Ramasse-miettes n°104

4 Juin 2018

La Croix et la Bavière.

« Le très conservateur État régional de Bavière, dans le sud de l’Allemagne, est au cœur d’une polémique après sa décision d’imposer des crucifix dans les halls d’entrée de ses bâtiments publics en signe de « reconnaissance de son identité ». Cette décision a été prise dans la région du sud de l’Allemagne à dominante catholique où le parti au pouvoir la CSU, la variante bavaroise de la CDU, va affronter des élections délicates cet automne, face à une extrême droite en plein essor. »

Comme toujours dans ce genre d’affaire, il s’agit de rétropédalage et de régression, ce qui en dit long sur l’estime que ces gens portent à leurs concitoyens. Ce que le clergé bavarois a parfaitement senti qui s’oppose à cette turlupinade. La majorité des responsables chrétiens, laïques comme évêques, ont élevé la voixcontre ce qu’ils considèrent comme une « récupération » politique.

Allons z’enfants !

À Provins, Seine & Marne, ont va remettre les gamins en uniforme à l’école .Le maire, Olivier Lavenka, a suivi l’idée tout de même donnée par le ministre de l’Éducation Nationale, favorable à l’uniforme dans les établissements qui en feraient la demande, voilà qui devrait faire plaisir à Jean-Michel Blanquer.  Or donc, les parents de six écoles élémentaires publiques de Provins se sont prononcés pour la mise en place d’un uniforme, selon les résultats d’une consultation lancée par  monsieur le Maire et dévoilés samedi 2 juin.

Comme on pouvait s’y attendre, le prétexte est l’égalité : il faut gommer les différences. Alors quoi de mieux que l’uniforme ?

J’ai porté la blouse grise et la cravate, ça marchait comme ça quand j’avais 7/8 ans, mais pour l’égalité c’était plutôt bidon car il y a blouse et blouse et, quant aux chaussures, alors là ! c’était le délire : des chaussures vernies aux sabots de bois, en passant par d’incroyables croquenots et autres sandales. L’aisance des parents s’affichait aux pieds de leurs rejetons…

Au reste, les profs ne croient guère à cette « nouveauté ».

À l’Élysée, on a des projets pour le service national universel(SNU) qui n’ont guère l’heur de plaire à la jeunesse. Un collectif, où figurent notamment la FAGE et l’UNEF, des syndicats lycéens (UNL, SGL…) et des organisations de jeunesse (Jeunesse ouvrière chrétienne…), dénonce dans une tribune du « JDD » (leJournal du dimanche)  le caractère « contraignant » et « démagogique » du projet de service « obligatoire »: « La jeunesse ne peut plus être tenue à l’écart des projets qui la concernent par des politiques paternalistes, soupçonneuses et systématiquement pensées dans la défiance ». Voilà qui est clair !

Allons z’enfants ! Les idées de la droite rance marchent quand même bien sous Macron.

Embrouillamini en perspective.

Dans nos démocraties occidentales, on a fini par tomber d’accord sur la notion d’intégrité corporelle qu’il faut défendre. C’est ainsi que l’excisionest vigoureusement condamnée et je ne suis pas sûr que certaines scarifications rituelles, imposées en quelques lieux exotiques à de très jeunes enfants, ne tomberaient pas sous le coup de nos lois.

Bizarrement, on ne cite que rarement la circoncision en tant que mutilation, les pratiques religieuses ont la vie dure, et la puissance de leurs lobbies est sans commune mesure avec celle des libres-penseurs, des agnostiques, des mécréants et autres indifférents. Aussi peut-on s’attendre à une sévère levée de boucliers au Danemark où une initiative populaire veut interdire la circoncision.

« Rarement un sujet aura autant divisé les députés danois. Et pourtant, ils n’auront d’autre choix que d’en débattre au Parlement, l’initiative populaire proposant l’interdiction de la circoncision non médicale des mineurs a recueilli, vendredi 1er juin, plus de 50 000 signatures, le minimum requis par une procédure introduite au début de l’année ».

L’initiative embarrasse le gouvernement qui redoute des conséquences diplomatiques « sérieuses », car« Ce n’est pas une affaire portant sur la liberté d’expression, qui concerne toutes les démocraties libérales du monde, est-il précisé. Dans le cas présent, nous sommes seuls et cela augmente le risque. » À quoi certains pétitionnaires répondent : « Si nous n’avons pas cédé sur la liberté d’expression (allusion à l’affaire des caricatures de Mahomet), pourquoi le ferions-nous pour les droits des enfants ? ».

