisions pour satisfaire l’opinion publique et peaufiner son image de grand homme, sans jamais s’assurer au préalable que la logistique suivrait. « Le salaire d’un salarié au Smic augmentera au total de 100 euros par mois » ; « Nous reconstruirons Notre-Dame en cinq ans » ; « À partir du 11 mai, nous rouvrirons progressivement les crèches, les écoles, les collèges et les lycées ». Nous parlions plus haut de chimère, la licorne en est une…

Dernières nouvelles

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Adhérez à l'ADLPF / Demande d'infos

9 + 11 =