string(335) "
ADLPF La revue de presse militante de l'ADLPF Transfuges, pompiers et autodafés
"

Transfuges, pompiers et autodafés

10 Juil 2020

ADLPF La revue de presse militante de l'ADLPF Transfuges, pompiers et autodafés

Un gouvernement rock’n’roll.

Dupond-Moretti : « Plaider c’est bander ; convaincre, c’est jouir », la presse n’en peut plus de savourer ce nom et de spéculer sur de futurs affrontement avec l’ultra rigide, le sarko-boy Darmanin. Ah les beaux jours que cela nous promet ! À part cela, retour de Roseline, l’exquise snobinarde qui aime Verdi « parce qu’il vous prend par les couilles », cette fois à la Culture et, pom pom pom ♫♫  sacre de Pompili missionnée pour « verdir » les deux années à tirer avant de retourner aux urnes. Chez Macron, on sait récompenser les transfuges. Tout ça pour ça ?

« Dis-moi qui tu hantes, je te dirai qui tu es ».

L’Amérique trumpiste est nostalgique et franchement révisionniste. Elle s’exaspère de la résurgence des débats sur la présence de symboles sudistes dans l’espace public, statues ou drapeaux, survenue dans la foulée des manifestations antiracistes de ces dernières semaines  et elle adore « son » président. Au final, c’est lui qui est à l’image de son électorat et non l’inverse.

Pin pon, rien ne va plus…

Les pompiers en ont ras le casque et ils le disent haut et fort, ou quand les muets crient à tue-tête. La FNSPF, qui représente les 237 000 sapeurs-pompiers civils de France, critique l’action du gouvernement et des autorités sanitaires au fil d’une synthèse confidentielle de dix-huit pages destinée au ministère de l’Intérieur mais qui a été révélée dimanche 5 juillet dans Le Parisien. Et ça ne fait pas plaisir à tout le monde. Gageons qu’on n’a pas fini d’entendre dénoncer les dysfonctionnements apparus lors de la crise due à la Covid-19. 

Que serait l’IA sans les petites mains qui l’aident à y voir clair ?

Une débiteuse d’approximations ! Mais les petites mains en profitent pour améliorer leur salaire. Pour fonctionner, certains algorithmes ne peuvent se contenter d’apprendre par eux-mêmes, ils ont besoin d’une aide humaine. C’est comme ça ! Cette aide leur est indispensable, aussi certaines petites mains ont-elles décidé de tromper le système. Vivant dans des pays pauvres, elles font croire aux plateformes qui les emploient qu’elles résident en Europe afin de toucher une paye appropriée et donc plus élevée que celle à laquelle leur pays les rémunèrent ordinairement. Ah ces ouvriers, on ne peut pas compter sur leur loyauté !

Paroles de Twittomane.

Ceux qui aiment les hurluberluteries  se régaleront des tweets du Grand Maître en la chose.

Florilège : « Maintenant les Démocrates Feignasses veulent enlever le nom de John Wayne d’un aéroport. Incroyable Bêtise! » ou bien : « Les Blancs n’étaient animés que d’un seul instinct d’autoprotection… jusqu’à ce qu’enfin naisse un grand Ku Klux Klan, véritable empire du Sud pour protéger le pays sudiste. » ou encore : « Le @nytimes est un média très corrompu et malhonnête qui souffre d’un TDS (comprendre Trump Derangement Syndrom) à un niveau rarement vu auparavant. Il perdra le peu de crédibilité qui lui reste le soir du 3 novembre.»

Bon ! On arrête là, ce mec est mou du bulbe et affligé du complexe obsidional.

Ça commence toujours par les livres.

Quand une dictature s’empare du pouvoir, quelle que soit la rapidité qu’elle y met, elle commence par des autodafés – spectaculaires ou rampants. À Hongkong on retire des bibliothèques, et demain par autocensure des rayons de librairies, les livres critiques de la Chine dite populaire, laquelle, baguettes plantée dans les nems, a inauguré, mercredi 8 juillet, dans un hôtel de Hongkong des bureaux qui permettront à ses agents de sécurité d’agir ouvertement pour la première fois dans l’ex-colonie britannique. L’étau se resserre, la démocratie est en grand danger.

Pré-carré en Méditerranée

Le sultan de Turquie, Recep Tayyip  Erdogan, n’en finit pas d’avancer ses pions sans se soucier des réactions de l’Europe – aux abonnés absents – ni de celles des É-U dont il a mesuré depuis des lustres qu’ils regardaient ailleurs, quand Trump ne joue pas au golf. Ses agissements sont très graves et dangereux et relèvent du fantasme ottoman : refaire l’empire.

Le droit ne dit pas toujours ce qui est juste !

Le code pénal salvadorien prévoit une peine de deux à huit ans de prison pour les cas d’avortement. Mais, dans les faits, les juges considèrent toute perte du bébé comme un « homicide aggravé », puni de trente à cinquante ans de réclusion. C’est ce dont était menacée une jeune femme qui avait accouché d’un bébé mort-né, mais qui fut néanmoins acquittée avec toutefois la menace d’un recours en cassation. Il n’aura pas lieu, la voilà définitivement innocentée. Il semble que la raison soit revenue dans ce cas précis. Pour d’autres ce n’est hélas pas le cas.

Tous les politiques ne font pas preuve de lâcheté face à la Chine.

C’est le cas de l’Australie qui déploie des mesures propres à protéger nombre de Hongkongais. La chine vitupère, M. Scott Morrison le premier ministre australien, n’en a cure. Bravo ! Ça nous change des frilosités habituelles face à l’impérialisme chinois.

Ainsi va notre monarchie élective…

En France tout dossier sensible remonte à l’Élysée, il en va ainsi de la décision ultime quant à la flèche de ND de Paris. Ahurissant ! Demain le président définira-t-il la forme des bénitiers ?

Dans cette étrange monarchie qui se prétend république, la démocratie peu à peu végète, elle en mourra.

Apprivoiser les cygnes noirs.

La théorie du Cygne noir prend à contre-pied nos manières de penser lorsque nous déterminons la plupart de nos comportements en particulier afin de prévoir « rationnellement » les évolutions des contextes des situations dans lesquelles nous intervenons. Il y a de quoi être déboussolé.  Dans un célèbre passage du Petit Prince, le renard demande au petit prince : «S’il te plaît… apprivoise moi ». Et d’expliquer « [Qu’on] ne connaît que les choses que l’on apprivoise ».

Ressusciter les transversales ? Une idée choc et chic !

La coopérative Railcoop, veut ressusciter la ligne directe Bordeaux-Lyon, abandonnée depuis près d’une décennie par la SNCF. Et ce, dès 2022. Dans la foulée, elle entend instaurer d’autres liaisons ferroviaires transverses, sans détour par Paris. Avec un double objectif : faire progresser la part du train par rapport à celle de la voiture et vivifier des bassins à faible densité de population dans le Massif central, dont le confinement a montré le pouvoir d’attractivité.

Et en plus, c’est dans le droit fil de la « nouvelle écologie ».

Dernières nouvelles

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Adhérez à l'ADLPF / Demande d'infos

1 + 15 =