Pourquoi en effet ?

« Je suis Nadia, je suis athée.Et tant que j’y suis, je n’ai pas non plus de recette de couscous ni de bon plan pour un tapis pas cher. » C’est dommage, mais bon !

L’homme évolué combat les préjugés, le néandertalien en costard-cravate-trois-pièces trop souvent s’égare… et il aime ça, le bougre.

Nadia Daam, journaliste à Europe1, Arte et Slate, condamne le fait de se faire voler sa légitimité et de voir son identité réduite à cause des idées reçues sur son prénom. « Il faut s’insurger contre les pratiques de Robert Ménard,le maire de Béziers, raciste assumé, contre les cinglés adeptes de la théorie du « grand remplacement », contre ceux qui voient dans l’islam une menace. (…) Il faut aussi lutter contre cette tendance insupportable qui consiste à dénier aux personnes de culture musulmane le droit d’être plus que des personnes de culture musulmane, d’être autre chose, d’être même profondément athée. »

Les ânes n’aiment pas le talent. Lire madame Daam, souvent décoiffe !

Elle a ma sympathie et mon soutien.

L’impérialisme américain est une plaie, n’en déplaise aux énamourés de la grande Nation.

Trump était connu, avant son élection à la Maison Blanche, pour être un très mauvais payeur, un menteur invétéré et un plaideur compulsif, dernier point que favorisent le fait de détenir une immense fortune et une justice américaine où tout se négocie et donc où on est très sensible à l’argent . Parvenu (sans jeu de mot) au pinacle, il n’a pas changé, comme le montrent sa politique de déchirements des traités (dans l’élégant langage du Twittomane : Kick Ass) et sa volonté de mener une guerre commercialetous azimuts.

Le bonhomme est odieux, certes, mais son pays ne l’est pas moins qui a inventé « l’extraterritorialité » de ses lois,outil redoutable qui préexistait à sa prise de pouvoir, et le « privilège exorbitant » de sa monnaie, selon de Gaulle, qui malmène le monde entier. Trump secoue le monde,s’auto-graciede toute turpitude et nomme des ambassadeurs qui se prennent pour des pro-consuls, tel Richard Grenell à Berlin, sans que cela ne le dérange puisqu’il :  « défend la « liberté d’expression »de son représentant diplomatique ». Pourtant, l’affaire n’est pas mince et relève de l’ingérence pure : « M. Grenell a créé un tollé après avoir déclaré dimanche au site américain d’extrême droite Breitbart vouloir « soutenir »la droite dure en Europe. « Nous vivons un réveil de la majorité silencieuse, ceux qui rejettent les élites et leur bulle », a-t-il ensuite précisé sur twitter jugeant que ce moment est « mené par Trump », tout en niant vouloir appuyer des partis ou des candidats lors d’élections dans le Vieux Continent. »…  Vraiment, monsieur l’Ambassadeur ?

Il serait temps que les hommes politiques européens se réveillent et se rappellent qu’en 1982, par exemple, Thatcher et Chevènement avaient fait reculer Reagan sur ce genre d’extravagance, l’une avec une loi ad hoc (The Protection of Trading Interest Act)votée en 1980 et l’autre en s’appuyant sur une ordonnance du général de Gaulle de même ambition, édictée en 1959. Pensent-ils qu’il n’y a vraiment rien à faire ?   Nous avons attendu le G7 et nous avons vu à quel point le Double-Dealerétait fiable. Nous y reviendrons.

Les gourous et les érotomanes sont de grands martyrs.

Tariq Ramadana admis, lors de son interrogatoire et pour la première fois, avoir eu des relations extraconjugales avec cinq femmes. Mais se défend toujours de les avoir contraintes.« Ce sont les femmes qui viennent me chercher », a-t-il osé… Un martyr, on ne le répètera jamais assez. Mais au moins soyons compatissant, car le malheureux « homme de Dieu » n’est qu’une victime d’un satané priapisme. Le diable est toujours dans les détails.

 

Dernières nouvelles

0 commentaires

Soumettre un commentaire

 

Adhérez à l’ADLPF / Demande d’infos.

14 + 13 =